webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Le Savoir-faire (Caractères et charge de la preuve)

Caractères et charge de la preuve

Le franchisé supporte le fardeau probatoire de l’inexistence d’un savoir-faire répondant caractéristiques fixées par le règlement n°2790/1999 du 22 décembre 1999 et la jurisprudence.

1. Caractères du savoir-faire : Certains franchisés peuvent être tentés (à tort) de soutenir le savoir-faire ne présente pas de caractère secret en se fondant sur l’existence de réseaux créés antérieurement et exerçant une activité similaire.

Ce faisant, ceux-ci confondent les conditions de brevetabilité et les caractères du savoir-faire.

Le savoir-faire est par définition non breveté. Selon l’article 1er f) du règlement n°2790/1999 du 22 décembre 1999 concernant l'application de l'article 81, paragraphe 3, du traité à des catégories d'accords verticaux et de pratiques concertées, le savoir-faire est un « ensemble secret, substantiel et identifié d'informations pratiques non brevetées, résultant de l'expérience du fournisseur et testées par celui-ci ».

Le caractère secret exigé du savoir-faire n’implique pas que ce savoir-faire n’appartienne qu’au seul franchiseur. Il suffit en effet qu’il soit distinct des règles de l’art applicables au métier objet de la franchise, ou aisément accessibles, et que le franchisé n’aurait pu trouver lui-même cette méthode qu’au prix de longs et couteux efforts. Le règlement du 22 décembre 1999 précité dispose ainsi que dans le contexte de la définition du savoir-faire, « "secret" signifie que le savoir-faire, dans son ensemble ou dans la configuration et l'assemblage précis de ses composants, n'est pas généralement connu ou facilement accessible ».

Le fait que le savoir-faire soit exploité au sein d’un autre réseau ne fait pas obstacle à son caractère secret (CA Colmar, 28 mai 1993, Juris-Data n°048286). Ainsi que l’a souligné un auteur, « un secret, pour être partagé, n'en reste pas moins un secret, s'il se limite à un petit cercle d'initiés » (Ph. Le Tourneau, Franchisage – Franchisage dans le domaine des services – Franchiseur et franchisé, J.-Cl. Contrats-Distribution, Fasc. 1050, 2002, §. 43). Aussi, l’existence de deux réseaux concurrents n’est pas de nature à prouver le manque de caractère secret du savoir-faire.

2. Charge de la preuve de l’inexistence du savoir-faire : Il appartient au franchisé de prouver l’inexistence du savoir-faire (CA Toulouse, 4 mai 2000, Juris-Data n°122079 ; Cass. com., 6 avr. 1999, pourvoi n°96-20.048, inédit ; CA Montpellier, 23 mai 1996, Juris-Data n°034666 ; ib. com. Paris, 19 sept. 1994, Juris-Data n°046476 ; CA Paris, 16 avr. 1991, Juris-Data n°021700).

La Cour de cassation (Cass. com., 18 mai 1999, pourvoi n°97-17.433) a ainsi jugé que : « Attendu (…) qu'il incombe à chaque partie de prouver les faits nécessaires au succès de sa prétention ; que l'arrêt retient que la société Ace Sud et M. Y... ne versent pas aux débats la "bible commerciale" dont ils invoquent l'indigence et le manque d'originalité, faisant valoir qu'ils ont restitué ce document en fin de contrat au franchiseur, sans toutefois établir la preuve de cette restitution, dont la réalité est contestée par le franchiseur ; que la cour d'appel, qui a déduit de ces constatations et énonciations que n'était pas rapportée la preuve du grief allégué, a, sans inverser la charge de la preuve, justifié sa décision ».

Le franchisé supporte donc le fardeau probatoire de l’inexistence d’un savoir-faire répondant aux caractéristiques précitées.

 

VOIR AUSSI

Les mystères de la clause d’« objectif minimum »

- Vu : 16511
Dans tout contrat de distribution, les parties peuvent insérer une clause d’« objectif minimum » qui consiste à imposer à son débiteur la réalisation d’un objectif et à prévoir certaines conséquences. > Lire la suite

Clauses limitatives de responsabilité

Eléments de droit comparé

- Vu : 4041
Elements de droit comparé : Allemagne, Belgique, Espagne et amérique latine, Angleterre, Etats-Unis et Québec. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97957
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86477
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41062
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40484
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©