webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

Compétence du juge de proximité en matière de copropriété

Cass. civ. 3ème, 10 juin 2015, pourvoi n°14-19.218

La juridiction de proximité est compétente pour examiner une demande d’annulation d’une décision d’assemblée générale de copropriétaires lorsque celle-ci est présentée par voie d’exception ou comme moyen de défense.

Ce qu’il faut retenir : La juridiction de proximité est compétente pour examiner une demande d’annulation d’une décision d’assemblée générale de copropriétaires lorsque celle-ci est présentée par voie d’exception ou comme moyen de défense.

Pour approfondir : Des copropriétaires ont été assignés par le syndicat des copropriétaires devant le juge de proximité en paiement d’arriérés de charges. Pour s’opposer à cette demande, les copropriétaires ont soulevé reconventionnellement la nullité de certaines délibérations de l’assemblée générale qui avaient mis à la charge de la copropriété des travaux qui portaient, selon eux, sur des  parties privatives.

Le juge de proximité, compétent pour statuer en dernier ressort  lorsque l’enjeu du litige ne dépasse pas 4.000 €, s’était déclaré incompétent pour juger du bien-fondé  de la demande reconventionnelle des défendeurs dans la mesure où, en application des dispositions de l’article 49 du code de procédure civile, « Toute juridiction saisie d’une demande de sa compétence connaît (…) de tous les moyens de défense à l’exception de ceux qui soulèvent une question relevant de la compétence exclusive d’une autre juridiction. »

D’après lui, l’examen de la validité d’une résolution d’assemblée générale relevait précisément de la compétence exclusive du tribunal de grande instance.

La Cour de cassation censure la décision au visa de l’article R 231-5 du code de l’organisation judiciaire, soulignant dans un attendu de principe que « la juridiction de proximité connaît des demandes incidentes ou moyens de défense qui ne soulèvent pas une question relevant de la compétence exclusive d’une autre juridiction. Toutefois, si le moyen de défense implique l’examen d’une question de nature immobilière pétitoire ou possessoire, la juridiction de proximité doit relever son incompétence au profit du tribunal de grande instance. »

La Cour de cassation considère ainsi que le juge de proximité est compétent pour se prononcer sur une demande d’annulation d’une décision d’assemblée générale lorsqu’elle est présentée par voie d’exception ou comme moyen de défense et lorsqu’elle n’implique  pas l’examen d’une question de nature immobilière pétitoire – action tendant à faire reconnaître l’existence d’un droit de propriété sur un bien immobilier – ou possessoire – lorsqu’une personne sollicite une mesure destinée à assurer la protection de la possession qu’elle exerce sur un bien immobilier.

En effet,  les actions relatives à la protection de la propriété immobilière privée sont traditionnellement de la compétence exclusive du tribunal de grande instance (article R 211-4, 6° du code de l’organisation judiciaire).

Cette décision étend donc, sous les conditions indiquées ci-avant, la compétence du juge de proximité en matière de copropriété, étant toutefois rappelé que ce dernier a vocation à disparaître au 1er janvier 2017 (cf. loi de finances n°2014-1654, article 99).

A rapprocher : Cass. civ. 3ème., 5 février 1985, pourvoi n°84-10.407

VOIR AUSSI

Agenda d’accessibilité programmée : modalités de contrôle et sanctions applicables aux retardataires

Décret n° 2016-578 du 11 mai 2016

- Vu : 2915

Le décret n° 2016-578 du 11 mai 2016 entré en vigueur le 14 mai 2016 a mis en place un dispositif de contrôle et de sanction applicable aux propriétaires ou exploitant d’établissement recevant du public (ERP) qui n’auraient pas encore procédé au dépôt ou exécuté l’agenda d’accessibilité programmée (Ad’AP).

> Lire la suite

Précisions sur l’usage de la lettre recommandée en matière de bail commercial

Décret n°2016-296 du 11 mars 2016

- Vu : 4767

Le décret modifie le Code de commerce pour tenir compte des modifications apportées par la loi Macron du 6 août 2015 aux dispositions de la loi Pinel du 18 juin 2014.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88034
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©