Application du principe de sécurité juridique

CE, 13 juillet 2016, déc. n°387763

Une décision administrative individuelle qui a fait l’objet d’une notification ne mentionnant pas les voies et délais de recours ne peut être contestée que dans un « délai raisonnable » d’un an à compter de sa notification ou de la date à laquelle le requérant en a eu connaissance.

Ce qu’il faut retenir : Par un arrêt en date du 13 juillet 2016, le Conseil d’Etat a posé le principe selon lequel une décision administrative individuelle qui a fait l’objet d’une notification ne mentionnant pas les voies et délais de recours ne peut être contestée que dans un « délai raisonnable » d’un an à compter de sa notification ou de la date à laquelle le requérant en a eu connaissance.

Pour approfondir : Le Conseil d’Etat a ici restreint la possibilité d’introduire un recours contre une décision administrative individuelle ne mentionnant pas les voies et délais de recours. En l’espèce, en septembre 1991, un ancien brigadier de police s’était vu notifier un arrêté lui concédant une pension de retraite. Cette notification indiquait les délais de recours contentieux mais ne faisait pas mention de la juridiction compétente. Vingt-deux ans plus tard, se fondant sur les dispositions de l’article R. 421-5 du Code de justice administrative, selon lequel « les délais de recours contre une décision administrative ne sont opposables qu’à la condition d’avoir été mentionnés, ainsi que les voies de recours, dans la notification de la décision », le requérant a sollicité l’annulation de l’arrêté de pension en tant qu’il ne prenait pas en compte les bonifications pour enfant.

Tout en réaffirmant le principe posé par l’article R. 421-5 du Code de justice administrative, le Conseil d’Etat a considéré que la demande avait un caractère tardif. En effet, après avoir rappelé que le délai de recours de deux mois n’est pas opposable lorsque l’obligation de mention des voies et délais de recours n’est pas remplie, la Haute juridiction administrative précise toutefois qu’un recours contre une décision administrative dont la notification ne répond pas aux exigences de l’article R. 421-5 ne peut être introduit que dans un « délai raisonnable » qu’il fixe à un an à compter de la date de notification ou de la date à laquelle le requérant en a eu connaissance.

Cela démontre une volonté du Conseil d’Etat de réintroduire la notion de connaissance acquise qu’il avait pourtant abandonnée en 1998 (Conseil d’Etat,  13 mars 1998, Mme Mauline, n° 120079).

Une exception à ce principe est cependant admise.

En effet, ce nouveau délai raisonnable d’un an n’est pas opposable au requérant qui se prévaut de circonstances particulières.

Cette nouvelle règle jurisprudentielle de procédure est applicable à toutes les procédures en cours et à toutes les procédures à venir devant le Juge administratif.

A rapprocher : CE, 24 mars 2006, déc. n°288460

Sommaire

Autres articles

some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
[VIDÉO] Baux commerciaux et marché locatif, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire intervenant dans le cadre de contentieux locatifs et d'indemnités d'éviction, aborde notamment dans cette vidéo le marché locatif, la baisse/hausse des loyers et la propriété commerciale.
some
Exploitation illicite : attention aux modifications apportées aux projets commerciaux en cours de réalisation !
Par un arrêt en date du 15 février 2021, la Cour administrative d’appel de Marseille, saisie par l’Association En Toute Franchise, a censuré le refus d’un Préfet de mettre en œuvre les pouvoirs de police qu’il détient en matière d’aménagement…