webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Effets de l’annulation d’une clause d’adhésion à une association de commerçants - Cass. civ. 1ère, 12 juill. 2012, CA Paris 15 juin 2012

Ces arrêts, attendus par un large public, se prononcent sur les conséquences financières de la nullité de la clause d’adhésion obligatoire à une association de commerçants.



Ces arrêts (Cass. civ.1ère, 12 juillet 2012, pourvoi n°11-17.587 et CA Paris, 15 juin 2012, RG n°10.22981) étaient très attendus par un large public (praticiens du droit, preneur, bailleur,…).

Par un arrêt en date du 20 mai 2010 (pourvoi n°09-65.045), la première chambre civile de la Cour de cassation avait confirmé sa précédente jurisprudence selon laquelle une clause d’adhésion obligatoire à une association de commerçants insérée dans un bail commercial est nulle. Elle avait refusé de condamner le preneur à payer à l’association une somme équivalente au montant des cotisations sur le fondement de l’enrichissement sans cause.

Il restait à trancher les conséquences financières de la nullité de la clause dans la mesure où le preneur avait bénéficié de la promotion, de l’animation et de la publicité du centre commercial effectuées par l’Association des commerçants.

Plus d’un an plus tard, la troisième chambre civile de la Haute cour, au nom d’un certain pragmatisme économique, envisageait les conséquences de la nullité de l’adhésion obligatoire et décidait que l’annulation à raison de l’atteinte à la liberté fondamentale de ne pas s’associer ne faisait pas échec au principe des restitutions réciproques que peut impliquer l’annulation d’un contrat exécuté (Cass. civ. 3ème, 23 novembre 2011, pourvoi n°10-23.928).

La Cour d’appel de Paris, dans son arrêt du 15 juin 2012, statuant sur renvoi après cassation de l’arrêt précité du 20 mai 2010, traite des conséquences de l’annulation de l’adhésion à l’association.

D’une part, elle considère que 95 %, soit la quasi-intégralité du montant des cotisations déjà payées, reste définitivement acquise à l’association. Le preneur ne peut être remboursé des cotisations versées antérieurement à son retrait de l’association.

D’autre part, pour le futur, la Cour donne acte aux parties de leur accord pour reconnaître l’existence d’un contrat de services entre elles, dès lors que le preneur qui, poursuivant son exploitation dans le centre commercial, continue de bénéficier des prestations de l’association. A la demande expresse des parties, la Cour ordonne une médiation qui devra déterminer les conditions, surtout financières, de ce contrat de services.

Cette décision doit être analysée parallèlement à un arrêt rendu dans la foulée par la première chambre civile de la Cour de cassation le 12 juillet 2012, qui ainsi revenait sur sa précédente décision du 20 mai 2010 et harmonisait sa jurisprudence sur celle de la troisième chambre civile.

Un contrat de bail portant sur des locaux situés dans un centre commercial comportait une clause obligeant le preneur à adhérer à l’Association des commerçants du Centre commercial pendant toute la durée du bail et de ses renouvellements éventuels. Après la résiliation du bail, le preneur, invoquant la nullité de ladite clause, sollicitait de l’Association le remboursement des cotisations qu’il lui avait payées. En cause d’appel, la demande du preneur est rejetée, étant précisé que l’Association ne contestait pas la disposition du jugement déclarant nulle la clause litigieuse. La Haute cour rejette le pourvoi formé par le preneur au motif que les juges d’appel ont exactement retenu que la nullité de la clause d’adhésion avait pour effet de remettre à cet égard les parties dans leur situation initiale, de sorte que la société devait restituer en valeur les services dont elle avait bénéficié à ce titre, valeur qu’ils ont souverainement estimée.

Le quantum des sommes à restituer relève du pouvoir souverain des juges du fond qui en l’espèce, avaient condamné le preneur à restituer plus de 40.000 € à l’Association des commerçants.

L’arrêt du 23 novembre 2011 posait le principe des restitutions réciproques mais ne se prononçait pas sur la mise en œuvre des restitutions.

Les restitutions en nature sont impossibles puisque le preneur a bénéficié définitivement des prestations fournies par l’Association. Par cet arrêt, est désormais admise la restitution en valeur. Reste à déterminer précisément le montant de cette restitution en valeur qui a priori, ne devrait pas être très éloignée du montant des cotisations.

Rendues en toute opportunité, ces décisions permettent de rétablir un équilibre économique et redonnent une place centrale aux associations de commerçants, les plus à même de jouer un rôle dans la promotion et l’animation des centres commerciaux et donc d’assurer à terme leur pérennité.


VOIR AUSSI

Régime du permis de construire valant autorisation d’exploitation commerciale

Conseil d’Etat, Avis du 23 décembre 2016, n° 398077, Publié au Recueil Lebon

- Vu : 3971

Saisi d’une demande d’avis par la Cour administrative d’appel de Nancy, le Conseil d’Etat vient apporter d’utiles précisions sur le régime procédural et contentieux du permis de construire valant autorisation d’exploitation commerciale (PCVAEC).

> Lire la suite

Obligation de non-concurrence et cession de fonds de commerce

Cass. com., 3 mars 2015, pourvoi n°13-19.164

- Vu : 16713

Lorsqu’un fonds de commerce est cédé par une personne morale au moyen d’un acte contenant une clause de non-concurrence, la responsabilité person-nelle du dirigeant de la société cédante ne saurait être engagée que si et seulement si celui-ci a signé l’acte à titre personnel, peu important qu’il l’ait par ailleurs signé en sa qualité de représentant légal de ladite société.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107097
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88034
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©