webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Validation d’une clause d’élection de domicile comportant attribution de compétence

Cass. civ. 2ème, 1er juin 2017, n°16-18.739

Au sens de l’article 48 du Code de procédure civile, une clause d’élection de domicile comportant attribution de juridiction, conclue entre deux sociétés commerciales, est valable dès lors qu’elle a figuré au contrat de manière apparente, et qu’elle a été stipulée dans l’intérêt commun des Parties.

Ce qu’il faut retenir : Au sens de l’article 48 du Code de procédure civile, une clause d’élection de domicile comportant attribution de juridiction, conclue entre deux sociétés commerciales, est valable dès lors qu’elle a figuré au contrat de manière apparente, et qu’elle a été stipulée dans l’intérêt commun des Parties.

Pour approfondir : Deux sociétés commerciales ont conclu un contrat de location saisonnière d’un magasin destiné à une enseigne de la grande distribution, au sein d’un camping situé à Fréjus. La bailleresse a souhaité mettre fin à cette location. Elle a saisi le Tribunal de Grande Instance de Saint Etienne, lieu du siège social de la société locataire. La société locataire a soulevé l’incompétence territoriale. Le Tribunal a écarté l’exception d’incompétence. La Cour d’appel a infirmé le jugement du chef de la compétence, déclarant le Tribunal de Draguignan territorialement compétent, et renvoyé l’affaire devant la Cour d'appel d’Aix en Provence. 

La Cour de cassation, saisie de ce litige, a déclaré le pourvoi recevable au visa de l’article 607-1 du Code de procédure civile issu du décret n°2014-1338 du 6 mai 2014 relatif à la procédure civile applicable à la Cour de cassation et rappelé que peut être frappé d’un pourvoi en cassation l’arrêt par lequel la Cour d’appel se prononce sur la compétence sans statuer sur le fond du litige.

La Cour de cassation, par contre, rejette le pourvoi en retenant que c'est dans l'exercice de son pouvoir souverain d’appréciation que la Cour d’appel a retenu à bon droit par une décision suffisamment motivée que la clause d’élection de domicile qualifiée d’attributive de compétence était conforme aux exigences posées par l’article 48 du Code de procédure civile, et devait en conséquence s’appliquer. L’article 48 du CPC pose en effet une interdiction de principe des clauses attributives de compétence territoriale mais ces dernières peuvent être valables si elles respectent certaines conditions : les parties doivent être commerçantes et la clause doit être apparente, nette et précise.

La jurisprudence veille à ce que la clause soit stipulée de bonne foi. La Cour de cassation a souligné le respect de ces conditions dans la clause litigieuse et retient qu’elle avait été stipulée dans l’intérêt des Parties. On peut à ce sujet observer que l’attribution de compétence acceptée par les deux Parties commerçantes, en termes apparents, était alignée sur le processus de droit commun ou du Code de commerce (article L.145-1 et suivants) aux termes desquels la compétence territoriale est celle du lieu de situation de l’immeuble.

A rapprocher : Cass. civ. 2ème, 7 juin 2012, n°11-13.105

VOIR AUSSI

Vente immobilière et manœuvres dolosives du maître d’œuvre

Cass. civ. 3ème, 5 juillet 2018, n°17-20.121

- Vu : 1125

Lorsque le maître d’œuvre agit en qualité de représentant du vendeur dans le cadre d’une vente immobilière, le dol commis par le maître d’œuvre à l’égard de l’acquéreur engage la responsabilité civile du vendeur lui-même.

> Lire la suite

Les conséquences de la nullité du contrat de location-gérance

Cass. civ. 3ème, 3 décembre 2015, pourvoi n°14-22.692

- Vu : 12218

L'annulation d'un contrat de location-gérance ne peut avoir pour effet de permettre au bailleur d'obtenir une indemnité correspondant au profit tiré par le locataire de l'exploitation du fonds de commerce.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97954
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86477
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41062
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40484
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©