webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Blocage de sites proposant des produits contrefaisants

Trib. Jud. Paris, Ord. réf., 8 janvier 2020, RG n°19/58624

En cas d’atteinte à une marque, le titulaire de celle-ci peut solliciter des mesures de blocage d’accès à des sites internet auprès des FAI sur le fondement de l’article 6-I-8 de la LCEN.



L’article 716-6 du Code de la propriété intellectuelle contient les dispositions spéciales organisant la procédure de référé en cas d’atteinte au droit sur une marque. Aux termes de l’ordonnance en référé rendue le 8 janvier 2020, le président du tribunal judiciaire de Paris admet qu’en cas de contrefaçon, le titulaire d’une marque puisse se fonder sur les dispositions de l’article 6-I-8 de la LCEN (Loi pour la confiance dans l’économie numérique) pour solliciter des mesures de blocage d’accès à des sites internet.

La LCEN organise en effet un régime de responsabilité en cascade des éditeurs de site, hébergeurs et des fournisseurs d’accès à internet. L’article 6-I-8 de cette loi prévoit ainsi : « L'autorité judiciaire peut prescrire en référé ou sur requête, à toute personne mentionnée au 2 ou, à défaut, à toute personne mentionnée au 1, toutes mesures propres à prévenir un dommage ou à faire cesser un dommage occasionné par le contenu d'un service de communication au public en ligne » ; les FAI (fournisseurs d’accès internet) peuvent donc se voir contraints de prendre des mesures pour bloquer l’accès à des sites lorsque les démarches auprès des éditeurs et hébergeurs n’ont pas permis de faire cesser les troubles constatés. En l’espèce, des titulaires de marques de luxe dans le domaine de la joaillerie avait constaté la vente de produits manifestement contrefaisants sur plusieurs sites internet. Ceux-ci ne comportaient pas les mentions légales obligatoires et, faute d’avoir pu contacter les éditeurs desdits sites, avaient pris contact avec les hébergeurs pour solliciter qu’ils suppriment l’accès aux sites litigieux. Or, leurs démarches étaient restées vaines. Pour cette raison, le recours au référé prévu par l’article 6-I-8 précité semblait le seul possible pour obtenir des mesures de nature à empêcher l’accès aux sites proposant à la vente des produits contrefaisants.

La décision de référé autorise ce recours alors que l’un des FAI tentait de faire juger qu’en raison de l’existence d’une procédure spéciale de référé-contrefaçon prévue par l’article L.716-6 du Code de la propriété intellectuelle, il n’était pas possible de se fonder sur l’article 6-I-8 de la LCEN. Or, l’ordonnance de référé énonce clairement : « Les demandes de blocage de l'accès à certains noms de domaine faites par les sociétés demanderesses peuvent de ce fait reposer sur le fondement des articles 809 du Code de procédure civile et 6-I-8° de la Loi pour la confiance dans l'économie numérique ».

On se félicitera de cette décision qui va dans le sens d’une meilleure protection contre la contrefaçon en autorisant le recours à des mesures efficaces et radicales.

A rapprocher : Article 6-I-8 de la loi du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique

VOIR AUSSI

Pratiques illégales de démarchage téléphonique : la CNIL prononce une sanction de 500 000 euros à l’encontre d’une société

Délibération n°SAN-2019-010 du 21 novembre 2019

- Vu : 800

La CNIL prononce une sanction s’élevant à 2,5 % du chiffre d’affaires annuel de la société en cause après avoir constaté la réalisation d’opérations illégales de démarchage téléphonique. L’autorité de contrôle met en exergue la pluralité, la persistance et la gravité des manquements constatés, et souligne la coopération lacunaire de la société.

> Lire la suite

La présomption de titularité des droits - Cass. civ. 1ère, 4 mai 2012, pourvoi n°11-13.116

- Vu : 5821

Afin d’éviter les contestations dilatoires sur la qualité à agir dans le cadre d’une action en contrefaçon, la jurisprudence a posé une présomption de titularité attachée à l’exploitation.  

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 90514
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85060
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39828
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39207
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©