webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Financement participatif : un nouveau décret d’application

Décret n°2016-1453 du 28 octobre 2016 - JORF n°0254 du 30 octobre 2016

Le décret du 28 octobre 2016, d’application immédiate, vient préciser le cadre juridique applicable aux prêts et aux titres proposés dans le cadre du financement participatif ainsi qu’aux « minibons ».

Ce qu’il faut retenir : Le décret du 28 octobre 2016, d’application immédiate, vient préciser le cadre juridique applicable aux prêts et aux titres proposés dans le cadre du financement participatif ainsi qu’aux « minibons ».

Pour approfondir :

  • Précision du cadre juridique applicable au financement participatif sur une plateforme internet :

Le décret du 28 octobre 2016 vient relever le plafond des prêts consentis au titre d’un projet par les particuliers sur les plateformes des intermédiaires en financement participatif (IFP), à (i) 2.000 euros pour les prêts avec intérêts (contre 1.000 euros auparavant) et à (ii) 5.000 euros pour les prêts sans intérêts (contre 4.000 euros auparavant).

Par ailleurs, les plateformes d’investissement ayant le statut de conseillers en investissements participatifs (CIP) pourront désormais recevoir des projets souhaitant lever des fonds jusqu’à 2,5 millions d’euros contre 1 million d’euros auparavant ; étant  toutefois précisé que les offres excédant 1 million d’euros ne pourront pas porter sur des titres de capital représentant plus de 50% du capital de l’émetteur. Cette restriction serait néanmoins écartée lorsque l’offre de l’émetteur a pour objet de détenir et de gérer des participations dans une autre société dans laquelle ses participations n’excèdent pas 50% du capital. 

En outre, il convient de noter que le champ des titres financiers admissibles au crowdfunding n’est aujourd’hui plus limité aux seules émissions d’actions simples ou d’obligations à taux fixe, pour être élargi aux actions de préférence, aux obligations convertibles en actions et, sous certaines conditions, aux titres participatifs.

  • Précision du cadre juridique applicable aux « minibons » :

Enfin, ledit décret vient porter application de l’ordonnance du 28 avril 2016 relative aux bons de caisse, à savoir les titres remis par une entreprise en échange d’un crédit qui lui est accordé, et préciser les conditions d’émissions des « minibons » pouvant, contrairement aux bons de caisse, être échangés sur les plateformes internet de financement participatif.

Le régime juridique applicable aux minibons se trouve désormais consacré aux articles L. 223-6 à L. 223-13 du Code monétaire et financier, aux termes desquels il ressort notamment que seules les sociétés par actions (SAS) et les sociétés à responsabilité limitée (SARL), dont le capital est intégralement libéré et dont le bilan de leur troisième exercice commercial a été établi, peuvent émettre des minibons.

Le décret vient également fixer le montant maximal des offres de minibons d’un même émetteur à 2,5 millions d’euros sur une période de douze mois suivant la date de la première émission et préciser que la périodicité des échéances du prêt en contrepartie duquel est délivré le minibon sont constantes et ne peuvent être supérieures à un trimestre.

A rapprocher : Ordonnance n°2016-520 du 28 avril 2016 - JO du 29 avril 2016

VOIR AUSSI

La consécration du pacte de préférence

Article 1123 du Code civil réformé par l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016

- Vu : 10356

L’ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations, vient consacrer le pacte de préférence, lequel sera désormais défini aux termes de l’article 1123 du Code civil. L’efficacité du pacte de préférence se voit ainsi renforcée et les sanctions de sa violation expressément affirmées.

> Lire la suite

Une société est dissoute de plein droit par l’arrivée du terme statutaire - Cass. com., 31 janvier 2012, pourvoi n°10-24.715

- Vu : 11421

La société prend fin par l’expiration du temps pour lequel elle a été constituée, sauf prorogation décidée par les associés. L’absence de convocation des associés au moins un an avant le terme de la société ne peut qu'entraîner la responsabilité des dirigeants.


> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105839
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87879
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43687
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43298
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©