Prise en compte de deux loggias privatives dans le mesurage Carrez d’un lot – Cass. civ. 3ème, 28 janvier 2015, pourvoi n°13-26.035

La superficie de parties privatives s’apprécie au jour de la vente du lot.

Les acquéreurs d’un lot de copropriété ont assigné leur vendeur en diminution du prix arguant que le mesurage Carrez faisait ressortir une superficie inférieure à celle indiquée lors de la vente. Ils prétendaient que la superficie de deux loggias, chacune d’une superficie inférieure à 8 m², devaient être exclues de la superficie privative habitable. Les dispositions légales excluent effectivement d’inclure dans le calcul de la surface habitable tout lot ou fraction de lot d’une surface inférieure à 8 m².

Leur argumentation est rejetée tant en appel qu’en cassation.

Faisant sienne l’appréciation souveraine des juges du fond, la Cour de cassation considère qu’à la date de la vente, les deux loggias privatives, comprises dans le lot vendu, étaient closes et habitables de telle sorte que les juges du fond en ont déduit à bon droit qu’elles devaient être prises en compte pour le calcul de la superficie des parties privatives vendues.

La jurisprudence avait déjà conclu au fait que la superficie d’une véranda ou d’une loggia doit être intégrée dans la superficie privative s’il s’agit de locaux clos et couverts, d’une hauteur égale ou supérieure à 1,80 mètre et compris dans la partie privative du lot. 

Ainsi, le calcul de la superficie doit refléter le lot tel qu’il se présente matériellement au jour de la vente et ne doit pas exclure les parties de lot d’une superficie inférieure à 8 m² dès lors que ceux-ci, une fois réunis et devenus habitables, font partie intégrante du lot.

Sommaire

Autres articles

some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
Etendue de la destination contractuelle d’un restaurant et vente à emporter
L’adjonction d’une activité ne peut donner lieu à déplafonnement du loyer s’il s’agit d’une activité dite incluse, c’est-à-dire se rattachant naturellement à la destination contractuelle initiale et à son évolution en fonction des usages ou pratiques...
some
[VIDÉO] Baux commerciaux et marché locatif, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire intervenant dans le cadre de contentieux locatifs et d'indemnités d'éviction, aborde notamment dans cette vidéo le marché locatif, la baisse/hausse des loyers et la propriété commerciale.