webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

La résurgence de la domanialité publique virtuelle

CE, 13 avril 2016, déc. n°391431

Alors qu’on la croyait disparue sous l’effet de l’entrée en vigueur du Code général de la propriété des personnes publiques, le 1er juillet 2006, le Conseil d’Etat fait renaître la théorie dite de la domanialité virtuelle de ses cendres.

Ce qu’il faut retenir : Alors qu’on la croyait disparue sous l’effet de l’entrée en vigueur du Code général de la propriété des personnes publiques, le 1er juillet 2006, le Conseil d’Etat fait renaître la théorie dite de la domanialité virtuelle de ses cendres.

Pour approfondir : Antérieurement à l’entrée en vigueur du Code général de la propriété des personnes publiques (CGPPP), le 1er juillet 2006, sauf si le bien était directement affecté à l’usage du public, un bien n’appartenait au domaine public que s’il remplissait la double condition d’être affecté à un service public et d’être spécialement aménagé en vue du service public auquel il est destiné.

Par un arrêt en date du 6 mai 1985, le Conseil d’Etat avait posé le principe de la théorie de la domanialité publique virtuelle aussi appelée la domanialité publique par anticipation.

Le Conseil d’Etat avait considéré qu’un bien était soumis au principe de domanialité publique, lorsqu’une personne publique prévoyait de façon certaine, l’aménagement du bien pour le service public auquel se destinait (CE, 6 mai 1985, Association EUROLAT, n° 41589).

En d’autres termes, un bien pourrait être considéré comme faisant partie du domaine public, dès lors que la personne publique avait prévu avec certitude de l’affecter à l’usage du public ou à un service public.

Néanmoins, l’article L.2111-1 du CGPPP, entré en vigueur le 1er juillet 2006, n’a pas repris cette théorie et a fixé les critères d’appartenance d’un bien au domaine public. Cela marquait la fin de la domanialité publique virtuelle.

Plus encore, le rapport joint à l’ordonnance n°2006-460 du 21 avril 2006 relative à la partie législative du CGPPP précisait que « C'est désormais la réalisation certaine et effective d'un aménagement indispensable pour concrétiser l'affectation d'un immeuble au service public, qui déterminera de façon objective l'application à ce bien du régime de la domanialité publique. De la sorte, cette définition prive d'effet la théorie de la domanialité publique virtuelle ».

Un arrêt du Conseil d’Etat du 8 avril 2013 l’a confirmé : en l’absence de toute disposition en ce sens, l’entrée en vigueur du CGPPP n’a pas eu pour effet d’entrainer le déclassement de dépendances qui n’ayant pas encore fait l’objet d’aménagement, appartenaient antérieurement et par anticipation au domaine public, alors même qu’en l’absence de réalisation de l’aménagement prévu, elles ne rempliraient pas l’une des conditions fixées à l’article L. 2111-1 du CGPPP ; soit posée (CE, 8 avril 2013, Association ATLALR, n°363738).

La théorie de la domanialité publique disparaissait donc avec l’entrée en vigueur de l’article L. 2111-1 du CGPPP.

Or, l’arrêt en date du 13 avril 2016, rendu par le Conseil d’Etat, a infirmé cette analyse et opéré un revirement de jurisprudence, dont l’importance est démontrée par sa publication au Recueil Lebon.

En l’espèce, la Commune de Baillargues avait décidé de procéder à l’aménagement d’un plan d’eau artificiel destiné à la pratique d’activités sportives et de loisirs mais cela était sans compter sur une action en bornage introduite par des propriétaires expropriés, devant le Tribunal d’instance.

Celui-ci a alors prononcé un sursis à statuer dans l’attente de savoir si les parcelles objets de l’expropriation faisaient ou non parties du domaine public. La commune s’est pourvue en cassation après que le Tribunal administratif de Montpellier ait considéré que les parcelles ne faisaient pas partie du domaine public. Le Conseil d’Etat a alors considéré que : « quand une personne publique a pris la décision d'affecter un bien qui lui appartient à un service public et que l'aménagement indispensable à l'exécution des missions de ce service public peut être regardé comme entrepris de façon certaine, eu égard à l'ensemble des circonstances de droit et de fait, telles que, notamment, les actes administratifs intervenus, les contrats conclus, les travaux engagés, ce bien doit être regardé comme une dépendance du domaine public » (CE, 13 avril 2016, Commune de Baillargues, n°391431). En conséquence, si la personne publique a entrepris de façon certaine, par l’intervention notamment d’actes administratifs d’affectation et de contrats, l’aménagement indispensable à l’exécution d’un service public d’un bien, ce dernier peut être regardé comme incorporé au domaine public.

A rapprocher : Rapport joint à l’ordonnance n°2006-460 du 21 avril 2006 relative à la partie législative du CGPPP

VOIR AUSSI

Un seul président de séance lors de l’assemblée générale des copropriétaires

Cass. civ. 3ème, 22 mars 2018, n°16-27.481, Publié au bulletin

- Vu : 1048

L’assemblée générale des copropriétaires ne peut désigner qu’un seul président de séance.

> Lire la suite

Mise à disposition de fonds de commerce / droits au bail

- Vu : 6924
Dans le cadre d'une procédure de liquidation judiciaire, des fonds de commerce / droits au bail sont mis en vente dans plusieurs villes. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107113
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88038
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44196
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43542
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©