webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

La distinction entre les idées non protégeables et la forme d’expression - CA Paris, 16 octobre 2013, RG n°12/06709

L’un des principes phares du droit d’auteur peut se résumer dans la formule suivante « Les idées sont de libre parcours ». On distingue en effet les idées, non protégeables, et la forme d’expression de ces idées qui, elle, peut être protégée par le droit d’auteur.

L’un des principes phares du droit d’auteur peut se résumer dans la formule suivante « Les idées sont de libre parcours ».

Classiquement, on distingue en effet les idées, qui ne sont pas protégeables, et la forme d’expression de ces idées qui, elle, peut être protégée par le droit d’auteur si elle est originale. L’application de cette distinction a fait l’objet de l'arrêt rendu par la Cour d'appel de Paris le 16 octobre 2013 (RG n°12/06709).

Une personne avait imaginé de mettre en scène, dans les tribunes des enceintes sportives ou dans les salles de spectacle, un tableau vivant constitué des spectateurs présents, chacun de ces spectateurs se voyant assigner une place déterminée et attribuer une couleur de vêtement précise, de manière à ce que les spectateurs ensemble réalisent un canevas donnant à voir une image ou à lire un message. Pour donner date certaine à sa création, son auteur procédait au dépôt d’une enveloppe Soleau à l’INPI qu’elle cédait ensuite à une société. Cette dernière contacta la Fédération française de football pour l’exploitation dans les tribunes du stade de France, laquelle refusait le projet. Quelques mois plus tard, à l’occasion d’un match dans ce stade, elle constatait l’apparition d’un message « Allez les Bleus » dans les tribunes à partir d’une combinaison de spectateurs revêtus de ponchos bleus. Elle assigna alors en contrefaçon et concurrence parasitaire la Fédération.

La société agissant en contrefaçon tentait d’établir l’existence d’une œuvre protégeable par le droit d’auteur en indiquant que la création se distinguait du « tifo » en ce qu’il ne s’agit pas de faire porter par le spectateur un carton, un drapeau, un étendard ou tout autre objet coloré, mais un vêtement, plus précisément un poncho coloré, et que les deux procédés ont pour résultat de faire apparaître sur les tribunes, pendant le déroulement de l'événement ou du spectacle, un message visuel, ou une image.

La Cour considère que la société tentait en réalité de s’approprier le procédé déjà connu du « tifo » consistant à faire réaliser par les spectateurs, soit par l’étendard coloré dont ils sont porteurs, soit par le vêtement coloré dont ils sont revêtus, un tableau vivant constitué d’un message ou d’une image. La seule différence avec le « tifo » consistant à faire porter par le spectateur un vêtement coloré de type poncho tandis que le « tifo » fait généralement porter au spectateur un étendard ou un drapeau coloré. Or, selon la Cour, cette seule différence résulte d’une simple idée, de libre parcours, et ne traduit pas un effort créatif portant l’empreinte de la personnalité de l’auteur et lui conférant le statut d’œuvre de l’esprit.

Les demandes fondées sur le parasitisme sont également rejetées. La Cour considère à cette fin que la société appelante se borne à faire état du pillage de son travail, sans justifier des investissements consacrés à la création revendiquée, dont elle ne démontre pas davantage qu’elle constituerait, par la publicité, un produit phare.

Retenons donc que pour bénéficier de la protection par le droit d'auteur, il convient de formaliser son idée dans une forme ; à défaut de formalisation suffisante, l'idée ne pourra pas accéder au rang d'oeuvre protégeable par le droit d'auteur.

VOIR AUSSI

Blocage de sites proposant des produits contrefaisants

Trib. Jud. Paris, Ord. réf., 8 janvier 2020, RG n°19/58624

- Vu : 1923

En cas d’atteinte à une marque, le titulaire de celle-ci peut solliciter des mesures de blocage d’accès à des sites internet auprès des FAI sur le fondement de l’article 6-I-8 de la LCEN.

> Lire la suite

Principe de l’interprétation restrictive de la cession de droits d’auteur

CA Aix en Provence, 8 février 2018, n°15/00312

- Vu : 3421

La portée de la cession de ses droits par un auteur s’interprète strictement et ne saurait couvrir des actes de reproduction sur des supports non expressément mentionnés.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88034
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©