webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Propriété : la prescription acquisitive fait échec au principe selon lequel « l’accessoire suit le principal »

Cass. civ. 3ème, 27 avril 2017, n°16-10753

Cet arrêt publié au bulletin nous enseigne, par des faits inédits, que si le propriétaire d’un bien immobilier bénéficie d’une présomption de propriété des accessoires de ce bien suivant le principe « l’accessoire suit le principal » de l’article 546 du Code civil, cette présomption peut être renversée par la preuve contraire résultant de la prescription acquisitive du propriétaire de la parcelle sur laquelle sont situés lesdits accessoires.

Ce qu'il faut retenir : Cet arrêt publié au bulletin nous enseigne, par des faits inédits, que si le propriétaire d’un bien immobilier bénéficie d’une présomption de propriété des accessoires de ce bien suivant le principe « l’accessoire suit le principal » de l’article 546 du Code civil, cette présomption peut être renversée par la preuve contraire résultant de la prescription acquisitive du propriétaire de la parcelle sur laquelle sont situés lesdits accessoires.

Pour approfondir : En l’espèce, le nouveau propriétaire d’un moulin a assigné le propriétaire de parcelles sur lesquelles étaient situés le canal d’irrigation du moulin et les ouvrages accessoires à ce dernier en vue d’obtenir l’interdiction de faire obstacle à son passage sur les francs bords du canal dont il revendiquait l’entière propriété sur le fondement de l’article 546 du Code civil.

Le propriétaire desdites parcelles s’est opposé à ces demandes et a revendiqué à son tour la propriété des ouvrages par le jeu de la prescription acquisitive malgré leur caractère incontestablement accessoire au moulin.

Dès lors, deux règles s’opposaient :

  • d’une part l’adage « accessorium sequitur principale », selon lequel l’accessoire suit le sort du principal, d’une part (article 546 du Code civil) ;

  • d’autre part le principe en vertu duquel la possession paisible pendant un certain temps (30 ans ou 10 ans celui qui acquiert est de bonne foi et dispose d’un titre)  permet d’accéder à la propriété de la chose dont le propriétaire s’est visiblement désintéressé (articles 2258 et suivants du Code civil).

La Cour d’appel fait primer l’adage précité et fait droit à la demande du propriétaire du moulin au motif que le principe selon lequel « l’accessoire suit le principal » s’oppose à ce qu’une prescription acquisitive fasse échec à ce droit d’accession.

La Cour de cassation casse et annule l’arrêt jugeant au contraire que si l’article 546 du Code civil instaure bien, en faveur de celui qui l’invoque, une présomption de propriété par accession, celle-ci peut être renversée par la preuve contraire résultant de la prescription acquisitive.

Il convient de noter que la jurisprudence rendue sous l’article 546 du Code civil concerne quasiment exclusivement des problématiques liées à la propriété de canaux d’irrigation et d’ouvrages accessoires de moulins (Cass.civ 3ème, 5 janvier 1978, Bull.civ. III, n°13).

Le problème de cette espèce se serait d’ailleurs posé en des termes différents si les ouvrages en cause n’avaient pas pu être considérés comme des ouvrages accessoires au moulin : dans ce cas, le propriétaire des parcelles n’aurait en effet pas eu à opposer au propriétaire du moulin la prescription acquisitive de l’article 2258 du Code civil mais aurait pu se prévaloir (i) soit de l’article 555 du Code civil relatif aux constructions sur le terrain d’autrui selon lequel « lorsque les plantations, constructions et ouvrages ont été faits par un tiers et avec des matériaux appartenant à ce dernier, le propriétaire du fonds a le droit (…) soit d’en conserver la propriété, soit d’obliger le tiers à les enlever » (ii) soit de la jurisprudence relative à l’empiètement (article 545 du Code civil) qui permet au propriétaire d’un terrain sur lequel la construction d’un voisin empiète d’en demander la démolition.

A rapprocher : articles 544 et suivants du Code civilarticles 2258 et suivants du Code civil

VOIR AUSSI

La réception peut-elle être partielle à l’intérieur d’un même lot ?

Cass. civ. 3ème, 2 février 2017, n°14-19.279

- Vu : 1522

Si la réception des travaux peut être prononcée partiellement par lots ou corps d’état, il ne peut en revanche y avoir réception partielle à l’intérieur d’un même lot.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 75426
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 61898
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38339
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 34673
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©