webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Abus de droit et démembrement temporaire des parts de SCI

Rapport 2017 du Comité de l’abus de droit fiscal – Affaire n°2016-11

A l’issue d’un démembrement de part de SCI dont l’usufruit est accordé à une société soumise à l’impôt sur les sociétés, l’administration fiscale ne peut mettre en œuvre la procédure de l’abus de droit que si la société de capitaux est dépourvue de substance économique.

Ce qu’il faut retenir : A l’issue d’un démembrement de part de SCI dont l’usufruit est accordé à une société soumise à l’impôt sur les sociétés, l’administration fiscale ne peut mettre en œuvre la procédure de l’abus de droit que si la société de capitaux est dépourvue de substance économique.

Pour approfondir : L’article L.64 du LPF prévoit que lorsque l’administration fiscale active la procédure pour abus de droit, cette dernière ainsi que le contribuable peuvent saisir le comité de l’abus de droit fiscal afin d’obtenir un avis sur la procédure. Pour rappel, l’avis du comité a pour conséquence l’attribution de la charge de la preuve qui pèsera sur celui pour lequel l’avis est défavorable.

Le Comité publie chaque année un rapport recensant les différents avis rendus. Dans le rapport 2017, l’avis concernant l’affaire n°2016-11 permet un traçage plus précis des contours de l’abus de droit dans le cas d’un démembrement de part de SCI.      

Dans cette affaire, il s'agissait de contribuables détenant des parts de SCI, elles-mêmes propriétaires de locaux commerciaux donnés en location. Relevant du régime des sociétés de personnes, le résultat fiscal de ces sociétés était déterminé selon les règles applicables aux revenus fonciers, puis imposé à l'impôt sur le revenu au nom du foyer fiscal des associés. Toutefois, ils créèrent plusieurs sociétés civiles qui optèrent immédiatement pour l'impôt sur les sociétés et auxquelles ils apportèrent l'usufruit des titres des SCI pour une durée fixe. Selon les modalités de l'article 238 bis K du CGI, les résultats furent déterminés selon les modalités applicables aux bénéfices industriels et commerciaux, soumis à une imposition de 15% pour la fraction inférieure à 38 120 € et de 33,33% au-delà.

L’administration fiscale, considérant que ce montage faisant intervenir des sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés n’avait que pour but d’atténuer la charge fiscale des contribuables, remit en cause la déclaration des contribuables sur le fondement de la procédure de l’abus de droit.

Cependant, le Comité, par une appréciation concrète de la situation (présence de compte bancaire et d’une trésorerie abondante ; réalisation de placements financiers entre autre), considère qu’il y a bien, au contraire, substance économique. 

Cet avis tranche avec divers avis adoptés quelques mois plutôt, où par le même raisonnement, le Comité avait identifié à plusieurs reprises un abus de droit dans le cadre de montage recourant au démembrement de part d’une SCI, dont l’usufruit était attribué à une société soumise à impôt sur les sociétés.

L’usage du démembrement n’est donc pas abusif par nature, mais il faudra être précautionneux quant à son usage. Les nus propriétaires veilleront à ce que les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés aient une certaine consistance économique afin d’éviter toute requalification par l’administration fiscale.

A rapprocher : Affaire n°2014-33 du 29 janvier 2015

VOIR AUSSI

Irrégularité d’une délibération d’Assemblée générale pour non-respect de l’ordre du jour

Cass. com., 14 février 2018, n°15-16.525

- Vu : 1119

Une assemblée générale ne peut valablement désigner un commissaire aux comptes autre que celui mentionné à l’ordre du jour de ladite assemblée générale.

> Lire la suite

Contrat de franchise et société « créée de fait »

Cass. civ. 1ère, 3 décembre 2008, pourvoi n°07-13.043

- Vu : 3721

La question des droits de l’époux ayant participé à l’activité commerciale de son conjoint à percevoir un paiement a toujours alimenté la jurisprudence. 

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75465
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 61986
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38349
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34687
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©