webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Loi Sapin 2 : nouvelles modalités d’approbation de la rémunération des dirigeants sociaux

Loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique

La loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite « Sapin 2 », met en place un vote contraignant des actionnaires, dans toute société par actions dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé, pour l’approbation de la rémunération des dirigeants sociaux.

Ce qu’il faut retenir : La loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite « Sapin 2 », met en place un vote contraignant des actionnaires, dans toute société par actions dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé, pour l’approbation de la rémunération des dirigeants sociaux.

Pour approfondir : La loi du 9 décembre 2016 a pour objectif principal de moderniser la vie économique et d’assurer une meilleure transparence.

C’est donc sans surprise qu’elle s’intéresse au droit des sociétés, et tout particulièrement, au droit des sociétés par actions.

Pour autant, la question de la rémunération des dirigeants sociaux n’est pas nouvelle. Le treizième rapport de l’AMF et les scandales de Renault et d’Alstom de 2016, sont venus cristalliser le sujet, nécessitant l’intervention législative.

La loi Sapin a donc introduit en droit français le principe tant attendu du « say on pay ».

Reposant sur l’article 161 de ladite loi, les actionnaires détiennent aujourd’hui un véritable pouvoir d’approbation de la rémunération de leur dirigeant, tant sur le mode de calcul que sur le montant.

Pour assurer la probité de cette mesure, le législateur a donc mis en place un double contrôle au travers de deux nouveaux articles du Code de commerce (articles L.225-37-2 et L.225-82-2) et de l’article L.225-100, modifié, du même Code.

 

  • Le contrôle a priori de la rémunération des dirigeants sociaux de sociétés cotées :

Le nouvel article L.225-37-2 du Code de commerce dispose que l’assemblée générale ordinaire annuelle doit approuver les « principes et les critères de détermination, de répartition et d’attribution des éléments fixes, variables et exceptionnels composant la rémunération totale et les avantages de toute nature attribuables aux dirigeants » (Président, Directeur général, Directeur général délégué) à raison de leurs mandats.

Pour permettre cette approbation, un rapport doit être joint au rapport de gestion. Il se doit de détailler l’ensemble des éléments de rémunération et de préciser qu’un contrôle a posteriori de l’assemblée générale ordinaire sera effectué. De plus, comme tout rapport de gestion, il doit faire l’objet d’une communication aux actionnaires et d’une publicité (article L.225-100 et L.225-102 du Code de commerce).

En cas de refus d’approbation de la résolution, la rémunération sera déterminée « conformément aux pratiques existantes de la société ».  Le dirigeant sera rémunéré selon l’ancienne politique ou selon la rémunération approuvée lors de l’exercice précédent.

Ainsi, la résolution proposée sera privée d’effet et le conseil d’administration devra soumettre, à la prochaine assemblée, une proposition nouvelle.

Ce contrôle vaut également pour toute modification des éléments de rémunération et doit être réitéré lors du renouvellement des mandats des dirigeants.

Ce contrôle a priori à vocation à s’appliquer dès le 9 décembre 2016, soit pour les assemblées générales ordinaires de l’année 2017.

 

  • Le contrôle a posteriori de la rémunération des dirigeants de sociétés cotées :

Le nouvel alinéa 10 de l’article L.225-100 du Code de commerce prévoit que les actionnaires doivent statuer, lors d’une assemblée générale ordinaire, sur la rémunération des dirigeants qui a été déterminée lors de l’exercice antérieur. Ce deuxième vote contraignant doit faire l’objet d’une résolution distincte pour chacun des dirigeants sociaux.

Si la rémunération attribuée au cours de l’exercice écoulé est approuvée, elle pourra être versée aux dirigeants sociaux.

A défaut, les éléments fixes de rémunération resteront acquis au dirigeant mais les éléments de rémunérations variables et exceptionnels ne lui seront pas versés (article L.225-100 alinéa 11 du Code de commerce).

Ce contrôle a posteriori s’appliquera pour les assemblées  générales d’approbation des comptes tenues en 2018.

A rapprocher : Rapport 2016 AMF sur le gouvernement d’entreprise et la rémunération des dirigeants des sociétés cotées

VOIR AUSSI

L’irrecevabilité de l’action de l’associé qui ne justifie pas d’un préjudice personnel et direct

Aperçu

- Vu : 7602

L’associé, même majoritaire ou dirigeant, est irrecevable à agir à titre personnel contre le cocontractant de la société dès lors que le préjudice allégué trouve sa source dans un préjudice subi par la société, et que la réparation du préjudice subi par la société suffit à réparer par ricochet celui subi par l’associé ou le gérant.

> Lire la suite

Le sort des rompus

Décret du 18 mai 2015, n°2015-545

- Vu : 6268
Précisions sur la question du sort des rompus. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88035
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©