webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

L’absence de nullité de la cession de créance à titre de garantie intervenue en période suspecte

Cass. com., 22 mars 2017, n°15-15.361

La cession de créances professionnelles (Dailly) faite à titre de garantie n’opère qu’un transfert provisoire de la créance et ne constitue pas un paiement susceptible d’être annulé dans le cadre de la période suspecte.

Ce qu’il faut retenir : La cession de créances professionnelles (Dailly) faite à titre de garantie n’opère qu’un transfert provisoire de la créance et ne constitue pas un paiement susceptible d’être annulé dans le cadre de la période suspecte.
 

Pour approfondir : Le 23 avril 2009, une banque a consenti à une société « une autorisation de Dailly en compte » adossée à une convention de cession de créances professionnelles à titre de garantie.

Le 25 octobre 2011, la société a émis un billet à ordre de 200.000 € à échéance du 28 décembre 2011, puis le 7 novembre 2011, a cédé en garantie à la Banque, par bordereau, deux créances à échéance du 10 décembre 2011.

La société a été placée en liquidation judiciaire par jugement en date du 9 novembre 2011 et la date de cessation des paiements a été fixée au 15 octobre 2011, soit antérieurement aux opérations de crédit susmentionnées.

A la suite de l’ouverture de la procédure de liquidation judiciaire, la banque a assigné le liquidateur en restitution de sommes indûment reçues des débiteurs cédés. A titre reconventionnel, le liquidateur a sollicité la nullité des cessions intervenues sur le fondement des dispositions de l’article L. 632-1 du Code de commerce.

Au soutien de sa demande de nullité, le liquidateur prétendait que le paiement d’une dette non échue au cours de la période suspecte est nul de plein droit. De plus, il était argué que s’agissant du paiement d’une créance antérieure au jugement d’ouverture de la procédure, un tel paiement était contraire aux dispositions de l’article L. 622-7 du Code de commerce.

Par un attendu de principe, la Cour de cassation a débouté le liquidateur judiciaire de ses demandes considérant que « la cession de créances professionnelles faite à titre de garantie implique la restitution du droit cédé au cas où la créance garantie viendrait à être payée et n’opère qu’un transfert provisoire de la titularité de ce droit, la restitution de la créance au cédant restant subordonnée à l’épuisement de l’objet de la garantie consentie ».

Ainsi, le règlement effectué au profit du cessionnaire Dailly ne constitue pas un règlement au sens des dispositions de l’article L. 622-7 du Code de commerce et produit pleinement ses effets indépendamment de l’ouverture d’une procédure collective.

Cet arrêt confirme l’efficacité de la cession de créance à titre de garantie en cas d’ouverture d’une procédure collective et s’inscrit dans la parfaite continuité des précédentes décisions rendues en la matière, et notamment de la décision rendue par la Cour d’appel de Versailles du 28 février 2013 dans le cadre du dossier Cœur Défense (CA Versailles, 23 février 2013, n°12/06573, D. 2013. 829, obs. R. Dammann et G. Podeur).

Ainsi et dans l’hypothèse où le débiteur aurait indument perçu les sommes objet de la cession à titre de garantie, le Cessionnaire de la créance peut introduire une action en répétition de l’indu afin d’obtenir la restitution des sommes indument perçues par la procédure.
 

A rapprocher : Cass. com., 27 septembre 2016, n°15-10.421

VOIR AUSSI

Le préjudice personnel du dirigeant, un préjudice distinct de celui des créanciers

Cass. com., 3 février 2016, pourvoi n°14-25.695

- Vu : 5501

Le dirigeant a qualité pour demander en justice la réparation de son préjudice personnel et distinct au titre de la perte pour l’avenir de ses rémunérations. A l’inverse, seul le liquidateur judiciaire a qualité pour agir dans le cadre d’une dépréciation du fonds de commerce d’une société placée en liquidation judiciaire...

> Lire la suite

Répertoire SIREN des entreprises

Utilisation des données

- Vu : 6996
Un arrêté du 30 juillet 2015, publié le 12 août dernier (JO, 12 août 2015, p.14002) modifie l' article A. 123-96 du Code de commerce. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 95060
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85889
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40287
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40220
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©