webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

L’option exercée par l'administrateur judiciaire aux fins de continuation du contrat de franchise

L'administrateur judiciaire qui opte pour la continuation du contrat de franchise doit respecter les obligations lui incombant en application de ce même contrat ; à défaut, le contrat de franchise pourra être résilié. Cette situation classique appelle plusieurs observations.

Ce qu’il faut retenir :

L'administrateur judiciaire qui opte pour la continuation du contrat de franchise doit respecter les obligations lui incombant en application de ce même contrat ; à défaut, le contrat de franchise pourra être résilié. Cette situation classique appelle plusieurs observations.

 

Pour approfondir :

En premier lieu, le contrat de franchise continué doit être exécuté par l'administrateur judiciaire, aux conditions en vigueur au jour de l'ouverture de la procédure collective (Cass. com., 27 mars 1990, Bull. civ. 1990, IV, n°98 ; Cass. com., 21 janv. 1992, RJDA 1992, n°512), la poursuite du contrat impliquant le respect de chacune des clauses de ce contrat (Cass. com., 4 févr. 1986, Bull. civ. IV, n°3 ; Cass. com., 10 janv. 1984, Bull. civ. IV, n°12 ; Cass. com., 19 juill. 1982, Bull. civ. IV, n°280 ; JCP CI, 1983, I, 11273, n°13, obs. M. Cabrillac et M. Vivant ; Cass. com., 5 juill. 1982, Bull. civ. IV, n°263 ; Cass. com., 20 févr. 1973, Bull. civ. IV, n°86). Dès lors, si l’administrateur judiciaire fournit la prestation promise, le cocontractant a l’obligation de poursuivre l’exécution du contrat de franchise (Cass. com., 19 mars 1991, Bull. civ. IV, n°109).

En deuxième lieu, l’article L. 622-13, alinéa 2 du code de commerce, reprend les dispositions de l’ancien article L. 621-28 du même code, selon lequel : « lorsque la prestation porte sur le paiement d’une somme d’argent, celui-ci doit se faire au comptant, sauf pour l’administrateur à obtenir l’acceptation, par le cocontractant du débiteur, des délais de paiement ». Il est alors tout à fait logique que le cocontractant – dont le paiement de la créance antérieure se trouve « gelé » du fait de l’ouverture de la procédure collective –, ait droit au paiement comptant de ses prestations, d’autant que la continuation du contrat s’impose à lui.

En troisième lieu, dès lors que le principe admis est celui de la poursuite du contrat aux clauses et conditions initiales, le manquement par le franchisé à ses obligations contractuelles, postérieurement à l'ouverture de la procédure collective, ouvre au franchiseur le droit d'agir en résiliation du contrat de distribution ; cette solution est conforme au droit commun (Cass. com., 30 mars 1999, Act. proc. coll. 1999, comm. 134 ;  Cass. com., 16 mars 1999, LPA, 3 févr. 2000, n°24, p. 20, note Ch.-H. Gallet). Dans ce cas, non seulement sa responsabilité peut être engagée, mais l’exécution du contrat de franchise peut encore se trouver paralysée par l’application des règles du droit commun, notamment par le jeu de l’exception d’inexécution (Cass. com., 5 juill. 1982, Bull. civ. 1982, IV, n°263 ; Cass. com., 11 oct. 1994, n°92-17.599, JCP G, 1995, I, 3815, n°15, obs. Ph.  Pétel).

En quatrième lieu, l'alinéa 3 de l’article L. 622-13 du code de commerce de dispose : « à défaut de paiement dans les conditions définies à l'alinéa précédent et d'accord du cocontractant pour poursuivre les relations contractuelles, le contrat est résilié de plein droit ». La constatation de la résiliation de plein de droit relève de la compétence exclusive du juge-commissaire, par application de l’article R. 622-13 précité.

 

A rapprocher : F.-L. Simon, Théorie de Pratique du droit de la franchise, éditions JOLY, févr. 2009, spéc. §§.749-753

VOIR AUSSI

Effets de la rétractation du jugement d’ouverture d’une procédure collective

Cass. com., 17 octobre 2018, n°17-17.635

- Vu : 958

La rétractation du jugement d’ouverture d’une procédure collective prive rétroactivement ce dernier de tous ses effets. Par voie de conséquence, elle met fin à l'arrêt du cours des intérêts résultant de plein droit du jugement d'ouverture.

> Lire la suite

Procédures collectives et cession forcée du contrat de distribution à un tiers

- Vu : 9201
La question de savoir si le contrat de distribution en cours lors de l'ouverture de la procédure collective et dont la poursuite a été décidée par l'administrateur peut faire l'objet d'une transmission à un tiers reste particulièrement agitée. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107113
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88038
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44199
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43542
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©