webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Maintien de la solidarité du dirigeant aux côtés de la société franchisée une fois immatriculée

CA Paris, 2 mars 2016, RG n°13/21059

Le contrat de franchise peut utilement prévoir que le dirigeant de la société franchisée en cours de formation restera tenu personnellement et solidairement des engagements du contrat repris.

Ce qu’il faut retenir : Le contrat de franchise peut utilement prévoir que le dirigeant de la société franchisée en cours de formation restera tenu personnellement et solidairement des engagements du contrat repris.

Pour approfondir : La dirigeante d’une société en cours de formation a conclu un contrat de franchise, lequel précisait qu’elle resterait tenue personnellement et solidairement des engagements contractuels une fois la société immatriculée et le contrat de franchise repris par cette société. Profitant de cette clause, le franchiseur assigna la dirigeante en paiement des factures de redevances à la suite du placement en liquidation judiciaire de la société franchisée. Condamnée en première instance, la dirigeante interjeta appel en excipant de la parfaite reprise du contrat de franchise par sa société une fois immatriculée qui est devenue, par-là, la seule titulaire du contrat. La dirigeante souleva également, à titre subsidiaire, l’extinction de la créance du franchiseur à l’égard de la société franchisée faute d’avoir régulièrement déclaré cette créance à la procédure de liquidation ce qui entrainait, selon la dirigeante, l’extinction de sa propre obligation de paiement qui était accessoire à l’obligation de la société. La Cour rejeta chacun des arguments précédents et condamna la dirigeante au règlement des redevances demeurées impayées. S’agissant de l’argument principal de la dirigeante (la substitution pure et simple de la société immatriculée en lieu et place de la dirigeante), la Cour releva la présence d’une clause au contrat de franchise ne laissant aucun doute et aucune interprétation possible quant à la qualité de codébitrice solidaire de l’appelante : « Mme X restera tenue personnellement et solidairement de respecter les termes et conditions du présent contrat ».

S’agissant de l’argument subsidiaire soulevé par la dirigeante (l’extinction de son obligation du fait de l’extinction de la créance du franchiseur envers la société franchisée), le raisonnement de la Cour se fait en deux temps :

  • selon l’article L. 622-26 du Code de commerce, une créance non-déclarée (au passif dans le cadre d’une procédure de liquidation judiciaire) n’est pas éteinte mais est seulement inopposable à la liquidation ;
     
  • selon l’article 1208 du Code civil, si le codébiteur solidaire peut opposer au créancier les exceptions inhérentes à la nature des obligations (par exemple une obligation dont la cause serait illicite) ou les exceptions qui sont personnelles à ce codébiteur (par exemple, une incapacité de contracter), le codébiteur ne peut pas opposer des exceptions qui sont purement personnelles à son propre codébiteur.

Autrement dit, l’absence de déclaration de la créance par le franchiseur à la liquidation judiciaire a rendu cette créance inopposable par le franchiseur à l’égard de la seule société franchisée (représentée) mais la créance, non-éteinte, reste opposable au codébiteur de la société franchisée (en l’espèce, à la dirigeante) dont l’obligation de paiement est distincte de celle de la société franchisée. Sans cette clause du contrat de franchise prévoyant clairement la solidarité de la dirigeante une fois la société immatriculée, le franchiseur aurait subi la liquidation judiciaire et serait demeuré impayé.

A rapprocher : Article 1843 du Code civil

VOIR AUSSI

Conserver la maîtrise des contrats après la réforme du droit des contrats

Les précautions à prendre

- Vu : 5639

Les dispositions issues de la réforme du droit des contrats peuvent être aménagées ou écartées par l’introduction de clauses adéquates permettant de ne pas subir les effets néfastes de cette réforme, donc de conserver la maîtrise des contrats face au juge, aux distributeurs et aux tiers : les précautions à prendre.

> Lire la suite

Nullité du contrat de franchise - CA Lyon, 27 octobre 2000, Juris-Data n°2000-132234

BRÈVE

- Vu : 687

Le non-respect de la loi du 31 décembre 1989 et de son décret d’application n’entraîne la nullité du contrat de franchise que si le consentement du franchisé a été vicié.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 108532
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88197
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats
3 juillet 2018 - Vu : 45471
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats conduit à distinguer trois périodes, suivant la date à laquelle ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44950
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©