webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Immobilier
 

De l’importance de l’adéquation des assurances dans un centre commercial - Cass. civ. 3ème, 14 janvier 2015, pourvoi n°13-28.030

Du nouveau dans la relation tripartite entre syndicat des copropriétaires, bailleur et locataire en cas de troubles consécutifs à la mauvaise exécution travaux.


La Cour de cassation modifie le fondement de l’action d’un bailleur dont la responsabilité est recherchée par son locataire en raison d’un préjudice découlant de travaux votés par la copropriété dont dépendent les lieux loués, lesdits travaux ayant endommagé ou empêché leur exploitation. Le litige était classique et opposait, dans un centre commercial, un locataire, un copropriétaire bailleur de locaux commerciaux,  et le syndicat des copropriétaires à l’origine de travaux réalisés sur les parties communes ayant entraîné la fermeture de l’exploitation commerciale.

L’article 9 alinéa 4 de la Loi du 10 juillet 1965, modifié par la loi  n°2006-1772 du 30 décembre 2006 - art. 60 JORF 31 décembre 2006, dispose que : « Les copropriétaires qui subissent un préjudice par suite de l'exécution des travaux, en raison soit d'une diminution définitive de la valeur de leur lot, soit d'un trouble de jouissance grave, même s'il est temporaire, soit de dégradations, ont droit à une indemnité. »

Dans un arrêt de la 3ème Chambre civile  du 14 janvier 2015 (pourvoi n°13-28.030) la Cour de cassation retient que le préjudice du bailleur résultant de l’obligation de réparer les troubles subis par son locataire, au titre des travaux réalisés sur les parties communes, décidés par l’assemblée générale des copropriétaires et affectant ses parties privatives, s’analyse en un préjudice personnel relevant de l’article 9 de la loi du 10 juillet 1965.

La Cour d’appel avait écarté cette solution au motif  que le bailleur n’avait pas fait de demande d’indemnisation pour lui-même.

Elle avait néanmoins condamné le syndicat des copropriétaires à garantir le bailleur mais en  estimant que le syndicat était responsable des dommages qui trouvent leur origine dans les parties communes de l’immeuble dont il a la garde juridique au sens de l’article 1384 du Code civil.

La Cour d’appel est censurée.

La Cour de cassation considère que l’obligation du bailleur de réparer les troubles subis par son locataire du fait de travaux décidés par la copropriété sur les parties communes, affectant les parties privatives, ouvre droit à une indemnisation en vertu  de l’article 9 de la loi de 1965 qui en devient le fondement, la Cour de cassation ayant spécifié que seules ces dispositions trouvent à s’appliquer.

Cette décision conduit à réviser le cas échéant les fondements soutenus dans les litiges en cours.

Elle est aussi l’occasion d’appeler l’attention sur les conséquences qui en découlent au titre de l’alinéa 5 de la loi de 1965 qui précise : « Cette indemnité, qui est à la charge de l'ensemble des copropriétaires, est répartie, s'agissant des travaux décidés dans les conditions prévues par les e, g, h et i de l'article 25, par le d de l'article 26 et par l'article 30, en proportion de la participation de chacun au coût des travaux. »

Les copropriétaires, dont la participation à l’indemnisation d’un locataire est ainsi prévue et quantifiée, par un texte, doivent être particulièrement attentifs aux assurances prises par le syndicat, lesquelles doivent couvrir ce risque dont l’importance n’est pas mesurable.

Ils doivent veiller aussi à l’adéquation des garanties et des contrats entre copropriétaires et locataires en particulier dans les centres commerciaux qui regroupent plusieurs locataires.

VOIR AUSSI

Bail commercial : incendie et responsabilité du bailleur

Cass. civ. 3ème, 12 juillet 2018, n°17-20.696, Publié au Bulletin

- Vu : 1144

L’incendie d’origine indéterminée qui se déclare dans un local voisin puis se propage dans un local donné à bail ne constitue pas un cas fortuit au sens de l’article 1722 du code civil. Dès lors, le bailleur est tenu d’indemniser le preneur pour les troubles de jouissance subis du fait de l’incendie.

> Lire la suite

Véranda édifiée sur une partie commune à jouissance privative et loi Carrez

Cass. civ. 3ème, 16 septembre 2015, pourvoi n°14-20.137

- Vu : 4672

La superficie d’une véranda, édifiée sur une partie commune à jouissance privative, ne doit pas être prise en compte lors du mesurage Carrez en cas de vente de lots de copropriété.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97957
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86477
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41062
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40484
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©