webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

L’échange de titres avec soulte entre dans la liste des montages fiscaux abusifs

Carte des montages et pratiques abusifs, mars 2016

Depuis le 1er avril 2015, dans un souci de sécurité juridique, sont disponibles sur le site internet de la Direction Générale des Finances Publiques, les pratiques et montages fiscaux considérés comme abusifs par l’administration. Initialement dix-sept montages avaient été identifiés. En mars 2016, le gouvernement a ajouté un nouveau montage : l’échange des titres avec soulte.

Ce qu’il faut retenir : Depuis le 1er avril 2015, dans un souci de sécurité juridique, sont disponibles sur le site internet de la Direction Générale des Finances Publiques, les pratiques et montages fiscaux considérés comme abusifs par l’administration. Initialement dix-sept montages avaient été identifiés. En mars 2016, le gouvernement a ajouté un nouveau montage : l’échange des titres avec soulte.

Pour approfondir : L’article 150-0 B ter du CGI permet en effet de reporter, depuis le 14 novembre 2012, l’imposition des plus-values réalisées lors d’une opération d’apport de titres par un particulier à une société soumise à l’IS qu’il contrôle.

Le report d’imposition est maintenu lorsque cet apport est assorti d’une soulte dans l’hypothèse où celle-ci n’excède pas 10% de la valeur nominale des titres remis à l’échange. Le montant de cette soulte apparaît ensuite en compte-courant d’associé.

Une soulte vise à compenser une différence de valeur. En matière de cession, elle se manifeste comme une somme d’argent que l’une des parties doit à l‘autre pour rétablir l’égalité entre les biens ou les parts échangés.

De manière générale, cette soulte est remboursée suite à une distribution de dividendes réalisée par la société dont les titres ont été apportés.

Ce processus permet à l’apporteur de bénéficier d’une « rémunération » non imposable. Cette absence d’imposition n’est possible que grâce à l’interposition de la société.

Dans son BOFIP n° BOI-BOI-RPPM-PVBMI-30-10-60-20160304 (Plus-values sur biens meubles incorporels - Modalités d'imposition - Fait générateur- Régime du report d'imposition applicable aux plus-values d'apport de titres à une société contrôlée par l'apporteur), l’administration fiscale précise qu’elle se réserve la possibilité de remettre en cause le montage sur le fondement de l’abus de droit (article L. 64 du LPF), si elle constate que ce dernier est dépourvu d’intérêt économique pour la société bénéficiaire de l’apport, et qu’il est exclusivement motivé par la volonté de bénéficier d’une somme d’argent en franchise immédiate d’impôt.

Ainsi, si l’apport a un but exclusivement fiscal, le contribuable ne pourra pas bénéficier des dispositions de l’article 150-0 B ter du CGI et écopera de la majoration prévue par l’article 1729 du CGI, et éventuellement des intérêts de retard.

Cette position est à notre sens critiquable dans la mesure où les structures créées pour recevoir les apports le sont bien souvent dans un objectif (i) patrimonial ou (ii) de restructuration. Dans une telle hypothèse la fictivité de la société ne devrait donc pas être avérée.

La question se pose donc du versement de la soulte et de son objectif. Rappelons également que la soulte est un moyen de compensation prévu par les textes.

A rapprocher : article 150-0 B ter du CGI

VOIR AUSSI

Loi Sapin 2 : nouvelles modalités d’approbation de la rémunération des dirigeants sociaux

Loi n°2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique

- Vu : 11714

La loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique, dite « Sapin 2 », met en place un vote contraignant des actionnaires, dans toute société par actions dont les titres sont admis aux négociations sur un marché réglementé, pour l’approbation de la rémunération des dirigeants sociaux.

> Lire la suite

Vote à distance par voie électronique aux AG subordonné à l’existence d’une clause statutaire prévoyant cette possibilité

- Vu : 9687

Le décret du 9 novembre 2011 pris en application de la loi de simplification du droit du 17 mai 2011 facilite le recours à la voie électronique concernant la préparation et la tenue d’assemblées générales d’actionnaires. 

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105843
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87880
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43689
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43298
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©