webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Bail commercial : clause résolutoire et pouvoirs du juge

Cass. civ., 3ème, 5 octobre 2017, n° 15-25.018

Le bénéfice d’une clause résolutoire prévoyant la résiliation de plein droit d’un bail commercial, un mois après mise en demeure, en cas de persistance du manquement par le preneur à l’une des obligations stipulées au bail et rappelée au commandement, est acquis sans que le juge n’ait à apprécier la gravité du manquement contractuel.



Ce qu’il faut retenir : Le bénéfice d’une clause résolutoire prévoyant la résiliation de plein droit d’un bail commercial, un mois après mise en demeure, en cas de persistance du manquement par le preneur à l’une des obligations stipulées au bail et rappelée au commandement, est acquis sans que le juge n’ait à apprécier la gravité du manquement contractuel

Pour approfondir : Un contrat de bail commercial est conclu entre la société X et Mr. Y. Le 28 juillet 2006, le bailleur assigne le preneur en nullité du congé avec offre d'indemnité d'éviction et, subsidiairement, en désignation d'un expert pour évaluer cette indemnité. Par jugement du 7 mars 2007, le Tribunal de grande instance de Saint Denis déboute le preneur de sa demande de nullité du congé et confie une expertise sur la valorisation de l’indemnité d’éviction. L'expert commis ayant constaté l'existence d'une sous-location portant sur l'apposition de panneaux publicitaires, le bailleur fait délivrer au locataire, par acte du 17 juin 2008, un commandement visant la clause résolutoire pour sous-location interdite, dont il demande l'acquisition passé le délai d'un mois de cette délivrance.

Statuant sur renvoi après cassation, l’arrêt rendu le 10 avril 2015 par la Cour d’appel de Saint Denis déboute le bailleur de sa demande d’acquisition de la clause résolutoire, au motif que « la gravité de l’infraction doit être considérablement relativisée au regard du type d’occupation (panneaux publicitaires), du caractère dérisoire de la contrepartie (400,00 € par an) et des trois attestations (dont deux émanant de personnes n’ayant aucun lien avec lui) que Z A G H verse aux débats témoignant de l’existence de ces panneaux publicitaires depuis au moins 1976 ».

Par l’arrêt commenté (Cass. civ., 3ème, 5 oct. 2017, n° 15-25.018), la haute juridiction casse l’arrêt rendu par la Cour d’appel de Saint Denis au visa de l’article 1134 du code civil et retient : « le bénéfice d’une clause résolutoire prévoyant la résiliation de plein droit du bail, un mois après mise en demeure, en cas de persistance du manquement par le preneur à l’une des obligations stipulées au bail et rappelée au commandement, est acquis sans que le juge n’ait à apprécier la gravité du manquement contractuel, la Cour d’appel (…) n'a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations et a violé les textes susvisés ».

Cette décision s’inscrit dans le courant de la jurisprudence de la troisième chambre civile, ancienne (Cass. civ. 3ème, 20 juill. 1989, n° 88-13.856) mais tenace (Cass. civ. 3ème, 20 oct. 2016, n°15-18.051), selon laquelle le juge doit, en présence d’une clause résolutoire claire dans le bail commercial, se contenter de vérifier si celle-ci a été (ou non) violée, sans toutefois pouvoir apprécier la gravité du manquement.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 20 oct. 2016, n° 15-18.051 ; Cass., civ. 3ème, 20 juill. 1989, n° 88-13856 

VOIR AUSSI

La dénégation du droit au statut n’est pas soumise à la prescription biennale

Cass. civ. 3ème, 7 septembre 2017, n°16-15.012

- Vu : 1534

L’action engagée par le bailleur visant à obtenir l’expulsion du locataire, en lui déniant l’application du statut des baux commerciaux pour défaut d’immatriculation à la date du congé ou à sa date d’effet, n’est pas soumise à la prescription biennale de l’article L.145-60 du Code de commerce.

> Lire la suite

Peut-on engager la responsabilité du constructeur après expiration du délai décennal ?

Cass. civ. 3ème, 5 janvier 2017, n°15-22.772

- Vu : 3230

La responsabilité du constructeur peut être engagée postérieurement à l’expiration du délai de garantie décennale, sur le fondement de la responsabilité contractuelle pour faute dolosive.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105531
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43612
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©