webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

De la validité d’un cautionnement intragroupe donné par une SAS

Cass. com., 14 février 2018, n°16-16.013

Si une société par actions simplifiée (SAS) peut avoir intérêt à consentir un cautionnement au profit d’une autre société du groupe, cet intérêt n’est pas suffisant pour faire relever ledit cautionnement de l’objet social de la société lorsque les statuts ne le mentionnent pas.

Ce qu’il faut retenir : Si une société par actions simplifiée (SAS) peut avoir intérêt à consentir un cautionnement au profit d’une autre société du groupe, cet intérêt n’est pas suffisant pour faire relever ledit cautionnement de l’objet social de la société lorsque les statuts ne le mentionnent pas. Partant, si le bénéficiaire de la caution savait ou ne pouvait ignorer que le cautionnement ne relevait pas de l’objet social statutaire, ledit cautionnement est nul.

Pour approfondir : Une SAS s’est portée caution de sa filiale, dont elle détient l’intégralité des titres et qui constitue son unique actif. Le cautionnement vise à garantir les engagements de la filiale à l’égard de son principal fournisseur, qui se trouve être également associé de la société mère de la SAS caution.

Dans la mesure où l’activité de la SAS dépendait de celle de sa filiale et que le cautionnement était nécessaire pour permettre à cette dernière de poursuivre son activité, il pouvait être soutenu que la SAS avait un intérêt à consentir ce cautionnement.

La Cour de cassation rappelle cependant que cet intérêt commun entre la SAS et sa filiale ne suffit pas et, en particulier, qu’il ne permet pas d’étendre au-delà des termes des statuts les contours de l’objet social.

Pour autant, la seule contrariété à l’objet social ne saurait entraîner la nullité du cautionnement. En effet, une SAS est valablement engagée vis-à-vis des tiers par les actes de son représentant légal même si ceux-ci ne relèvent pas de l’objet social.

Ce principe est énoncé par l’article L.227-6 du Code de commerce, qui pose toutefois une condition : il ne faut pas que le tiers à l’égard duquel la société s’est engagée sache ou ne puisse ignorer que l’acte dépassait l’objet de la société.

En l’espèce, la Cour relève que, compte tenu des circonstances rappelées ci-avant, le bénéficiaire du cautionnement connaissait bien le groupe et en conclut qu’il ne pouvait donc ignorer que l’engagement consenti par la SAS n’était pas conforme à son objet social. En conséquence, elle prononce la nullité du cautionnement.

Il est à noter que la Cour de cassation prend soin de préciser que sa décision ne repose pas sur la contrariété de l’engagement de cautionnement à l’intérêt social de la SAS, qu’elle estime par ailleurs avérée. Elle réaffirme ainsi sa jurisprudence, initiée par un arrêt en date du 12 mai 2015, selon laquelle le défaut d’intérêt social n’entraîne pas nécessairement la nullité du cautionnement dans les sociétés de capitaux. On rappellera néanmoins qu’elle retient une position inverse pour les sociétés de personnes.

À rapprocher : Cass. com., 12 mai 2015, n°13-28.504

VOIR AUSSI

Réforme du Code de gouvernement d’entreprise Middlenext

Code de gouvernement d'entreprise Middlenext

- Vu : 2612

Une nouvelle version du code Middlenext vient d’être publiée, incluant notamment des recommandations sur la succession des dirigeants, les relations avec les actionnaires, le nombre d’administrateurs indépendants et un approfondissement de la question de la gestion des conflits d’intérêts. 

> Lire la suite

La franchise participative : Tour d’horizon

Etude – Janvier 2010

- Vu : 3371

Tout franchiseur peut envisager le recours à la franchise participative, qui consiste à prendre une participation dans le capital de certains de ses franchisés. Elle est généralement envisagée lorsque les franchisés ne disposent pas des fonds nécessaire au démarrage de leur activité. Tour d'horizon et écueils à éviter.

 

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 81600
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 73278
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38850
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 36263
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©