webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Garantie décennale : désordres affectant une pompe à chaleur rendant l’ouvrage impropre à sa destination

Cass. civ. 3ème, 15 juin 2017, n°16-19.640

La garantie décennale de l’article 1792 du Code civil s’applique à des éléments d’équipements, tels que les pompes à chaleur, qu’ils soient dissociables ou non, d’origine ou installés sur l’existant, dès lors qu’ils rendent l’ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination.

Ce qu’il faut retenir : La garantie décennale de l’article 1792 du Code civil s’applique à des éléments d’équipements, tels que les pompes à chaleur, qu’ils soient dissociables ou non, d’origine ou installés sur l’existant, dès lors qu’ils rendent l’ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination.

Pour approfondir : Dans cette affaire, Monsieur X a confié la fourniture et la pose d’une pompe à chaleur à une société, en finançant cette installation à l’aide d’un prêt. Constatant des dysfonctionnements sur son matériel, Monsieur X a assigné la société qui avait procédé à l’installation, son assureur et l’établissement finançant le prêt, sur le fondement de la garantie décennale prévue à l’article 1792 du Code civil.

Ce texte prévoit en effet que tout constructeur d'un ouvrage est responsable de plein droit, envers le maître ou l'acquéreur de l'ouvrage, des dommages, même résultant d'un vice du sol, qui compromettent la solidité de l'ouvrage ou qui, l'affectant dans l'un de ses éléments constitutifs ou l'un de ses éléments d'équipement, le rendent impropre à sa destination.

Les juges de première instance ont déclaré la société qui avait procédé à l’installation de la pompe à chaleur redevable de la garantie décennale.  L'assureur de cette société a interjeté appel, en soutenant que la pompe à chaleur, dont l'installation n'avait pas entraîné de construction ni de modification de la structure du bâtiment, ne constituait pas une incorporation la rendant indissociable du gros-œuvre et n'était pas un ouvrage au sens de l'article 1792 du code civil.

La Cour d’appel a rejeté les demandes formulées par Monsieur X, en retenant que les éléments d’équipement bénéficiant de la garantie décennale sont ceux qui ont été installés au moment de la réalisation de l’ouvrage. La Cour d’appel a relevé qu’en l’espèce, la pompe à chaleur considéré n’avait pas été installée en même temps que la construction de la maison de Monsieur X et a donc refusé la mise en jeu de la garantie décennale. Ce dernier a formé un pourvoi en cassation.

La Cour de cassation censure la position de la Cour d’appel et précise que les désordres affectant des éléments d'équipement, dissociables ou non, d'origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité décennale lorsqu'ils rendent l'ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination.

Précédemment, la troisième chambre civile avait retenu une position différente, notamment en matière de pompe à chaleur (Cass. civ. 3ème, 12 novembre 2015, n°14-20-915), en précisant que les éléments d'équipement dissociables adjoints à un ouvrage existant se trouvaient hors du champ d'application de la garantie de bon fonctionnement. Dès lors, l'adjonction, sur une installation existante, d'un élément tel une pompe à chaleur, ne constituait pas un ouvrage au sens de l'article 1792 du Code civil.

Toutefois, cet arrêt du 15 juin 2017 semble venir confirmer la position plus récemment adoptée par la troisième chambre civile (Cass. civ. 3ème, 7 avril 2016, n°15-15-441), qui avait déjà précisé que les désordres affectant des éléments d'équipement, dissociables ou non, relevaient de la responsabilité décennale, s'ils rendent l'ouvrage en son ensemble impropre à sa destination.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 12 novembre 2015, n°14-20-915 ; Cass. civ. 3ème, 7 avril 2016, n°15-15-441

VOIR AUSSI

Bail commercial : expiration du bail et perte du droit à l’indemnité d’éviction

Cass. civ. 3ème, 5 octobre 2017, n°16-21.977

- Vu : 1614

Une faute du locataire dans l’exécution de ses obligations peut conduire à la prononciation d’une sanction : la résiliation du bail et la perte du droit à l’indemnité d’éviction.

> Lire la suite

La régularisation tardive des charges est déloyale et brutale - Cass. civ. 3ème, 21 mars 2012, pourvoi n°11-14.174

- Vu : 9834
En application du droit commun des obligations, le bailleur défaillant s’expose à une désapprobation des juges sur le fondement de la mauvaise foi.  > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105838
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87879
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43687
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43298
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©