webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Le bénéfice de l’article L. 136-1 du Code de la consommation au syndicat des copropriétaires

Cass. civ. 1ère, 25 novembre 2015, pourvoi n°14-20.760

Le syndicat des copropriétaires, même représenté par un syndic professionnel, ne perd pas sa qualité de non-professionnel au regard de l’article L.136-1 du Code de la consommation.

Ce qu’il faut retenir : Le syndicat des copropriétaires, même représenté par un syndic professionnel, ne perd pas sa qualité de non-professionnel au regard de l’article L.136-1 du Code de la consommation.

Pour approfondir : Aux termes de l’article L.136-1 alinéa 1 du Code de la consommation, « Le professionnel prestataire de services informe le consommateur par écrit, par lettre nominative ou courrier électronique dédiés, au plus tôt trois mois et au plus tard un mois avant le terme de la période autorisant le rejet de la reconduction, de la possibilité de ne pas reconduire le contrat qu'il a conclu avec une clause de reconduction tacite. Cette information, délivrée dans des termes clairs et compréhensibles, mentionne, dans un encadré apparent, la date limite de résiliation ». L’alinéa 2 dudit article prévoit la sanction de ce défaut d’information, à savoir la possibilité pour le consommateur de mettre un terme au contrat à tout moment, à partir de sa date de reconduction. En l’espèce, un syndicat de copropriétaires, représenté par un syndic professionnel, avait résilié divers contrats de prestations de services, sans respecter de délai de préavis, se prévalant des dispositions de l’article L.136-1 du Code de la consommation.

Le prestataire de services l’avait alors assigné en paiement de dommages et intérêts, au titre de l’inexécution desdits contrats, les juges du fond faisant droit à sa demande. La question posée à la Haute juridiction était donc de savoir si le syndicat de copropriétaires, représenté par un syndic professionnel, pouvait être considéré comme consommateur et bénéficier ainsi des dispositions protectrices de l’article L.136-1 du Code de la consommation. Dans un attendu de principe dénué d’ambiguïté, la Cour de cassation censure la décision de la Cour d’appel au motif que la représentation d’un syndicat de copropriétaires par un syndic professionnel ne lui fait pas perdre sa qualité de non-professionnel, de sorte qu’il peut bénéficier des dispositions de l’article L.136-1 du Code de la consommation nonobstant cette représentation. Par cette décision, la Cour de cassation confirme la jurisprudence selon laquelle la notion de consommateur protégé par les dispositions du Code de la consommation est applicable aux personnes morales, spécialement au syndicat de copropriétaires, en sa qualité de non-professionnel (Cass. civ. 1ère, 23 juin 2011, pourvoi n° 10-30.645).

A rapprocher : Cass. civ. 1ère, 23 juin 2011, pourvoi n°10-30.645

VOIR AUSSI

Obligations de forme et de procédure pesant sur la CNAC en cas d’édiction d’un avis tacite favorable

CAA Douai, 27 septembre 2018, n°16DA02179

- Vu : 1009

Par un arrêt en date du 27 septembre 2018, la Cour administrative d’appel de Douai est venue rappeler que, lorsque la CNAC émet un avis tacite favorable, elle ne peut pas pour autant s’affranchir des obligations de forme et de procédure, prévues par le code de commerce.

> Lire la suite

Fonds non contigus : règles de distance applicables aux servitudes de vue

Cass. civ. 3ème, 23 novembre 2017, n°15-26.240, 15-26.271

- Vu : 1089

Les règles de distance imposées par l’article 678 du Code civil, prévoyant une distance d’au moins dix-neuf décimètres (soit 1,90 mètres) entre les fonds, ne s’appliquent que lorsque les fonds sont contigus.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 108532
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88197
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats
3 juillet 2018 - Vu : 45471
L’application dans le temps du nouveau droit des contrats conduit à distinguer trois périodes, suivant la date à laquelle ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44950
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©