webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Sociétés commerciales d’avocats et unicité d’exercice

Décret n°2016-882 du 29 juin 2016

Le décret 2016-882 du 29 juin 2016, applicable à compter du 1er juillet 2016, met fin à la règle d’unicité d’exercice en supprimant la contrainte pour les avocats de n’exercer qu’au sein d’une structure telle qu’une association, une société civile professionnelle ou une société d’exercice libéral.

Ce qu’il faut retenir : Le décret 2016-882 du 29 juin 2016, applicable à compter du 1er juillet 2016, met fin à la règle d’unicité d’exercice en supprimant la contrainte pour les avocats de n’exercer qu’au sein d’une structure telle qu’une association, une société civile professionnelle ou une société d’exercice libéral.

Pour approfondir : L’article 63 de la loi n°2015-990 du 6 août 2015 (dite loi « Macron ») a modifié l’article 7 de la loi du 31 décembre 1971 portant réforme de certaines professions juridiques et judiciaires, lequel précise désormais que : «  L'avocat peut exercer sa profession soit à titre individuel, soit au sein d'une association […], soit au sein d'entités dotées de la personnalité morale, à l'exception des formes juridiques qui confèrent à leurs associés la qualité de commerçant, soit en qualité de salarié ou de collaborateur libéral d'un avocat ou d'une association ou société d'avocats.  Il peut également être membre d’un groupement d’intérêt économique ou d’un groupement européen d’intérêt économique ».

Cette réforme ouvrait la possibilité pour les avocats d’accéder à l’essentiel des formes de sociétés commerciales, sous réserve des exigences suivantes :

  • la société doit au moins comprendre parmi ses associés un avocat remplissant les conditions requises pour exercer ses fonctions ;
  • et au moins un membre de la profession d’avocat exerçant au sein de la société doit être membre du conseil d’administration ou du conseil de surveillance de la société.

La mise en application  de  cette mesure d’assouplissement était soumise à la parution d’un décret précisant les conditions d’application, et ce, dans le respect des règles de déontologie applicables à la profession d'avocat.

Le décret n°2016-878 en date du 29 juin 2016 a rendu cette réforme effective.

Dès lors, il devient possible pour un avocat d’exercer sa profession au sein d’une société à responsabilité limitée, une société anonyme, une société européenne ou une société par actions simplifiée.

L’avocat libéral ou salarié pourra devenir associé d’une société à responsabilité limitée d’expert-comptable par exemple, au sein de laquelle il exercerait la profession d’avocat, pourvu qu’il en détienne au moins une part et qu’il en soit nommé co-gérant, tout en constituant par ailleurs une autre société commerciale ou libérale pour y exercer, seul ou avec d’autres associés, la profession d’avocat sous les mêmes conditions.

A rapprocher : article 63 de la loi n°20145-990 du 6 août 2015

VOIR AUSSI

Non-déductibilité des intérêts d'emprunts contractés par le nu-propriétaire de parts sociales

CE 8ème et 3ème ch., 24 février 2017, n°395983

- Vu : 3662
Dans le cas de démembrement de la propriété des parts d'une société de personnes détenant un immeuble donné en location, le nu-propriétaire ne peut pas déduire les intérêts des emprunts contractés pour acquérir la nue-propriété de ses parts. > Lire la suite

Du nouveau sur le domaine d’application de l’expertise de l’article 1843-4 du C. civ. ? - Cass. com., 4 déc. 2012, pourvoi n°10-16.280

- Vu : 7403

L’article 1843-4 du C. civ. s’appliquerait en cas de contestation sur la valeur des droits sociaux faisant l’objet d’une cession, à toutes les cessions, institutionnelles ou conventionnelles, que les parties l’aient ou non expressément prévu. 

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105531
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87847
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43613
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43226
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©