webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Référé-provision et bouleversement des circonstances d'exécution

CA Paris, 5 mars 2015, RG n°13/21497

La Cour d'appel de Paris a rendu une décision très contestable en matière de référé-provision alors que le bouleversement des circonstances d'exécution constituait vraisemblablement une contestation sérieuse.

Par un arrêt du 5 mars dernier, la Cour d'appel de Paris a rendu une décision dont la motivation ne peut que faire réagir, et dont la sévérité dans l'application à la lettre des stipulations contractuelles ne peut que surprendre.

En l'espèce, une entreprise avait conclu un contrat de 48 mois auprès d'une société de communication, laquelle devait assurer la diffusion d'un message publicitaire dans un hypermarché. L'hypermarché ayant déménagé, la diffusion s'est interrompue avant de reprendre dans une toute autre configuration. Malgré ce, le communicant a exigé le paiement des échéances mensuelles et, devant le refus de son cocontractant, l'a assigné en référé. Le Tribunal de commerce puis la Cour d'appel ont condamné à une provision correspondant au montant des impayés. Mais, la motivation des décisions laisse la part belle aux critiques. En effet, deux circonstances ont été considérées comme déterminantes pour éluder le sérieux des contestations.

C'est d'abord le déséquilibre significatif qui a été éludé, au motif d'une part que l'argument est évoqué dans le corps des écritures de l'appelante mais sans que la nullité ne soit demandée dans le dispositif. Cela est très surprenant, car l'exception de nullité est une contestation qui peut être sérieuse (à la condition bien sûr que l'argument repose sur de réels griefs bien évidemment) sans pour autant que la nullité soit demandée dans le corps des conclusions. En effet, la nullité est une question qui relève du fond et elle n'a donc pas à être demandée dans le cadre d'une instance en référé. L'on peut en revanche, sans demander la nullité, développer les causes de nullité pour démontrer qu'il existe une contestation sérieuse.

La Cour a, qui plus est, relié cette question à la législation sur les clauses abusives - alors que ce fondement n'était pas avancé par l'appelante - pour mieux dire que ce texte n'est pas applicable entre professionnels ; rappelons que l'article L.442-6, I, 2°) du Code de commerce sanctionne entre professionnels les déséquilibres significatifs.

Enfin, l'on rappellera que la Cour de cassation a expressément censuré une Cour d'appel qui avait éludé le bouleversement des circonstances économiques pour faire droit à une action en référé provision (Cass. com., 29 juin 2010, n°09-67.369).

Cet argument ne semble pas avoir été avancé par l'appelant et le détail des faits n'est pas connu, ce qui explique peut-être que cela n'ait pas été retenu, mais le bouleversement des circonstances économiques qui modifiait l'objet même du contrat aurait peut-être pu (ou dû) permettre de faire échec à une demande de provision.

VOIR AUSSI

Clauses abusives : contestation des factures entravée ou impossible

CA Paris, 5 septembre 2019, RG n°17/02353

- Vu : 1432

La clause subordonnant la possibilité pour un client de contester une facture au paiement préalable de 90 % de son montant ainsi qu'au respect d'un délai impossible est une clause abusive, en ce qu’elle a pour effet de supprimer l'exercice d'actions en justice interdite.

> Lire la suite

Recevabilité de la demande nullité du contrat de franchise formée pour la première fois en cause d’appel

Droit positif

- Vu : 3570

Lorsque la nullité du contrat de franchise est invoquée pour la première fois en cause d’appel, la demande n’est pas « nouvelle » puisqu’elle vise « aux mêmes fins » que celles soumises au premier juge, à savoir « l’anéantissement du contrat ».




> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 92824
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 85464
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40023
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39745
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©