webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Prise en compte d’un permis modificatif délivré après la clôture d’instruction

CE, 28 avril 2017, n°395867

Par un arrêt en date du 28 janvier 2017, le Conseil d’Etat est venu affirmer que dans le cadre d’un contentieux contre un permis de construire, la production d’un permis de construire modificatif qui a pour objet de modifier les éléments contestés dans le cadre du recours, et qui a été obtenu et produit postérieurement à une audience, contraint le Juge administratif à rouvrir l’instruction.

Ce qu’il faut retenir : Par un arrêt en date du 28 janvier 2017, le Conseil d’Etat est venu affirmer que dans le cadre d’un contentieux contre un permis de construire, la production d’un permis de construire modificatif qui a pour objet de modifier les éléments contestés dans le cadre du recours, et qui a été obtenu et produit postérieurement à une audience, contraint le Juge administratif à rouvrir l’instruction.

Pour approfondir : Faisant droit aux demandes de la société ICB Investimmo, le Maire de la commune de Bayonne a délivré le 2 décembre 2013, un permis de construire, puis le 8 avril 2014, un permis de construire modificatif.

Le Tribunal administratif de Pau a été saisi de plusieurs recours tendant à leur annulation.

Une audience s’est alors tenue, devant le Tribunal administratif de Pau, le 13 octobre 2015.

Trois jours plus tard, le 16 octobre 2015, la société pétitionnaire s’est vue délivrer un nouveau permis de construire modificatif portant sur les éléments contestés dans le cadre du recours contre le permis de construire initial et devant être régularisés.

Par un jugement du 27 octobre 2015, le Tribunal administratif de Pau a toutefois choisi de ne pas tenir compte de cette nouvelle production et a annulé le permis de construire délivré le 2 décembre 2013.

Sur le fondement de l’article R. 811-1-1 du Code de justice administrative, la société pétitionnaire s’est pourvue en cassation estimant que le Tribunal administratif de Pau était tenu de rouvrir l’instruction sous l’effet de la production du nouveau permis de construire modificatif.

Poursuivant sa jurisprudence antérieure, et plus particulièrement l’arrêt Lassus du 5 décembre 2014, le Conseil d’Etat a rappelé le principe selon lequel un élément de droit nouveau, produit postérieurement à la clôture de l’instruction, offre au juge la faculté de la rouvrir.

Le Conseil d’Etat précise également que le Juge est dans l’obligation de procéder à cette réouverture lorsque la « production contient l'exposé d'une circonstance de fait ou d'un élément de droit dont la partie qui l'invoque n'était pas en mesure de faire état avant la clôture de l'instruction et qui est susceptible d'exercer une influence sur le jugement de l'affaire » (CE, 5 décembre 2014, n°340943).

Puis, s’appuyant sur une jurisprudence constante, le Conseil d’Etat a pris en considération le fait que le permis de construire modificatif peut avoir pour vocation de régulariser les vices qui affectent le permis de construire initial (CE, 9 décembre 1994, n° 116447). En effet, lorsqu’il est délivré avant le jugement, il régularise les vices affectant le permis de construire initial.

En l’espèce, sur ces fondements, le Conseil d’Etat a annulé la décision du Tribunal administratif de Pau en considérant que : « devant les juridictions administratives et dans l'intérêt d'une bonne justice, le juge a toujours la faculté de rouvrir l'instruction qu'il dirige, lorsqu'il est saisi d'une production postérieure à la clôture de celle-ci ; qu'il lui appartient, dans tous les cas, de prendre connaissance de cette production avant de rendre sa décision et de la viser ; que, s'il décide d'en tenir compte, il rouvre l'instruction et soumet au débat contradictoire les éléments contenus dans cette production qu'il doit, en outre, analyser ; que, dans le cas particulier où cette production contient l'exposé d'une circonstance de fait ou d'un élément de droit dont la partie qui l'invoque n'était pas en mesure de faire état avant la clôture de l'instruction et qui est susceptible d'exercer une influence sur le jugement de l'affaire, le juge doit en tenir compte, à peine d'irrégularité de sa décision ; que, lorsque le juge est saisi d'un recours dirigé contre un permis de construire et qu'est produit devant lui, postérieurement à la clôture de l'instruction, un permis modificatif qui a pour objet de modifier des éléments contestés du permis attaqué et qui ne pouvait être produit avant la clôture de l'instruction, il lui appartient, sauf si ce permis doit en réalité être regardé comme un nouveau permis, d'en tenir compte et de rouvrir en conséquence l'instruction ».

Ainsi, en dehors du cas où le permis de construire modificatif serait en fait une nouvelle autorisation d’urbanisme, la production d’un permis de construire modificatif après la clôture contraint le Juge administratif a rouvrir l’instruction, s’il tend à modifier les éléments contestés à l’appui du recours contre le permis de construire initial et s’il ne pouvait être produit avant cette date.

A rapprocher : CE, 30 mars 2015, n°369431

VOIR AUSSI

La nouvelle rédaction de l’article L.480-13 du Code de l’urbanisme est-elle conforme à la Constitution ?

QPC Cour de Cassation, 12 septembre 2017, Association Entre Seine et Brotonne, n° E 17-40.046

- Vu : 1445

La Cour de Cassation vient de transmettre au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité qui lui était soumise, et reposant sur la conformité des dispositions de l’article L.480-13 1° du Code de l’urbanisme, introduit par la Loi Macron du 6 août 2015, aux droits et libertés garantis par les articles 4 et 16 et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et l’article 4 de la Charte de l’environnement.

> Lire la suite

Bail dérogatoire : bénéfice du bail commercial inapplicable en cas de congé - Cass. civ. 3ème, 5 juin 2013, pourvoi n°12-19.634

- Vu : 6192
A l’expiration du bail dérogatoire, si le preneur est laissé en possession, s’opère un nouveau bail soumis au statut des baux commerciaux. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78305
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67286
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38553
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35389
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©