Obligations d’amélioration de la performance énergétique – Suspension dans son ensemble de l’exécution du décret du 9 mai 2017

Photo de profil - MILLIER-LEGRAND Chantal | Avocat | Lettre des réseaux

MILLIER-LEGRAND Chantal

Avocat

CE, Ordonnance du 11 juillet 2017, n°411.578

Par une  ordonnance du 11 juillet 2017, le juge des référés du Conseil d’Etat suspend dans son ensemble l’exécution du décret du 9 mai 2017, estimant que les conditions prévues par l’article L.521-1 du CJA sont remplies.

Ce qu’il faut retenir : Suivant ordonnance de référé du 28 juin 2017, le Conseil d’Etat a suspendu partiellement l’exécution du décret n°2017-918 du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire, en raison du calendrier jugé impossible à respecter et qui devait entrer en vigueur le 1er juillet 2017.

Le Conseil d’Etat réservait sa décision sur les autres demandes de la requête arguant d’un doute sérieux sur la légalité du décret.

Par une nouvelle ordonnance du 11 juillet 2017, le juge des référés du Conseil d’Etat suspend dans son ensemble l’exécution du décret du 9 mai 2017, estimant que les conditions prévues par l’article L.521-1 du Code de justice administrative sont remplies.

Ce texte est donc inapplicable jusqu’à ce que le Conseil d’Etat se prononce définitivement sur sa légalité.

 

Pour approfondir : Le ministère du logement publiait le 10 mai, avec beaucoup de retard, le décret relatif aux obligations de travaux d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire.

Mesure phare de la Loi Grenelle II du 12 juillet 2010, le décret du 9 mai 2017 a déçu et sa mise en œuvre a été jugée difficile.

Trois organisations professionnelles ont saisi le Juge des référés du Conseil d’Etat par requête en date du 16 juin 2017, pour obtenir la suspension de l’exécution du décret n°2017-918 du 9 mai 2017.

Les organisations professionnelles ont justifié de l’urgence en invoquant le trop court délai entre la date d’entrée en vigueur du décret, soit le 10 mai 2017 et la date du 1er juillet 2017, fixée pour la production par les opérateurs concernés du plan d’actions et du rapport d’études énergétiques pour améliorer la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire d’une surface supérieure ou égale à 2.000 m2,  et arguant plus généralement d’un doute sérieux sur la légalité du décret.

Le Ministre de la Cohésion des Territoires concluait au rejet de la requête, à l’absence d’urgence, et soutenait qu’aucun des motifs soulevés n’était de nature à créer un doute sérieux quant à la légalité du décret contesté.

Le Conseil d’Etat, dans une première étape, a fait droit à la requête admettant que le calendrier fixé était impossible à respecter par les opérateurs concernés. L’exécution du décret du 9 mai 2017 était ainsi suspendue en tant qu’il comportait à l’article R.131-46 du Code de la construction et de l’habitation les mots : « avant le 1er juillet 2007. »

Dans sa première décision, le Conseil d’Etat était réservé sur les autres demandes de la requête.

Dans son ordonnance du 11 juillet 2017, le juge des référés du Conseil d’Etat rappelle le texte l’habilitant à prononcer la suspension du décret : « Considérant qu’aux termes de l’article L.521-1 du Code de justice administrative : « Quand une décision administrative, même de rejet, fait l’objet d’une requête en annulation ou en réformation, le juge des référés, saisi d’une demande en ce sens, peut ordonner la suspension de l’exécution de cette décision, ou de certains de ses effets, lorsque l’urgence le justifie et qu’il est fait état d’un moyen propre à créer, en l’état de l’instruction, un doute sérieux quant à la légalité de la décision» et admet que les critiques formulées par les requérants sont propres à créer « un doute sérieux sur la légalité  du décret ».

Ainsi, selon le juge des référés du Conseil d’Etat, ce texte ne pouvait, sans méconnaître l’article L.111-10- 3 du Code de la construction et de l’habitation, imposer une obligation de réduction de 25% de la consommation énergétique des lors que la loi impose un délai de 5 ans entre la publication du décret  d’application de cet article et la date à laquelle les obligations de performance énergétique doivent être respectées.

Par ailleurs, le Conseil d’Etat estime que ce décret méconnaît le principe de sécurité juridique, certains bâtiments du secteur tertiaire ayant été omis du champ d’application, et aucune modulation des obligations à la charge des propriétaires ou des bailleurs en fonction de la destination des bâtiments concernés n’ayant été prévue.

Le juge des référés retient donc que ces moyens sont propres à créer un doute sérieux sur la légalité du décret.

Le juge des référés constate enfin que la condition d’urgence à laquelle est subordonnée la suspension aux termes de l’article L.521-1 du Code de justice administrative est remplie, les études préalables à engager et visées par ce décret ne pouvant se baser sur les exigences à respecter non définies.

L’exécution du décret du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire est suspendue.

Ce texte est donc inapplicable jusqu’à ce que le Conseil d’Etat se prononce définitivement sur sa légalité.

 

A rapprocher : Article 3 de la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement ; Article L.111-10-3 du Code de la construction et de l’habitation ; Article 17 de la loi du 17 août 2015 relative à la transformation énergétique ; Article R.131-46 du Code de la construction et de l’habitation

Sommaire

Autres articles

some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
Exploitation illicite : attention aux modifications apportées aux projets commerciaux en cours de réalisation !
Par un arrêt en date du 15 février 2021, la Cour administrative d’appel de Marseille, saisie par l’Association En Toute Franchise, a censuré le refus d’un Préfet de mettre en œuvre les pouvoirs de police qu’il détient en matière d’aménagement…
some
COVID-19 : Fermeture des commerces non essentiels et demande de restitution des loyers payés pendant la période de confinement
La 18ème chambre du tribunal judiciaire de Paris décide que le locataire n’est pas fondé à exciper, au soutien de sa demande de restitution de loyers payés pendant la période de fermeture administrative de son commerce de vente d’objets d’art…