L’ISF remplacé par l’Impôt sur la Fortune Immobilière

Projet de loi finances (PLF) 2018

A compter du 1er janvier 2018, est instauré un impôt sur la fortune immobilière (IFI). Celui-ci vient se substituer à l’Impôt sur la fortune (ISF) qui sera abrogé.

Ce qu’il faut retenir : A compter du 1er janvier 2018, est instauré un impôt sur la fortune immobilière (IFI). Celui-ci vient se substituer à l’Impôt sur la fortune (ISF) qui sera abrogé.

Pour approfondir : L’IFI présente de nombreuses similarités avec l’ISF. Toutefois, il ne frappera que la détention, directe ou indirecte, d’un patrimoine immobilier non affecté à l’activité professionnelle.

Seront ainsi soumis à l’IFI, les contribuables domiciliés en France ou hors de France. Les premiers seront soumis sur l’ensemble de leur patrimoine immobilier (biens et droits immobiliers, et parts ou actions de sociétés ou organismes à hauteur de la fraction de leur valeur représentative de tels biens ou droits). Les seconds seront imposables sur leur patrimoine immobilier situé en France.

Concernant le passif déductible, un mécanisme de limitation de déduction des dettes sera instauré. Lorsque le patrimoine taxable est égal ou supérieur à 5 millions d’euros et que le passif en représente plus de 60 % de l’actif taxable, le contribuable ne pourra déduire que 50 % du passif dépassant les 60 %.

Le seuil d’assujettissement ainsi que le barème de l’IFI reprennent tels quels ceux de l’ISF.

L’exonération des biens professionnels de l’ISF est également transposée à l’IFI (la définition des biens professionnels serait adaptée aux actifs immobiliers). De plus, seront également exonérées les parts détenues dans une société opérationnelle (industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale), lorsque la détention représente moins de 10 % du capital ou des droits de vote.

En revanche, certains dispositifs d’exonération de l’ISF ne sont pas transposés à l’IFI. Sont notamment concernées, les dispositions relatives aux réductions d’impôt accordées au titre des investissements dans les PME (article 885-0 V bis du Code général des impôts), ainsi que le mécanisme du pacte Dutreil (article 885 I bis du Code général des impôts) visant à exonérer à concurrence de 75 % de leur valeur les parts ou actions détenues par un redevable et faisant l’objet d’un engagement de conservation.

Afin d’atténuer l’effet de seuil, les patrimoines immobiliers compris entre 1,3 millions et 1,4 millions d’euros bénéficieront d’une réduction d’impôt égale à  17 500 € – 1,25 % de la valeur nette taxable du patrimoine.

En outre, en vue d’assurer une transition entre l’ISF et l’IFI, un amendement prévoit la possibilité de déduire les dons réalisés entre le 1er janvier et le 15 juin 2018 pour l’IFI 2018.

Enfin, suite à la polémique soulevée par l’opposition, un amendement instaure la possibilité pour l’administration fiscale d’imposer l’immatriculation des véhicules de sport (au-delà de 36 chevaux) ainsi que les navires de plaisance et de sport supérieurs à 30 mètres.

Sommaire

Autres articles

some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
COVID-19 : Fermeture des commerces non essentiels et demande de restitution des loyers payés pendant la période de confinement
La 18ème chambre du tribunal judiciaire de Paris décide que le locataire n’est pas fondé à exciper, au soutien de sa demande de restitution de loyers payés pendant la période de fermeture administrative de son commerce de vente d’objets d’art…
some
Etendue de la destination contractuelle d’un restaurant et vente à emporter
L’adjonction d’une activité ne peut donner lieu à déplafonnement du loyer s’il s’agit d’une activité dite incluse, c’est-à-dire se rattachant naturellement à la destination contractuelle initiale et à son évolution en fonction des usages ou pratiques...