webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Cession d’entreprise en difficulté et transfert du contrat de travail - Cass. soc., 30 avril 2014, pourvoi n°12-35.219

La reprise d’une entreprise soumise à une procédure collective entraîne de plein droit, la poursuite par le cessionnaire des contrats de travail des salariés attachés à l’entreprise cédée.

Le présent arrêt est l’occasion pour la Cour de cassation de rappeler que la reprise d’une entreprise soumise à une procédure collective, « entraîne de plein droit […], la poursuite par le cessionnaire des contrats de travail des salariés attachés à l’entreprise cédée » et « qu’il ne peut être dérogé à ces dispositions que lorsque […] le plan de redressement prévoit des licenciements pour motifs économiques ».

Cette décision s’inscrit dans le respect des dispositions de l’article L.1224-1 du Code du travail aux termes duquel la modification juridique de l’employeur entraîne le transfert automatique de l’ensemble des contrats de travail en cours au nouvel employeur. Ces contrats sont donc poursuivis aux conditions préexistantes, les salariés conservant notamment leur ancienneté.

En matière de cession d’entreprise en difficulté, le candidat dont le projet industriel s’accompagne d’une réduction de l’effectif salarial doit veiller à lister précisément les catégories de postes qu’il entend conserver. Les contrats ainsi repris sont alors poursuivis conformément aux dispositions de l’article L.1224-1 précité, les autres devant faire l’objet de licenciement dans les conditions de l’article L.642-5 du Code de commerce.

En l’espèce, le repreneur considérant que l’ancienne gérante ne bénéficiait pas d’un contrat de travail, avait entendu signer avec elle un nouveau contrat lors de la reprise. Une difficulté est alors apparue au moment de la rupture ultérieure du contrat de travail de cette salariée. Celle-ci a dès lors porté des demandes en tenant compte de son ancienneté au sein de l’entreprise reprise. A l’appui de ses demandes, la salariée entendait démontrer l’existence d’un contrat de travail préexistant à la cession, de sorte qu’à défaut d’avoir fait l’objet d’un licenciement au moment de la reprise, ce premier contrat avait été transféré au nouvel employeur.

La Haute Juridiction confirme les juges d’appel en ce que ces derniers, ayant retenu l’existence d’un contrat de travail liant la salariée à l’entreprise avant sa cession, n’ont fait que tirer les conséquences légales du transfert de ce contrat de travail. La salariée pouvait donc légitimement faire remonter son ancienneté à la date de son arrivée en sein de l’entreprise.

VOIR AUSSI

Qualité à agir du liquidateur contre une EIRL malgré l’absence de mention de celle-ci dans le jugement d’ouverture

Cass. com., 23 octobre 2019, n°18-19.952

- Vu : 397

En application de l’article 680-2 du Code de commerce, lorsqu’un entrepreneur individuel à responsabilité limitée est soumis à une procédure collective à raison de son activité professionnelle, les dispositions des titres I à IV du livre VI de ce code doivent être comprises comme visant les éléments du seul patrimoine affecté à l’activité en difficulté ; que ces règles s’appliquent quand bien même le jugement d’ouverture et sa mention au BODACC ne précisent pas qu’ils ne visent que les éléments du seul patrimoine affecté en difficulté.

> Lire la suite

Sur le dessaisissement du débiteur pour l’exercice des actions tendant au recouvrement de ses créances

Cass. civ. 1ère, 6 septembre 2017, n°16-10.711

- Vu : 1371

Au visa des dispositions de l’article L.641-9 du Code de commerce, la Cour de cassation rappelle qu’aucun droit propre ne fait échec au dessaisissement du débiteur pour l’exercice des actions tendant au recouvrement de ses créances.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 97955
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 86477
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41062
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 40484
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©