webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Désordre de construction : l’étendue des travaux de reprise doit être strictement justifiée

Cass. civ. 3ème, 21 juin 2018, n°17-15.897

Dès lors que le désordre affectant le local commercial d’un immeuble, consistant en la violation des normes d’accessibilité aux personnes handicapées, peut être réparé soit par l’aménagement du trottoir soit par l’abaissement du seuil du local, la destruction et la reconstruction complète de l’ouvrage n’est pas justifiée.



Ce qu’il faut retenir : Dès lors que le désordre affectant le local commercial d’un immeuble, consistant en la violation des normes d’accessibilité aux personnes handicapées, peut être réparé soit par l’aménagement du trottoir soit par l’abaissement du seuil du local, la destruction et la reconstruction complète de l’ouvrage n’est pas justifiée.

Pour approfondir : Un maître d’ouvrage fait édifier un immeuble comprenant un local commercial en rez-de-chaussée. A la réception, l’ouvrage est atteint d’un désordre consistant au non-respect des normes d’accessibilité aux personnes handicapées. Il est en effet constaté une différence d’altimétrie de vingt centimètres entre le niveau de l’entrée principale du local commercial et le niveau de la voie publique, empêchant l’accès aux personnes à mobilité réduite.

Considérant le local commercial comme impropre à sa destination, le maître d’ouvrage et le preneur à bail ont assigné le maître d’œuvre, l’entreprise de gros œuvre et leurs assureurs, d’une part, en paiement du coût des travaux de démolition et de reconstruction totale de l’immeuble, d’autre part, en indemnisation de leurs préjudices consistant respectivement en la perte de revenus locatifs et la perte du fonds de commerce. Les demandeurs fondent ainsi leurs préjudices sur la cessation complète d’activité imposée par la réalisation des travaux de démolition et de reconstruction.

Or, à l’issue des opérations d’expertise, l’expert indiquait dans son rapport que la réparation du désordre ne nécessitait pas la destruction et la reconstruction totale de l’immeuble, et pouvait consister soit en l’aménagement du trottoir au droit de l’entrée principale du local commercial, soit en la réalisation de travaux d’abaissement du plancher du local commercial.

Par un arrêt en date du 12 janvier 2017, la Cour d’appel d’Aix-en-Provence a débouté les demandeurs de l’ensemble de leurs demandes, au motif que, la démolition et la reconstruction complète de l’immeuble n’étant pas justifiées, la demande d’indemnisation des préjudices nés d’une cessation complète d’activité n’était pas davantage fondée.

Saisie d’un pourvoi en cassation, la troisième Chambre civile de la Cour de cassation confirme l’arrêt rendu par la Cour d’appel. D’une part, la Cour de cassation considère que les demandeurs ne justifient pas de la nécessité de procéder à la complète démolition et reconstruction de l’immeuble. En effet, les demandeurs ne rapportent pas la preuve du refus de la commune de leur délivrer l’autorisation d’aménager le trottoir, et ne démontrent pas non plus que les travaux d’abaissement du plancher auraient pour effet de rendre le sous-sol inaccessible, ni n’auraient été refusés par les services de l’urbanisme. Par conséquent, la Cour de cassation confirme la décision de la Cour d’appel d’avoir retenu que la demande de paiement des travaux de démolition et de reconstruction de l’immeuble devait être rejetée.

D’autre part, la Cour de cassation confirme également la décision de la Cour d’appel d’avoir débouté les demandeurs de leur demande d’indemnisation des préjudices liés à la perte de revenus locatifs et du fonds de commerce. En effet, dans la mesure où la réparation du désordre de construction n’exige pas la démolition et la reconstruction complète de l’immeuble, les demandeurs n’ont pas à souffrir d’une période de cessation complète de l’activité commerciale. Par conséquent, les demandeurs ne démontrent subir ni une perte de revenus locatifs, pour le bailleur maître d’ouvrage, ni une perte du fonds de commerce, pour le preneur à bail.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 22 octobre 2002, n°01-12.327

VOIR AUSSI

Clause d’indexation et distorsion : le cas du renouvellement du bail

Cass. civ. 3ème, 13 septembre 2018, n°17-19.525

- Vu : 622

Le preneur ne peut pas demander au juge de réputer non écrite une clause d’indexation au motif qu’elle conduirait, à raison de la date de prise d’effet du renouvellement qui ne correspond pas à la date anniversaire de l’indexation du bail initial, à une distorsion prohibée au sens du code monétaire et financier.

> Lire la suite

Droit de préemption de la SAFER : le démembrement de propriété ne permet pas de l’éviter

Cass. civ. 3ème, 31 mai 2018, n°16-25.829

- Vu : 531

La cession simultanée de l’usufruit et de la nue-propriété de biens ruraux à deux personnes distinctes s’analyse en une aliénation à titre onéreux de biens immobiliers au sens de l’article L.143-1 du Code rural et de la pêche maritime pris dans sa rédaction antérieure à la Loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 et se trouve donc soumise au droit de préemption de la SAFER, sans qu’il soit nécessaire de prouver une fraude.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 74038
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 59164
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38201
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34227
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©