webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Précisions sur la procédure d'agrément des héritiers d’un associé décédé d’une SARL

Cass. com., 3 mai 2018, n°15-20.851

L’héritière d’un associé dont la demande d’agrément avait été rejetée par l’assemblée générale, ne jouit de la qualité d’associé qu’à l’expiration du délai accordé à la société et à l’associé survivant pour le rachat desdites parts sociales.

Enonçant la solution précitée, la Cour de cassation confirme la position de la Cour d’appel de Saint-Denis de la Réunion en date du 1er avril 2015 (CA Saint-Denis de la Réunion, 1er avril 2015, n° 14/00563) et rejette le pourvoi.

Cet arrêt destiné à la publication, concerne une société à responsabilité limitée dont le capital social est détenu à parts égales par deux associés. Dans la société en cause, les statuts prévoyaient un agrément des nouveaux associés, y compris en cas de transmission par voie de succession par les associés subsistants représentant au moins les trois quarts des parts sociales. L’un des deux associés décède en laissant comme légataire universelle son épouse, laquelle a sollicité son agrément en qualité de nouvelle associée de la société.

Conformément aux dispositions des articles L.223-13 alinéa 2 et L.223-14 alinéa 3 et 4 du Code de commerce, en cas de refus d’agrément par la collectivité des associés, les autres associés sont tenus dans un délai de 3 mois à compter de ce refus d’acquérir ou de faire acquérir par un tiers ou la société elle-même les parts, ce délai pouvant être prorogé à la demande du gérant par décision de justice dans la limite d’un délai de 6 mois supplémentaires. A défaut d’achat des parts dans les délais impartis, l’agrément est réputé acquis. Au cas particulier, l’assemblée générale extraordinaire de la société rejette la demande d’agrément de l’héritière et une ordonnance du juge autorise le gérant à bénéficier du délai supplémentaire de 6 mois pour le rachat, par la société, des parts sociales de l’associé décédé. La conjointe estime être devenue associée de la société depuis sa mise en possession des parts, c’est-à-dire une fois effectuées les formalités permettant de vérifier la régularité de son titre et a assigné la société en annulation des délibérations prises par l’assemblée générale entre la date du décès de l’associé et l’aboutissement de la procédure d’agrément faute de rachat dans le délai légal.

La Cour de cassation a retenu au contraire que l’héritière est devenue associée le dernier jour accordé aux associés ou à la société pour l’achat des parts du défunt, soit à l’issue du délai légal de 3 mois ou en cas de prorogation, à l’issue du délai accordé par le Juge. En cas de refus d’agrément, l’héritière de l’associé décédé ne devient donc pas rétroactivement associée. S’agissant de l’exercice des droits afférents aux parts sociales de l’associé décédé, la Cour de cassation a également considéré que les parts se trouvent « gelées » et qu’aucune disposition n’interdit au gérant de convoquer une assemblée générale au cas où une procédure d’agrément est pendante et qu’il n’appartenait pas à la société ou à son gérant de solliciter, dans l’attente de l’achèvement de la procédure d’agrément, la désignation d’un mandataire pour le compte de la dévolution successorale.


A rapprocher :  Cass. com., 8 avril 2018, n°06-18.362 ; Cass. com., 8 avril 2018, n°07-11.327

VOIR AUSSI

Une provision qui conserve le même objet n’a pas à être rapportée aux résultats

CE, 30 juin 2016, déc. n°380916

- Vu : 1959

Une provision qui conserve le même objet que celle constituée au titre d’un exercice antérieur n’a pas à faire l’objet d’une reprise suivie d’une nouvelle dotation dès lors que des événements en cours à la clôture de l’exercice la justifient toujours, quand bien même ces événements seraient différents de ceux ayant motivé la constitution initiale.

> Lire la suite

Simplification des formalités au Registre du Commerce et des Sociétés - Décret n°2012-928 du 31 juillet 2012

- Vu : 5919

Le décret n°2012-928, entré en vigueur le 1er septembre 2012, modifie certaines formalités à accomplir au R.C.S, notamment afin de simplifier la tenue par l’I.N.P.I., du Registre National du Commerce et des Sociétés.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71598
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52512
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37766
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33222
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©