webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Régularisation des avoirs détenus à l’étranger : les majorations renforcées

Circulaire du 14 septembre 2016

La circulaire du 14 septembre 2016 révèle les barèmes des majorations appliquées lors du traitement des déclarations rectificatives des contribuables détenant des avoirs à l’étranger.

Ce qu’il faut retenir : La circulaire du 14 septembre 2016 révèle les barèmes des majorations appliquées lors du traitement des déclarations rectificatives des contribuables détenant des avoirs à l’étranger.

Pour approfondir : Le 22 juillet 2016, le Conseil Constitutionnel a déclaré inconstitutionnelle l’amende proportionnelle de 5% pour non déclaration d’un compte bancaire à l’étranger prévue par la loi du 14 mars 2012 et codifiée au second alinéa du 2 du IV de l’article 1736 du code général des impôts.

En effet, le 18 mai 2016 le Conseil d’Etat avait saisi le Conseil Constitutionnel d’une question prioritaire de constitutionnalité afin de savoir si le dispositif répressif pour défaut de déclaration de compte à l’étranger était compatible avec le principe d’égalité devant la loi pénale en raison de la pluralité des amendes encourues. Contre toute attente, le Conseil constitutionnel ne s’est pas prononcé sur ce point mais a soulevé d’office un grief tiré de la méconnaissance du principe de proportionnalité des peines prévue l‘article 8 de la DDCH aux termes duquel « la loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires ».

Ainsi, l’application d’une amende proportionnelle pour un simple manquement à des obligations déclaratives est « une sanction manifestement disproportionnée à la gravité des faits que la loi a entendu réprimer ».

Cette décision du 22 juillet 2016 n’est pas sans laisser quelques interrogations relatives à l’équité fiscale entre les contribuables ayant déjà signé la transaction avec le STDR et payé l’amende proportionnelle et les repentis tardifs.

En effet, en application de l’article L.251 du Livre des procédures fiscales, les transactions une fois signées, excluent tout recours des contribuables remettant en cause les pénalités ayant fait l’objet de la transaction. L’égalité des citoyens devant l’impôt prévue à l’article 13 de la DDHC est dès lors menacée.

Cette situation relativement inéquitable justifierait de réfléchir aux solutions qui pourraient être trouvées pour les contribuables ayant régularisé leur situation en premier.

Le Gouvernement a cependant souhaité tirer les conséquences budgétaires de cette décision et à ce titre, la Circulaire du 14 septembre 2016 est venue modifier le barème des pénalités applicables aux repentis fiscaux régularisant leur situation auprès du service de traitement des déclarations rectificatives.

Désormais, pour les contribuables engageant une procédure de régularisation à compter du 14 septembre 2016, la majoration applicable sera portée de 15% à 25% pour les fraudeurs « passifs » (ceux ayant reçu des avoirs dans le cadre d’une succession ou d’une donation ou pour les avoirs constitués lorsqu’ils résidaient à l’étranger).

Pour les fraudeurs « actifs », (ceux ayant organisé leur évasion fiscale), la majoration sera portée de 30 à 35%.

Par ailleurs, les comptes appartenant à des contribuables « passifs » bénéficieront toujours du plafonnement de l'amende fixe à 1,5 % ou 3 % pour les contribuables « actifs » du montant des avoirs.

A rapprocher : Décision 2016-554 QPC du 22 juillet 2016

VOIR AUSSI

SIMON ASSOCIÉS poursuit sa croissance et renforce son département Corporate

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

- Vu : 1780

SIMON ASSOCIES poursuit l’expansion de son département Corporate avec le recrutement de Patrice MONTCHAUD en qualité de collaborateur senior. Ce recrutement s’inscrit dans la volonté du cabinet SIMON ASSOCIES d’accompagner la forte croissance de ses activités fusions-acquisitions et private equity.

> Lire la suite

Action en responsabilité d'un associé contre un cocontractant de la société - Cass. com., 8 oct. 2013, pourvoi n°12-18.252

- Vu : 8906
La recevabilité de l’action en responsabilité engagée par un associé à l’encontre d’un cocontractant de la société est subordonnée à l’invocation d’un préjudice personnel et distinct de celui qui pourrait être subi par la société elle-même. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105532
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43613
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©