Point de départ du délai de prescription de l’action en rétractation de l’offre de renouvellement du bail commercial pour motif grave et légitime

Photo de profil - SIMON Jean-Charles | Avocat Associé-Gérant | Lettre des réseaux

SIMON Jean-Charles

Avocat Associé-Gérant

Cass. civ. 3ème, 9 novembre 2017, n°16-23.120

Le délai de prescription de l’action en rétractation de l’offre de renouvellement du bail pour motif grave et légitime court à compter du jour où le bailleur a eu connaissance de l’infraction qui fonde son refus.

Ce qu’il faut retenir : Le délai de prescription de l’action en rétractation de l’offre de renouvellement du bail pour motif grave et légitime court à compter du jour où le bailleura eu connaissance de l’infraction qui fonde son refus.

Pour approfondir : En l’espèce, le 1er février 1999, un bail commercial a été conclu entre deux sociétés. Le 14 février 2008, le bailleur a fait délivrer un congé avec offre de renouvellement et indemnité d’éviction. Puis, constatant que la clause de destination du bail n’était pas respectée, le bailleur a mis en demeure le preneur, le 4 janvier 2013, d’avoir à exploiter les lieux conformément à la destination du bail. Le bailleur a rétracté son offre de renouvellement le 18 mars 2013, en invoquant un motif grave et légitime tenant à la violation de la destination des lieux prévus au contrat. Le 19 avril 2013, ce dernier a assigné le preneur en validité du refus de renouvellement.

Par un arrêt du 17 mai 2016, la Cour d’appel a décidé, sur le fondement de l’article L.145-60 du Code de commerce, que le délai de prescription de l’action en rétractation de l’offre de renouvellement du bail pour motif grave et légitime courait à compter du jour où le bailleur qui refuse le renouvellement découvre le motif grave et légitime qui fonde son refus.

Le preneur a formé un pourvoi en cassation en arguant, d’une part, de la violation de l’article L.145-60 du Code de commerce par la Cour d’appel, laquelle aurait dû faire courir le délai de prescription à compter de la date de délivrance du congé. D’autre part, se fondant sur les articles L.145-60 précité et 2225 du Code civil, le preneur soutenait que dans le cas d’une prescription commençant à courir à compter du jour où le bailleur a eu connaissance d’un évènement, il conviendrait de retenir, par assimilation, la date à laquelle un bailleur prudent et diligent aurait dû découvrir l’événement.

Par un important arrêt, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi et confirmé l’arrêt de la Cour d’appel au motif que le délai de prescription de l’action en rétractation de l’offre du renouvellement du bail pour motif grave et légitime, prévu à l’article L. 145-60 du Code de commerce, court à compter du jour où le bailleur a eu connaissance de l’infraction qui fonde son refus. La date à laquelle le bailleur a découvert cette infraction est laissée à l’appréciation souveraine des juges du fond.

Aux termes de cette jurisprudence, la Cour de cassation a ainsi confirmé la prescriptibilité de l’action en rétractation et l’applicabilité du délai de deux ans conformément à l’article L.145-60 du Code de commerce. De même, elle a rejoint l’application du droit commun qui précise, en ses articles 2224 et 2227 du Code civil, que le délai de prescription court à compter du jour où le titulaire d’un droit a connaissance ou aurait dû avoir connaissance des faits lui permettant de l’exercer.

Néanmoins, la conséquence d’une telle position est le report du délai de prescription, ce qui pourrait être contraire aux objectifs de la prescription abrégée, le preneur pouvant se retrouver dans une situation juridique incertaine.

A rapprocher : L.145-60 du Code de commerce ; Art. 2224 et art. 2227 du Code civil

Sommaire

Autres articles

some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
[VIDÉO] Baux commerciaux et marché locatif, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire intervenant dans le cadre de contentieux locatifs et d'indemnités d'éviction, aborde notamment dans cette vidéo le marché locatif, la baisse/hausse des loyers et la propriété commerciale.
some
Exploitation illicite : attention aux modifications apportées aux projets commerciaux en cours de réalisation !
Par un arrêt en date du 15 février 2021, la Cour administrative d’appel de Marseille, saisie par l’Association En Toute Franchise, a censuré le refus d’un Préfet de mettre en œuvre les pouvoirs de police qu’il détient en matière d’aménagement…