webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Garantie décennale : exclusion des dommages décennaux certains mais non réalisés dans le délai

Cass. civ. 3ème, 28 février 2018, n°17-12.460

En l’absence d’un dommage ayant atteint la gravité décennale, la garantie décennale issue de l’article 1792 du Code civil ne peut être mise en œuvre que s’il est établi de manière certaine que le désordre atteindra une telle gravité à l’intérieur du délai décennal.

Ce qu’il faut retenir : En l’absence d’un dommage ayant atteint la gravité décennale, la garantie décennale issue de l’article 1792 du Code civil ne peut être mise en œuvre que s’il est établi de manière certaine que le désordre atteindra une telle gravité à l’intérieur du délai décennal. Passé ce délai, la certitude de la survenance d’un dommage à court terme ne peut engager la responsabilité décennale du constructeur. 

Pour approfondir : En l’espèce, les requérants avaient acquis une maison d’habitation, dans laquelle les vendeurs avaient réalisé des lots de gros œuvre, maçonnerie et assainissement durant l’année 2001. Invoquant l’existence de désordres affectant le réseau d’assainissement de l’immeuble, les requérants ont assigné le vendeur et son assureur en référé expertise.

L’expert a alors déposé son rapport définitif en 2013. Il relève qu’aucun désordre n’a pu être constaté lors de l’expertise, mais que l’état des tuyauteries enterrées provoquera un désordre à court terme rendant l’ouvrage impropre à sa destination. Les requérants ont alors assigné le vendeur et son assureur en réparation de leur préjudice sur le fondement de la garantie décennale.

La Cour d’appel fait droit à leur demande. Elle juge que « la certitude de la survenance à court terme d’un désordre (rupture des canalisations en PVC entraînant un engorgement de nature à compromettre la destination de l’ouvrage) est suffisante à engager la responsabilité décennale du constructeur dès lors que ce dommage futur ne peut être considéré comme hypothétique et qu’il a été identifié, dans ses causes, dans le délai décennal d’épreuve, même s’il ne s’est pas réalisé pendant celui-ci ».

La Cour de cassation casse l’arrêt et rappelle le régime des dommages, dits futurs, permettant la mise en œuvre de la garantie décennale, alors même que les désordres en cause n’ont pas atteint la gravité décennale. En effet, rappelons que depuis les revirements de jurisprudence (Cass. civ. 3ème, 3 décembre 2002, n°01-13.855 ; Cass. civ. 3ème, 29 janvier 2003, n°00-21.091 ; n°01-13.034 ; n°01-14.698), sont qualifiés de désordres futurs relevant de l’article 1792 du Code civil, les seuls désordres dont on est certain qu’ils porteront atteinte à la solidité ou à la destination de l’immeuble avant l’expiration du délai décennal.

En l’espèce, à l’issue de l’expertise, 12 ans après la réception des travaux, aucun désordre n’avait été constaté par l’expert. Dès lors, l’action en garantie décennale ne peut aboutir, peu importe que l’expert ait identifié de manière certaine la survenance de désordres décennaux à court terme : le délai décennal est passé et ces désordres surviendront nécessairement postérieurement à l’expiration du délai décennal.

En outre, il convient de bien faire la distinction entre dommage futur et dommage actuel relevant de l’article 1792 du Code civil. Un dommage actuel présente la gravité décennale au jour où le juge statue ; alors que le dommage futur ne compromet pas encore la solidité de l’ouvrage et ne porte pas encore atteinte à sa destination. Par exemple, un risque d’effondrement peut constituer un dommage actuel en tant qu’il compromet la solidité de l’ouvrage. C’est ce qui est retenu en matière de risque d’effondrement dû au non-respect d’une norme parasismique. Ce risque relève alors de la garantie décennale, même s’il est impossible de savoir si et quand le sinistre se réalisera (Cass. civ. 3ème, 11 mai 2011, n°10-11.713). Toutefois, cette solution n’est pas retenue en matière de risque d’effondrement d’un mur dû à une non-conformité à une règle de l’art, pour lequel la Cour de cassation a exigé la certitude que l’effondrement se réalise dans le délai décennal (Cass. civ. 3ème, 23 octobre 2013, n°12-24.201).

A rapprocher : Art. 1792 du Code civil ; Cass. civ. 3ème, 3 décembre 2002, n°01-13.855 ; Cass. civ. 3ème, 29 janvier 2003, n°00-21.091 ; n°01-13034 ; n°01-14698 ; Cass. civ. 3ème, 11 mai 2011, n°10-11.713 ; Cass. civ. 3ème, 23 octobre 2013, n°12-24.201

VOIR AUSSI

Baux commerciaux : application d’une loi nouvelle aux contrats en cours

Cass. civ. 3ème, 9 février 2017, n°16-10.350, Publié au Bulletin

- Vu : 4802

L’article L.145-7-1 du Code de commerce a été introduit par la loi du 22 juillet 2009 n° 2009-888 relative au développement et à la modernisation des services touristiques. Cet article prohibe toute résiliation à l’expiration d’une période triennale d’un bail commercial conclu entre le propriétaire et l’exploitant d’une résidence de tourisme.

> Lire la suite

Agenda d’accessibilité programmée : modalités de contrôle et sanctions applicables aux retardataires

Décret n° 2016-578 du 11 mai 2016

- Vu : 2420

Le décret n° 2016-578 du 11 mai 2016 entré en vigueur le 14 mai 2016 a mis en place un dispositif de contrôle et de sanction applicable aux propriétaires ou exploitant d’établissement recevant du public (ERP) qui n’auraient pas encore procédé au dépôt ou exécuté l’agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP).

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78489
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67597
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38566
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35407
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©