webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Imprescriptibilité et exception de nullité

Cass. civ. 3ème, 16 mars 2017, n°16-13.063 Publié au Bulletin

Le commencement d’exécution d’un acte fait obstacle au jeu de l’exception de nullité visant à faire constater la nullité d’un acte, que celle-ci soit relative ou absolue.



Ce qu’il faut retenir : Le commencement d’exécution d’un acte fait obstacle au jeu de l’exception de nullité visant à faire constater la nullité d’un acte, que celle-ci soit relative ou absolue.
 

Pour approfondir : Dans l’optique de contester le congé pour vente notifié par son bailleur, le locataire d’un appartement soulevait la nullité du bail, lequel aurait été conclu par une indivision sans personnalité juridique, entrainant de ce fait la nullité du congé.

La Cour d’appel, ayant considéré que le bail avait été exécuté par le règlement de loyers entre les mains du mandataire des bailleurs, a jugé que les demandeurs ne pouvaient invoquer la nullité du bail, quand bien même il s’agirait d’une nullité absolue.

Les locataires se sont alors pourvus en cassation, estimant qu’une nullité absolue, telle que celle en l’espèce, était insusceptible de régularisation et de ratification et ne pouvait dès lors être couverte par des actes d’exécution intervenus par la suite.

Pourtant, la Cour de cassation confirme l’arrêt d’appel et rejette le pourvoi en rappelant une solution déjà connue selon laquelle « l'exception de nullité ne peut prospérer que pour faire échec à la demande d'exécution d'un acte juridique qui n'a pas encore été exécuté », l’exécution volontaire étant perçue comme une confirmation de l’acte litigieux faisant obstacle au jeu de l’exception de nullité et à son caractère imprescriptible (Cass., civ. 3ème, 10 mai 2001, n°99-11.762 ; Cass., civ. 1ère, 12 nov. 2015, n°14-21.725).

Toutefois,  la règle selon laquelle l'exception de nullité peut seulement jouer pour faire échec à la demande d'exécution d'un acte qui n'a pas encore été exécuté ne s'applique qu'à compter de l'expiration du délai de prescription de l'action en nullité. En conséquence, une fois l’action en nullité prescrite, l’exception de nullité ne devient recevable qu’à condition que l’acte n’ait pas reçu un commencement d’exécution (Cass. civ. 1ère, 12 nov. 2015, n°14-21.725). Enfin, l’arrêt ajoute la remarque importante selon laquelle cette règle relative à la recevabilité de l’exception de nullité s’applique « sans qu’il y ait lieu de distinguer entre nullité relative et nullité absolue ».

Cette solution prétorienne venue subordonner le caractère perpétuel de l’exception de nullité a d’ailleurs été récemment consacrée par la réforme du droit des obligations à l’article 1185 du Code civil, lequel énonce que « l'exception de nullité ne se prescrit pas si elle se rapporte à un contrat qui n'a reçu aucune exécution ».

Ainsi, tout en soulignant son caractère imprescriptible, l’article y apporte aussitôt une limite substantielle, conditionnant l’effectivité et la recevabilité de l’exception de nullité à l’inexistence d’un commencement d’exécution, sans introduire une quelconque nuance ou dérogation, que l’on soit en présence d’une nullité relative ou absolue.
 

A rapprocher : Article 1185 du Code civil ; Cass. civ. 1ère, 24 avril 2013, n°11-27.082

VOIR AUSSI

Conditions de légalité d’un refus de permis de construire pour des raisons de salubrité ou de sécurité

CE, 26 juin 2019, M. B, n°412429

- Vu : 1228

La légalité d’un refus de permis de construire fondé sur des raisons liées à la salubrité ou à la sécurité publique est subordonnée à l’impossibilité légale d’accorder le permis de construire en l’assortissant de prescriptions spéciales. Si de telles prescriptions, proposées par le pétitionnaire dans son dossier de demande ou révélées en cours d’instruction, pouvaient être formulées, alors le permis doit être délivré.

> Lire la suite

Prise en compte de la TVA dans le calcul de l'indemnité d'éviction - Cass. civ. 3ème, 5 février 2014, pourvoi n°13-10174

- Vu : 5873
La question de la prise en compte ou non de la TVA dans la détermination du quantum de l’indemnité d’éviction. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107113
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88038
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44198
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43542
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©