webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

La renonciation à un droit n’implique pas l’existence de concessions réciproques

Cass. civ. 2ème, 2 février 2017, n°16-13.521

La renonciation à un droit n’est pas soumise aux mêmes conditions que la transaction : aucune concession réciproque n’est nécessaire pour que l’effet extinctif pour le droit abdiqué ne soit reconnu dans le cadre d’une renonciation.

Ce qu’il faut retenir : La renonciation à un droit n’est pas soumise aux mêmes conditions que la transaction : aucune concession réciproque n’est nécessaire pour que l’effet extinctif pour le droit abdiqué ne soit reconnu dans le cadre d’une renonciation.


Pour approfondir : 
Une société civile immobilière, la SCI Antago, est propriétaire d’un ensemble immobilier qu’elle a fait assurer contre l’incendie par la société Areas Dommages par l’intermédiaire d’un courtier en assurances, la société Rabner.

Le 2 septembre 2011, un incendie a détruit cet immeuble. Le 6 décembre 2011, la SCI Antago a accepté la proposition d’indemnisation de la société Areas Dommages à hauteur de 963.526 euros.

Le 24 janvier 2012, la SCI Antago a signé une quittance subrogative aux termes de laquelle celle-ci « déclare Areas Dommages quitte et déchargé de toute obligation consécutive à ce sinistre. ».

L’indemnité proposée tenait compte d’une limite contractuelle de garantie.

La SCI Antago s’est alors retournée contre l’assureur et le courtier en vue de l’indemnisation de son préjudice consistant en la perte de chance de souscrire un contrat sans limitation de garantie.

Dans un arrêt du 11 janvier 2016, la Cour d’appel de Nancy a considéré que :

« Attendu que la société Areas Dommages se prévaut cependant de la 'lettre d'acceptation' du 6 décembre 2011 par laquelle la société Antago a accepté la proposition d'indemnisation à concurrence de 963 526 euros et de la quittance subrogative du 24 janvier 2012 dans laquelle celle-ci 'déclare Areas dommages quitte et déchargé de toute obligation consécutive à ce sinistre...' ;

Mais attendu que ces actes, qui ne prévoient aucune concession de la part de la société Areas Dommages, ne constituent pas une transaction et n'entraînent donc pas renonciation de la société Antago à toute contestation ultérieure relative au paiement d'une indemnité supplémentaire ;

Attendu que faute de pouvoir justifier de l'entrée de la limitation de garantie dans le champ contractuel, la société Areas Dommages doit être condamnée à indemniser la société Antago de l'intégralité du préjudice causé par le sinistre litigieux, soit les sommes suivantes totalisant 542 451 euros ».

La Cour d’appel de Nancy a ainsi considéré que l’assureur ne peut se prévaloir d’une renonciation à un droit de la part de la SCI Antago dans la mesure où aucune concession réciproque n’existait.

La Cour de cassation censure cet arrêt en rappelant que renonciation et transaction sont deux notions distinctes :

« Vu l’article 1234 ancien du Code civil ; Attendu que pour dire que l’assureur ne peut invoquer une renonciation de la SCI à se prévaloir à son égard de l’inopposabilité de la clause de limitation de garantie, l’arrêt retient qu’il se prévaut de la « lettre d’acceptation » du 6 décembre 2011 par laquelle la SCI a accepté la proposition d’indemnisation à concurrence de 963 526 euros et de la quittance subrogative du 24 janvier 2012 dans laquelle celle-ci « déclare Areas Dommages quitte et déchargé de toute obligation consécutive à ce sinistre », mais que ces actes, qui ne prévoient aucune concession de sa part, ne constituent pas une transaction et n’entraînent donc pas renonciation de la SCI à toute contestation ultérieure au paiement d’une indemnité supplémentaire ; Qu’en statuant ainsi, alors que la renonciation à un droit est un acte unilatéral qui n’exige pas l’existence de concessions réciproques, la Cour d’appel a violé les textes susvisés ».

La Cour de cassation rappelle le caractère unilatéral de la renonciation qui, à l’inverse de la transaction, ne requiert aucune concession réciproque.
 

A rapprocher : CA Nancy, 11 janvier 2016, 14/02474

VOIR AUSSI

Nouveau logiciel d'exploitation et faute du franchiseur

CA Paris, 10 mai 2017, n°14/20469

- Vu : 2047

Justifie la résiliation du contrat de franchise à ses torts exclusifs, le franchiseur qui, en cours d’exécution du contrat, substitue au logiciel d'exploitation un nouvel outil lui permettant de désactiver le compte du franchisé à la cessation du contrat, en le privant de l'accès aux données de la clientèle dont le contrat de franchise lui réserve par ailleurs la propriété, un tel comportement constituant une modification substantielle des conditions contractuelles.

> Lire la suite

Résiliation d’un contrat de distribution et pouvoirs du juge des référés

CA Paris, 16 février 2017, RG n°16/18564

- Vu : 4102

Le dommage que peut éventuellement constituer la résiliation d’un contrat de distribution n'est pas susceptible d'être prévenu en référé s'il est légitime : le « dommage imminent » de l’article 873 du code de procédure civile suppose la violation manifeste d’un droit.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 78439
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 67497
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38565
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35400
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©