webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Restructuring
 

Responsabilité du prêteur en cas de soutien fautif - Cass. com., 27 mars 2012, pourvoi n°10-20.077

Par cet arrêt, la Cour de cassation se prononce sur les conditions de responsabilité du prêteur du fait des concours consentis à une entreprise placée sous procédure collective. 

Par cet arrêt, la Cour de cassation se prononce sur les conditions de responsabilité du prêteur du fait des concours consentis à une entreprise placée sous procédure collective. 

Lors de la réforme opérée en 2005, le législateur avait prévu, afin d’inciter les établissements de crédit à soutenir les entreprises en difficultés, que « lorsqu’une procédure de sauvegarde, de redressement judiciaire ou de liquidation judiciaire est ouverte, les créanciers ne peuvent être tenus pour responsables des préjudices subis du fait des concours consentis, sauf les cas de fraude, d’immixtion caractérisée dans la gestion du débiteur ou si les garanties prises en contrepartie des concours sont disproportionnés à ceux-ci  » (art.  L.  650-1 al. 1er c. com.).

En l’espèce, un cautionnement solidaire à concurrence de 120.000 euros avait été souscrit au profit d’une banque en garantie d’un prêt de 200.000 euros consenti à une société, la banque bénéficiant par ailleurs d’un nantissement de bons de caisse d’une valeur de 200.000 euros. La société ayant été placée sous liquidation judiciaire, la créance de la banque a été admise et la caution de la débitrice assignée en paiement. 

La caution a alors tenté d’engager la responsabilité de la banque en invoquant le caractère disproportionné des sûretés. Le pourvoi soutenait ainsi que la responsabilité de la banque pour soutien abusif découlait directement de la disproportion entre le concours octroyé et les garanties exigées. Aux termes de l’argumentation développée, la responsabilité du prêteur découlerait automatiquement de cette disproportion.

La Haute Juridiction rejette cette argumentation en affirmant que la responsabilité du prêteur ne pouvait de toute façon être engagée que si, au préalable, il était établi que « les concours consentis sont en eux-mêmes fautifs ». Or, la Cour relève qu’« il n’était ni démontré ni même allégué que le soutien financier, pour lequel le cautionnement  (…) avait été donné, était fautif ».

Il en résulte que les exceptions au principe de non-responsabilité du prêteur constituent des cas limitatifs de déchéance de la protection légale, permettant l’ouverture de l’action en responsabilité du prêteur en raison des concours consentis, à condition toutefois que soit apportée préalablement la preuve d’une faute commise du fait du soutien financier. 


VOIR AUSSI

Compétence du juge des référés commerciaux en matière de résiliation d’un contrat en cours

Cass. com., 5 septembre 2018, n°17-10.975

- Vu : 1216

Le tribunal saisi d’une procédure collective n’est pas compétent pour connaître des contestations sur lesquelles cette procédure n’exerce aucune influence juridique. Ainsi, le juge des référés commerciaux demeure compétent pour statuer sur la contestation d’une résiliation unilatérale d’un contrat régulièrement poursuivi après l’ouverture d’une procédure collective dès lors que ne sont pas en cause les règles propres à ce type de contrat.

> Lire la suite

Recours du débiteur contre la décision du juge-commissaire statuant sur l’admission de la créance

Cass. com., 19 mai 2015, pourvoi n°14-14.395

- Vu : 8748
Dans le cadre d’un redressement judiciaire, l’article L.624-3 du Code de commerce a vocation à s’appliquer. Par conséquent, le débiteur en redressement judiciaire peut exercer un recours contre la décision du juge-commissaire statuant sur l’admission de la créance qu'il a contestée, peu important l'objet de cette contestation.  > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 101069
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87015
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 41964
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 41269
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©