webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Preuve de la contrefaçon : le glas des constats d’achat ?

Cass. com., 25 janvier 2017, n°15-25.210, Publié au Bulletin

Lors d’un constat d’achat, le tiers qui procède à l’achat doit être indépendant de la partie requérante.



Ce qu’il faut retenir : Lors d’un constat d’achat, le tiers qui procède à l’achat doit être indépendant de la partie requérante.

Pour approfondir : Pour établir la preuve d’actes de contrefaçon, le recours à des constats d’achat est fréquent en pratique : l’huissier, accompagné d’une tierce personne, constate que celle-ci pénètre dans un magasin et en ressort avec un produit et le ticket de caisse justifiant de l’achat qui vient d’être effectué.

Selon l’arrêt commenté (Cass. com., 25 janvier 2017, n°15-25.210, Publié au Bulletin), l’huissier avait procédé à un constat d’achat au sein d’un magasin par un stagiaire-avocat au sein du cabinet du conseil de la société victime des actes de contrefaçon.

La société poursuivie en contrefaçon soulevait la nullité du procès-verbal de constat d’achat ainsi dressé en arguant d’une violation du principe d’égalité des armes élément essentiel du droit à un procès équitable garanti par l’article 6 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et une atteinte aux droits de la défense.

La Cour d’appel de Paris, dans le prolongement de la jurisprudence constante, avait au contraire considéré que le constat était pleinement valable : « la circonstance que la personne assistant l’huissier de justice, qui a pénétré, seule, dans les deux magasins avant d’en ressortir avec les pantalons en jean litigieux, soit un avocat stagiaire au cabinet de l’avocat de la société G., est indifférente, dès lors qu’il n’est argué d’aucun stratagème déloyal ».

La Cour de cassation va censurer cet arrêt au visa de l’article 6 § 1 de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales et 9 du code de procédure civile, et le principe de loyauté dans l’administration de la preuve : « Attendu que le droit à un procès équitable, consacré par le premier de ces textes, commande que la personne qui assiste l’huissier instrumentaire lors de l’établissement d’un procès-verbal de constat soit indépendante de la partie requérante ».

Les conséquences pratiques de cette décision sont importantes : la preuve des actes de contrefaçon se trouve complexifiée par l’exigence posée par la Cour de cassation car, de fait, les constats d’achat voient leur avenir condamné. On comprend difficilement la position adoptée par la Cour : en effet, l’intervention critiquée est limitée à une opération d’achat et dès lors qu’aucun stratagème n’est utilisé, on voit mal quelle atteinte est portée au droit de la défense à l’occasion d’un simple achat constaté par l’huissier.

Il faut désormais tenir compte de cette jurisprudence pour sécuriser les preuves de la contrefaçon : ni l’avocat, ni son stagiaire ni aucun membre du cabinet ne peuvent effectuer l’achat objet du constat, pas davantage bien entendu l’huissier ni aucun membre du personnel du requérant : il ne reste, finalement, personne ou si peu.

De fait, il faudra recourir quasi systématiquement à la procédure de saisie-contrefaçon nécessitant donc d’être autorisé, sur ordonnance, à effectuer des constatations ce qui va encore ralentir le processus et encombrer les juridictions spécialisées.

 

A rapprocher : Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme

VOIR AUSSI

L’abonné titulaire d’une connexion internet reste responsable des atteintes aux droits de propriété intellectuelle en cas de téléchargement illicite

CJUE, 3ème ch., 18 octobre 2018, Bastei Lübbe GmbH & Co. KG / M. X.

- Vu : 1045

L’utilisateur ne saurait s’exonérer de sa responsabilité en désignant un membre de sa famille comme étant celui qui aurait utilisé sa connexion internet pour porter atteinte à un droit d’auteur.

> Lire la suite

Protection plus étendue des marques notoires

Cass. com., 15 mars 2017, n°15-24.106

- Vu : 4351

La notoriété de la marque est un facteur dont il faut tenir compte pour apprécier l’existence d’un risque de confusion avec un signe postérieur dès lors que cette notoriété confère une protection étendue.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105531
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43613
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©