Formalisme protecteur du créancier en matière d’avertissement personnel – Cass. com., 4 juin 2013, pourvoi n°12-15.097

La Cour de cassation confirme que seul l’avertissement personnel – adressé au créancier muni d’une sûreté publiée ou lié au débiteur par un contrat publié – fait courir le délai de déclaration de créance.

La Cour de cassation confirme (Cass. com., 15 mai 2001, pourvoi n°98-16.306) que seul l’avertissement personnel – adressé au créancier muni d’une sûreté publiée ou lié au débiteur par un contrat publié – fait courir le délai de déclaration de créance.

En l’espèce, la banque créancière privilégiée étant domiciliée au siège social d’une autre banque, le liquidateur judiciaire avait, dans un premier temps, adressé l’avertissement personnel d’avoir à déclarer sa créance à la seule banque domiciliataire, sans autre mention ; il avait ensuite, dans un second temps, nominativement adressé cet avertissement à la banque créancière.

Cette dernière avait alors déclaré sa créance dans le délai de deux mois à compter du second avertissement mais hors délai au titre du premier avertissement. Cette déclaration de créance avait été contestée par le débiteur comme forclose.

La Haute Cour approuve la Cour d’appel d’avoir admis la créance de la banque au passif du débiteur, considérant ainsi que la créancière n’avait été avertie personnellement qu’à compter de la réception du second avertissement, seul à lui avoir été nommément adressé.

Par cette solution, la Cour de cassation précise le texte de l’article L. 622-24 du code de commerce quant aux mentions devant figurer dans l’avertissement personnel au créancier, en exigeant que la dénomination du créancier de l’art. L. 622-24 alinéa 2 du C. com. soit expressément indiquée en cas de domiciliation.

 

 

Sommaire

Autres articles

some
Réseaux : comment traverser la crise ?
La gestion de crise est une technique avec ses codes et modalités. Cet article propose une grille de lecture synthétique des questions essentielles à traiter.
some
Les Experts de la Relance : Ensemble, relançons nos entreprises et bâtissons l’économie de demain
Simon Associés est partenaire du mouvement « Les Experts de la Relance » – une initiative des banques d’affaires Arjil & Associés, Linkapital et Societex – et, par conséquent, devient un Ambassadeur du Mouvement !
some
[VIDÉO] Philippe PICHLAK, Manager de transition
Dans cette vidéo, Philippe PICHLAK aborde la nécessaire transformation des entreprises de service et l'importance de la qualité de l'accompagnement durant ces périodes de transformation.
some
Le sort du débiteur personne physique à la suite de la résolution du plan de continuation
La résolution du plan de continuation d’un débiteur personne physique peut être décidée dès lors que ce dernier ne respecte pas les obligations contenues aux termes dudit plan. Toutefois, une procédure collective ne peut être ouverte, à la suite de...
some
Qualité à agir du liquidateur contre une EIRL malgré l’absence de mention de celle-ci dans le jugement d’ouverture
En application de l’article 680-2 du Code de commerce, lorsqu’un entrepreneur individuel à responsabilité limitée est soumis à une procédure collective à raison de son activité professionnelle, les dispositions des titres I à IV du livre VI de ce code...
some
La faillite personnelle : l’exclusion des faits postérieurs à l’ouverture de la procédure collective
Seuls des faits antérieurs au jugement d'ouverture de la procédure collective peuvent justifier le prononcé de la faillite personnelle. Ainsi, lorsque les faits reprochés ont eu lieu le jour même de l’ouverture de la procédure collective, ces derniers...