webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

La notion d’intérêt donnant qualité pour agir précisée

Conseil d’Etat, 10 février 2016, M. et Mme C. et autres, n° 387507

Afin de justifier de son intérêt donnant qualité pour agir, le requérant exerçant un recours à l’encontre d’une autorisation d’urbanisme ne doit pas se borner à se prévaloir de sa qualité de « propriétaire voisin » mais doit préciser l’atteinte qu’il invoque.

Ce qu’il faut retenir : Afin de justifier de son intérêt donnant qualité pour agir, le requérant exerçant un recours à l’encontre d’une autorisation d’urbanisme ne doit pas se borner à se prévaloir de sa qualité de « propriétaire voisin » mais doit préciser l’atteinte qu’il invoque.

Pour approfondir : L’ordonnance n°2013-638 du 18 juillet 2013 relative au contentieux de l’urbanisme, entrée en vigueur le 19 août suivant, a introduit un nouvel article L. 600-1-2 dans le Livre VI du Code de l’urbanisme qui dispose : «Une personne autre que l'Etat, les collectivités territoriales ou leurs groupements ou une association n'est recevable à former un recours pour excès de pouvoir contre un permis de construire, de démolir ou d'aménager que si la construction, l'aménagement ou les travaux sont de nature à affecter directement les conditions d'occupation, d'utilisation ou de jouissance du bien qu'elle détient ou occupe régulièrement ou pour lequel elle bénéficie d'une promesse de vente, de bail, ou d'un contrat préliminaire mentionné à l'article L.261-15 du Code de la construction et de l'habitation ».

Ces dispositions ont été mises en place afin de « prévenir les contestations dilatoires ou abusives, notamment en encadrant les conditions dans lesquelles le juge peut être saisi d'un recours en annulation, ou d'une demande de suspension, en particulier en exigeant des requérants un intérêt suffisamment direct à agir (…) » (Extrait du rapport au Président de la République relatif à ladite ordonnance).

Par un arrêt rendu le 10 juin 2015, le Conseil d’état était venu préciser les conditions d’application de ce nouvel article en soulignant « qu’il appartient, en particulier, à tout requérant qui saisit le juge administratif d'un recours pour excès de pouvoir tendant à l'annulation d'un permis de construire, de démolir ou d'aménager, de préciser l'atteinte qu'il invoque pour justifier d'un intérêt lui donnant qualité pour agir, en faisant état de tous éléments suffisamment précis et étayés de nature à établir que cette atteinte est susceptible d'affecter directement les conditions d'occupation, d'utilisation ou de jouissance de son bien » (Conseil d’Etat, 10 juin 2015, Brodelle et Gino, n° 386121).

Dans l’arrêt ici commenté, le Conseil d’Etat apporte de nouveaux éléments permettant de définir ce qu’il entendait par la nécessité pour le requérant de « préciser l'atteinte qu'il invoque pour justifier d'un intérêt lui donnant qualité pour agir ».

En l’espèce, les propriétaires de biens situés à proximité immédiate du projet contesté avaient cru bon d’introduire un recours en excès de pouvoir contre le permis de construire octroyé à une société pour la réalisation d’un immeuble de dix-huit logements.

Pour rejeter le pourvoi des requérants, le Conseil d’Etat fait application des principes dégagés dans l’arrêt du 10 juin 2015 et souligne que les requérants n’ont pas apporté suffisamment d’éléments permettant de justifier une atteinte aux conditions d’utilisation ou de jouissance de leur bien.

Ainsi, sur le fondement de l’article L. 600-1-2 du Code de l’urbanisme précité, la Haute Juridiction a considéré « qu'il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que, pour justifier de leur intérêt à agir, les requérants se sont bornés à se prévaloir de leur qualité de « propriétaires de biens immobiliers voisins directs à la parcelle destinée à recevoir les constructions litigieuses » ; que, par ailleurs, les pièces qu'ils ont fournies à l'appui de leur demande établissent seulement que leurs parcelles sont mitoyennes pour l'une et en co-visibilité pour l'autre du projet litigieux ; que, le plan de situation sommaire des parcelles qu'ils ont produit ne comportait que la mention : « façade sud fortement vitrée qui créera des vues » ; qu'invités par le greffe du tribunal administratif, par une lettre du 28 août 2014, à apporter les précisions nécessaires à l'appréciation de l'atteinte directe portée par le projet litigieux à leurs conditions d'occupation, d'utilisation ou de jouissance de leur bien, ils se sont bornés à produire, le 5 septembre suivant, la copie de leurs attestations de propriété ainsi que le plan de situation cadastral déjà fourni ».

En résumé, le simple fait d’être voisin direct de la parcelle objet de la construction ne suffit pas, en soi, à constituer un intérêt légitime donnant qualité pour agir. Il convient d’expliciter en quoi la construction litigieuse porte atteinte à ses intérêts.

En tout état de cause et comme précisé dans l’arrêt du 10 juin 2015, la charge de la preuve, visant à établir que les atteintes alléguées sont dépourvues de réalité, pèse toujours sur le défendeur (l’autorité administrative compétente ou le pétitionnaire) lorsque celui-ci souhaite contester l’intérêt donnant qualité pour agir du requérant.

A rapprocher : Conseil d’Etat, 10 juin 2015, déc. n°386121

VOIR AUSSI

Validité du règlement de copropriété fixant des tantièmes de propriété par bloc d'immeuble

Cass. civ. 3ème, 7 septembre 2017, n°16-18.331

- Vu : 1087

Si l'article 22 de la loi du 10 juillet 1965 exige que les quotes-parts de parties communes soient attribuées à chaque lot, n'est pas nécessairement contraire à ces dispositions d'ordre public, le règlement de copropriété fixant les tantièmes non pas par copropriétaire mais par bloc d'immeuble...

> Lire la suite

Validation d’une clause d’élection de domicile comportant attribution de compétence

Cass. civ. 2ème, 1er juin 2017, n°16-18.739

- Vu : 1504

Au sens de l’article 48 du Code de procédure civile, une clause d’élection de domicile comportant attribution de juridiction, conclue entre deux sociétés commerciales, est valable dès lors qu’elle a figuré au contrat de manière apparente, et qu’elle a été stipulée dans l’intérêt commun des Parties.

> Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 83660
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 82244
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39253
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 37682
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©