webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Indemnité d'éviction calculée sur la seule activité autorisée par le bail - Cass. civ. 3ème, 9 avril 2013, pourvoi n°12-13.622

La Cour de cassation rappelle que, pour le calcul de l’indemnité d’éviction revenant au preneur qui s’est vu refuser le renouvellement de son bail, il est tenu compte exclusivement de l’activité autorisée par le bail.



Par un récent arrêt, la troisième Chambre civile de la Cour de cassation rappelle que, pour le calcul de l’indemnité d’éviction revenant au preneur qui s’est vu refuser le renouvellement de son bail, il est tenu compte exclusivement de l’activité autorisée par le bail.

En l’espèce, un bailleur a donné à bail commercial à la Société Stock des Affaires un local pour l’exercice d’un commerce « d’articles de Paris, maroquinerie, bimbeloterie et solde de tous ces articles ».

Le bailleur a délivré congé sans offre de renouvellement et avec offre d’indemnité d’éviction au preneur, lequel a alors assigné le bailleur en paiement de l’indemnité d’éviction.

Les juges de première instance ont assimilé l’activité de « bimbeloterie » qui correspondait à la destination contractuelle, à celle de  « bazar » retenant l’intégralité du chiffre d’affaires réalisé par le preneur.

La Cour d’appel de Paris a infirmé le jugement en distinguant les notions de « bimbeloterie » et celle de « bazar », excluant alors du chiffre d’affaires global de la société preneuse le chiffre d’affaires réalisé exclusivement à raison de l’activité de bazar.

Elle considérait que la bimbeloterie n’était pas assimilable à des produits bon marché ou soldés tels qu’articles de plage, produits d’entretien ou d’hygiène proposés par le preneur.

La Société Stock des Affaires a formé un pourvoi arguant que cette distinction des deux notions de « bimbeloterie » et de « bazar » était erronée.

L’enjeu pour le preneur était essentiel compte tenu du chiffre d’affaires retenu  pour le calcul de l’indemnité d’éviction qui se trouvait alors amoindrie.

Prenant acte des clauses contractuelles du bail et du pouvoir souverain d’appréciation des juges du fonds, la Cour de cassation confirme la solution de la Cour d’appel.

La Cour de cassation affirme en effet que l’indemnité d’éviction doit être calculée sur la base de la seule activité autorisée par le bail.

La destination contractuelle était le commerce d’articles de Paris, maroquinerie, bimbeloterie et solde à l’exclusion de toute autre activité et notamment de l’activité de bazar.

La solution posée par cet arrêt est intéressante à double titre :

  • d’une part, la Haute cour réaffirme qu’il incombe aux juges du fond d’apprécier souverainement la méthode de calcul de l’indemnité d’éviction, au regard notamment de l’activité contractuelle du bail ;
  • d’autre part, elle rappelle que pour le calcul de l’indemnité d’éviction, ne sont prises en compte que les seules activités contractuelles, à l’exclusion de tout autre.

Autrement dit, la clause « Destination » du bail est donc essentielle et le preneur ne peut se prévaloir d’une simple tolérance de la part du bailleur pour ensuite faire état d’une activité différente de celle prévue au bail dans le cadre du calcul de l’indemnité d’éviction.

Le silence du bailleur et l’absence d’opposition de sa part à l’exercice d’une activité non prévue au bail ne valent pas acquiescement.

Au regard de ce qui précède, le preneur se doit donc d’être particulièrement vigilant sur cette question, notamment s’il entend s’adjoindre une activité connexe ou complémentaire à celle prévue par le bail.

Afin d’en faire état dans le calcul de l’indemnité d’éviction, il devra alors, en cours de bail, mettre en œuvre la procédure de despécialisation telle que prévue par les dispositions de l’article L.145-47 du code de commerce. A défaut de le faire, la sanction est loin d’être neutre pour le preneur car la base du calcul de l’indemnité d’éviction s’en trouve diminuée d’autant. 


VOIR AUSSI

Vente d’immeuble : restitution du prix proportionnelle au déficit de surface

Cass. civ. 3ème, 4 mai 2016, pourvoi n°15-12.940

- Vu : 3186

En matière de vente d’immeuble, la diminution du prix proportionnelle à la moindre mesure correspond à la différence entre le prix effectivement payé et le prix réduit.

> Lire la suite

La vente d’un immeuble en son entier n’ouvre pas au preneur un droit de préemption subsidiaire

Cass. civ. 3ème, 11 mars 2015, pourvoi n°14-10.447

- Vu : 4882
Le droit de préemption du locataire est purgé à l’issue des deux mois de préavis peu importe la vente ultérieure de l’immeuble en son entier par le bailleur. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 96376
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86208
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 40645
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40373
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©