webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Responsabilité du concédant par suite d’une faute de son concessionnaire auprès d’un tiers

Cass. com. 6 octobre 2015, pourvoi n°13-28.212

Une tête de réseau peut être condamnée in solidum avec un distributeur à réparer le préjudice que ce dernier a causé à un tiers par suite de la rupture fautive du contrat les unissant dès lors que, par le pouvoir que la tête de réseau possède sur ce distributeur, elle est à l’origine de cette situation.



Ce qu’il faut retenir : Une tête de réseau (ici un concédant) peut être condamnée in solidum avec un distributeur (ici un concessionnaire) à réparer le préjudice que ce dernier a causé à un tiers par suite de la rupture fautive du contrat les unissant dès lors que, par le pouvoir que la tête de réseau possède sur ce distributeur, elle est à l’origine de cette situation.

Pour approfondir : En l’espèce, par acte du 30 septembre 2003, un concessionnaire automobile sous la marque A avait conclu avec un agent, la société S, un contrat dit « d’agent relais » dont l’objet était de confier à cette dernière la réparation et l’entretien des véhicules sous marque A, la commercialisation des pièces de rechange fournies et distribuées par la société A, achetées notamment auprès de son concessionnaire, ainsi que la réalisation de diverses prestations.

La société S ayant refusé, au mois d’avril 2004, de signer un avenant fixant les objectifs de commercialisation de pièces de rechange pour l’année 2004, puis ayant cessé progressivement tout approvisionnement auprès de la société concessionnaire, cette dernière avait résilié le contrat signé avec son agent et avait invité ce dernier à procéder à la dépose de l’enseigne A dont il disposait jusqu’alors. La société S s’opposant à cette résiliation, le concessionnaire l’avait assignée en résiliation du contrat à ses torts exclusifs. La société S décidait d’appeler la tête de réseau en intervention forcée.

Statuant sur renvoi après cassation (Cass. com., 15 mai 2012, n°11-17.431), les juges du fond condamnaient la société A, tête de réseau, in solidum avec la société concessionnaire, à réparer le préjudice résultant de la rupture du contrat d’agent relais et à garantir la société concessionnaire de l’ensemble des condamnations prononcées à son encontre au bénéfice de la société S.

Par son appréciation souveraine, la cour d’appel constate, d’une part, que l’organisation du système mis en place par la tête de réseau était telle en l’espèce que l’agent relais n’avait pas véritablement le choix de son concessionnaire de rattachement dès lors que les quotas l’obligeaient de fait à travailler avec un concessionnaire de proximité déterminé, ayant lui-même l’obligation de réaliser un montant de revente sur la zone géographique attribuée par le constructeur, l’obligeant ainsi à imposer des quotas à ses agents relais et, d’autre part, que cette organisation favorisait les pressions sur les agents par le concessionnaire de rattachement, ceux-ci ne pouvant pas, de fait, nouer de relations contractuelles avec un autre concessionnaire agréé, à peine d’exclusion du réseau.

La Cour de cassation retient que « de ces constatations et appréciations, la cour d’appel de Paris a pu déduire que le constructeur, qui était à l’origine des conditions de mise en œuvre du contrat litigieux, devait supporter la charge définitive des condamnations in solidum prononcées contre lui et la société (concessionnaire) ».

A rapprocher : CA Paris, 19 septembre 2013, n°12/16987 ; Cass. com., 15 mai 2012, n°11-17.431

VOIR AUSSI

La charge de la preuve de l’erreur sur la rentabilité incombe au franchisé - CA Paris, 17 décembre 2014, RG n°13/08615

- Vu : 6062
Il appartient au franchisé arguant de la nullité d’un contrat de franchise à raison d’une erreur sur la rentabilité du projet économique de prouver les manœuvres du franchiseur. > Lire la suite

Preuve de la paternité des prévisionnels - CA Paris, 12 novembre 2014, RG n°12/15178

- Vu : 3484

La responsabilité du franchiseur ne peut être engagée à raison de l’existence de comptes prévisionnels si le franchisé ne rapporte pas la preuve que le franchiseur en est bien l’auteur.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 86320
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 84395
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39529
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 38414
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©