webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Corporate
 

Le renforcement de l’efficacité de la promesse unilatérale

Article 1124 du Code civil réformé par l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016

L’ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations, renforce l’efficacité de la promesse unilatérale, désormais codifiée à l’article 1124 du Code civil. La rétractation de la promesse unilatérale n’empêchera plus la formation du contrat promis.

Ce qu’il faut retenir : L’ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations, renforce l’efficacité de la promesse unilatérale, désormais codifiée à l’article 1124 du Code civil. La rétractation de la promesse unilatérale n’empêchera plus la formation du contrat promis.

Pour approfondir : La  promesse unilatérale constitue un avant-contrat, qui ne fait l’objet d’aucune disposition légale ou réglementaire spécifique, excepté celles relatives à la promesse unilatérale de vente immobilière.

La réforme du droit des contrats apporte une définition de la promesse unilatérale et vient en renforcer l’efficacité, renversant ainsi la position jurisprudentielle jusqu’alors établie.

L’article 1124 alinéa 1 du Code civil, issu de l’ordonnance du 10 février 2016, définit la promesse unilatérale de contrat comme « le contrat par lequel une partie, le promettant, accorde à l’autre, le bénéficiaire, le droit d’opter pour la conclusion d’un contrat dont les éléments essentiels sont déterminés, et pour la formation duquel ne manque que le consentement du bénéficiaire ».

La sanction de la révocation de cette promesse avant la levée de l’option est ensuite exposée à l’alinéa 2 du nouvel article 1124, lequel dispose que « la révocation de la promesse pendant le temps laissé au bénéficiaire pour opter n’empêche pas la formation du contrat ».

Cette nouvelle définition met fin à une position jurisprudentielle très critiquée par la doctrine, selon laquelle l’inexécution d’une promesse unilatérale ne pouvait être sanctionnée que par l’allocation de dommages et intérêts.

En effet, la Cour de cassation refusait d’accorder l’exécution forcée au bénéficiaire de la promesse, lorsque la levée de l’option intervenait postérieurement à la rétractation du promettant, limitant ainsi la sanction à l’octroi de dommages et intérêts.

La réforme consacre désormais la possibilité d’exécution forcée en nature de la promesse unilatérale.

En outre, l’alinéa 3 poursuit en énonçant que « le contrat conclu en violation de la promesse unilatérale avec un tiers qui en connaissait l’existence est nul » ; cette solution satisfait d’autant plus l’exécution en nature de la promesse unilatérale.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 15 décembre 1993, pourvoi n°91-10.199

VOIR AUSSI

Émission d’actions de préférence et porteurs de valeurs mobilières donnant accès au capital

Communication ANSA, Comité Juridique n°17-045 du 4 octobre 2017

- Vu : 3197

Les mesures de protection des porteurs de valeurs mobilières donnant accès au capital social [...] requises en cas de création d’actions de préférence modifiant les règles de répartition des bénéfices, s’imposent également dans l’hypothèse d’une nouvelle émission d’actions de préférence de catégorie préexistante donnant droit à un dividende prioritaire.

> Lire la suite

SIMON ASSOCIES sur la recapitalisation de GROUPE COURRIER CADRES par GROUPE REVUE FIDUCIAIRE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

- Vu : 3623

Le cabinet SIMON ASSOCIES a accompagné le GROUPE COURRIER CADRES dans le cadre des opérations de recapitalisation du groupe et de renégociation de sa dette bancaire afin de lui permettre d’achever sa restructuration et de mener à bien son recentrage sur les métiers du digital.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 92667
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85441
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40012
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39715
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©