webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Le droit à l'erreur : la nouvelle protection des contribuables de bonne foi

Projet de loi n°424 - Dossier de presse du 27 novembre 2017

Présenté au Conseil des ministres du 27 novembre 2017, le projet de loi pour "Un Etat au service d'une société de confiance" prévoit notamment un droit à l'erreur pour les contribuables.

Ce qu’il faut retenir : Présenté au Conseil des ministres du 27 novembre 2017, le projet de loi pour Un Etat au service d'une société de confiance prévoit notamment un droit à l'erreur pour les contribuables.

Ce dispositif vise essentiellement les erreurs commises de bonne foi dans les déclarations évitant ainsi aux contribuables l’application totale ou partielle de pénalités ou d’intérêts de retard.

Pour approfondir : Le droit à l’erreur prévu par le projet de loi actuel dispose de deux volets régissant respectivement la relation entre, d’une part, l’administration et les contribuables et, d’autre part, l’administration et les entreprises.

Dans le cadre de ce projet, le contribuable, aussi bien personne physique que morale, bénéficierait d’une limitation dans l’application de certaines sanctions.

En effet, il est prévu qu’une « personne ayant méconnu une règle applicable à sa situation ne peut faire l’objet, de la part de l’administration, d’une sanction, pécuniaire ou consistant en la privation de tout ou partie d’une prestation due, si elle a régularisé sa situation de sa propre initiative ou après avoir été invitée à le faire par l’administration, dans le délai que celle-ci lui a indiqué ».

Ainsi, en cas de déclaration erronée ou incomplète :

  • Soit le contribuable rectifie spontanément son erreur. Dans ce cas, les majorations d’impôts ne sont pas appliquées et l'intérêt de retard éventuellement dû seraient réduit de moitié (à noter que la loi de finances rectificative pour 2017 prévoit de faire passer le taux actuel de 0,40 % à 0,20 % par mois. Le taux effectif en cas de rectification spontanée serait alors de 0,10 %) ;
  • Soit l'administration détecte l'erreur lors d'un contrôle sur pièces. Les pénalités ne seraient pas appliquées et l'intérêt de retard éventuellement dû serait réduit de 30% dès lors que le contribuable formule une demande de régularisation dans les 30 jours suivants ce contrôle ;
  • Soit l'administration démontre la mauvaise foi et les intérêts de retard s'appliqueraient sans aucune réduction.

A titre d’exemple, constitueraient des erreurs, l'oubli d'un justificatif ou le défaut de souscription de la déclaration de résultat par voie dématérialisée.

En toute hypothèse, ce droit à l’erreur ne trouverait à s’appliquer qu’une fois et exclurait de son champ d’application certaines sanctions dont les sanctions requises pour la mise en œuvre du droit de l’Union européenne ou les sanctions prononcées en cas de méconnaissance des règles préservant la santé publique, la sécurité des personnes et des biens ou l’environnement.

Enfin, outre la possibilité de demander un rescrit sur sa situation fiscale, les entreprises pourraient demander à l'administration de venir les contrôler sur place, dans le cadre d’un contrôle préalable, pour valider ses résultats fiscaux. Les conclusions de ce contrôle seraient opposables à l'Administration fiscale.

VOIR AUSSI

La holding animatrice de groupe : une qualification en passe d’être sécurisée ?

Communiqué de presse du 3 novembre 2015

- Vu : 3230

Le Conseil supérieur du notariat, le Conseil national des Barreaux et le Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables ont élaboré une définition commune de la holding animatrice qu’ils ont présentée le 3 novembre 2015 dans un communiqué de presse, la Commission des finances de l’Assemblée nationale ayant refusé de se saisir du sujet.

> Lire la suite

Attribution d’une rémunération excessive à un dirigeant et abus de pouvoir - Cass. crim., 16 mai 2012, pourvoi n°11-85.150

- Vu : 7403

Illustration d'un cas dans lequel le dirigeant avait usé de son statut et de l’influence qui en découle afin d’en faire un usage personnel et contraire aux intérêts de la société.


> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75426
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 61897
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38339
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34673
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©