webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Efficacité des travaux préfinancés par l’assureur dommage-ouvrage et charge de la preuve

Cass. civ. 3ème, 29 juin 2017, n°16-19.634

Il incombe à l’assureur dommage-ouvrage, tenu d’une obligation de préfinancer les travaux de nature à remédier efficacement aux désordres garantis, de rapporter la preuve de l’absence de lien de causalité entre son intervention de réparation et le dommage.



Ce qu’il faut retenir : Il incombe à l’assureur dommage-ouvrage, tenu d’une obligation de préfinancer les travaux de nature à remédier efficacement aux désordres garantis, de rapporter la preuve de l’absence de lien de causalité entre son intervention de réparation et le dommage.

Pour approfondir : Cette affaire opposait une copropriété, composée de plusieurs bâtiments réceptionnés le 31 octobre 1986, et l’assureur dommage-ouvrage.

Le Syndicat avait déclaré à l’assureur le 30 août 1996, des désordres affectant les gardes corps en chêne des balcons.

L’assureur avait notifiée sa garantie. Les travaux de reprise étaient réalisés et réceptionnés le 2 octobre 2001.

En 2007, le Syndicat faisait une nouvelle déclaration de sinistre. Cette fois l’assureur DO refusait sa garantie et opposait la prescription de l’action.

L’arrêt de la Cour d’appel avait déclaré l’action prescrite au motif que le sinistre trouvait sa source dans les bois d’origine en raison de la présence d’un champignon et non dans les travaux de réparation.

La Cour d’appel confirmait ainsi le jugement du Tribunal qui avait jugé que n’était pas rapportée la preuve d’une insuffisance ou d’une inefficacité des travaux financés par l’assureur dommage-ouvrage.

La Cour de cassation casse l’arrêt et précise « qu’en statuant ainsi alors qu’il incombe à l’assureur dommage-ouvrage tenu d’une obligation de préfinancer des travaux de nature à remédier efficacement aux désordres de rapporter la preuve de l’absence de lien de causalité entre son intervention et le dommage, la Cour d’appel a inversé la charge de la preuve. »

La couverture de l’assurance porte sur la réparation matérielle des ouvrages. La garantie porte sur la réparation intégrale des dommages. Les travaux préfinancés doivent en conséquence être de nature à mettre fin aux désordres. L’assureur qui ne financerait pas des travaux efficaces de nature à mettre fin aux désordres ne remplirait pas son obligation. Il est en outre responsable des mauvaises préconisations de son expert.

L’assureur doit ainsi veiller à la pertinence des travaux de reprise qu’il met en œuvre.

La Cour de cassation ajoute que c’est l’assureur qui doit rapporter la preuve « de l’absence de lien de causalité entre son intervention de réparation et le dommage. »

A rapprocher : Dans un arrêt du 22 juin 2011, pourvoi n°10-16.308, la 3ème Chambre de la Cour de cassation a rappelé que les réparations financées par l’assureur dommage-ouvrage doivent remédier de façon efficace et pérenne aux désordres et conduire à la  non aggravation des dommages garantis.

VOIR AUSSI

Le nouvel impôt sur la fortune immobilière et la location meublée

Loi n°2017-1837 du 30 décembre 2017 art. 31

- Vu : 2144

Les immeubles constitutifs de biens professionnels ne sont pas pris en compte dans l’assiette de l’Impôt sur la fortune immobilière (IFI). En revanche, les mêmes immeubles détenus par une société exerçant une activité de location meublée entrent dans le champ d’application de l’IFI.

> Lire la suite

La vente d’un immeuble en son entier n’ouvre pas au preneur un droit de préemption subsidiaire

Cass. civ. 3ème, 11 mars 2015, pourvoi n°14-10.447

- Vu : 4602
Le droit de préemption du locataire est purgé à l’issue des deux mois de préavis peu importe la vente ultérieure de l’immeuble en son entier par le bailleur. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83604
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 81856
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39233
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37628
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©