Garantie décennale : exclusion des dommages décennaux certains mais non réalisés dans le délai

Cass. civ. 3ème, 28 février 2018, n°17-12.460

En l’absence d’un dommage ayant atteint la gravité décennale, la garantie décennale issue de l’article 1792 du Code civil ne peut être mise en œuvre que s’il est établi de manière certaine que le désordre atteindra une telle gravité à l’intérieur du délai décennal.

Ce qu’il faut retenir : En l’absence d’un dommage ayant atteint la gravité décennale, la garantie décennale issue de l’article 1792 du Code civil ne peut être mise en œuvre que s’il est établi de manière certaine que le désordre atteindra une telle gravité à l’intérieur du délai décennal. Passé ce délai, la certitude de la survenance d’un dommage à court terme ne peut engager la responsabilité décennale du constructeur. 

Pour approfondir : En l’espèce, les requérants avaient acquis une maison d’habitation, dans laquelle les vendeurs avaient réalisé des lots de gros œuvre, maçonnerie et assainissement durant l’année 2001. Invoquant l’existence de désordres affectant le réseau d’assainissement de l’immeuble, les requérants ont assigné le vendeur et son assureur en référé expertise.

L’expert a alors déposé son rapport définitif en 2013. Il relève qu’aucun désordre n’a pu être constaté lors de l’expertise, mais que l’état des tuyauteries enterrées provoquera un désordre à court terme rendant l’ouvrage impropre à sa destination. Les requérants ont alors assigné le vendeur et son assureur en réparation de leur préjudice sur le fondement de la garantie décennale.

La Cour d’appel fait droit à leur demande. Elle juge que « la certitude de la survenance à court terme d’un désordre (rupture des canalisations en PVC entraînant un engorgement de nature à compromettre la destination de l’ouvrage) est suffisante à engager la responsabilité décennale du constructeur dès lors que ce dommage futur ne peut être considéré comme hypothétique et qu’il a été identifié, dans ses causes, dans le délai décennal d’épreuve, même s’il ne s’est pas réalisé pendant celui-ci ».

La Cour de cassation casse l’arrêt et rappelle le régime des dommages, dits futurs, permettant la mise en œuvre de la garantie décennale, alors même que les désordres en cause n’ont pas atteint la gravité décennale. En effet, rappelons que depuis les revirements de jurisprudence (Cass. civ. 3ème, 3 décembre 2002, n°01-13.855 ; Cass. civ. 3ème, 29 janvier 2003, n°00-21.091 ; n°01-13.034 ; n°01-14.698), sont qualifiés de désordres futurs relevant de l’article 1792 du Code civil, les seuls désordres dont on est certain qu’ils porteront atteinte à la solidité ou à la destination de l’immeuble avant l’expiration du délai décennal.

En l’espèce, à l’issue de l’expertise, 12 ans après la réception des travaux, aucun désordre n’avait été constaté par l’expert. Dès lors, l’action en garantie décennale ne peut aboutir, peu importe que l’expert ait identifié de manière certaine la survenance de désordres décennaux à court terme : le délai décennal est passé et ces désordres surviendront nécessairement postérieurement à l’expiration du délai décennal.

En outre, il convient de bien faire la distinction entre dommage futur et dommage actuel relevant de l’article 1792 du Code civil. Un dommage actuel présente la gravité décennale au jour où le juge statue ; alors que le dommage futur ne compromet pas encore la solidité de l’ouvrage et ne porte pas encore atteinte à sa destination. Par exemple, un risque d’effondrement peut constituer un dommage actuel en tant qu’il compromet la solidité de l’ouvrage. C’est ce qui est retenu en matière de risque d’effondrement dû au non-respect d’une norme parasismique. Ce risque relève alors de la garantie décennale, même s’il est impossible de savoir si et quand le sinistre se réalisera (Cass. civ. 3ème, 11 mai 2011, n°10-11.713). Toutefois, cette solution n’est pas retenue en matière de risque d’effondrement d’un mur dû à une non-conformité à une règle de l’art, pour lequel la Cour de cassation a exigé la certitude que l’effondrement se réalise dans le délai décennal (Cass. civ. 3ème, 23 octobre 2013, n°12-24.201).

A rapprocher : Art. 1792 du Code civil ; Cass. civ. 3ème, 3 décembre 2002, n°01-13.855 ; Cass. civ. 3ème, 29 janvier 2003, n°00-21.091 ; n°01-13034 ; n°01-14698 ; Cass. civ. 3ème, 11 mai 2011, n°10-11.713 ; Cass. civ. 3ème, 23 octobre 2013, n°12-24.201

Sommaire

Autres articles

some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
COVID-19 : Fermeture des commerces non essentiels et demande de restitution des loyers payés pendant la période de confinement
La 18ème chambre du tribunal judiciaire de Paris décide que le locataire n’est pas fondé à exciper, au soutien de sa demande de restitution de loyers payés pendant la période de fermeture administrative de son commerce de vente d’objets d’art…
some
Etendue de la destination contractuelle d’un restaurant et vente à emporter
L’adjonction d’une activité ne peut donner lieu à déplafonnement du loyer s’il s’agit d’une activité dite incluse, c’est-à-dire se rattachant naturellement à la destination contractuelle initiale et à son évolution en fonction des usages ou pratiques...