webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Mode d’appréciation du caractère trompeur d’une marque

Cass.com., 18 septembre 2019, n°17-27.974

Le caractère trompeur d’un signe empêchant sa réservation à titre de marque doit être apprécié in concreto au regard des produits et services dans le dépôt.

Les conditions de validité d’une marque doivent être appréciés en examinant la relation entre le signe choisi et les produits et services désignés. Tandis que l’article L.711-2 du Code de la propriété intellectuelle prévoit explicitement ce principe en énonçant : « Le caractère distinctif d’un signe de nature à constituer une marque s’apprécie à l’égard des produits ou services désignés », l’article L.711-3 c) qui exclut les signes dits trompeurs (« Ne peut être adopté comme marque ou élément de marque un signe : (…) c) de nature à tromper le public, notamment sur la nature, la qualité ou la provenance géographique du produit ou du service ») ne reprend pas ce principe d’appréciation mais tel est bien celui-ci qu’il faut appliquer.

Aussi, la Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 18 septembre 2019, casse-t-elle l’arrêt rendu par la cour d’appel qui avait approuvé la décision du directeur de l’INPI de rejeter la demande d’enregistrement du signe « Label Rose » aux motifs que le terme d’attaque « Label » accolé au mot « Rose » pouvait faire croire au consommateur moyen que ce produit obéit à des critères de garantie de qualité conforme à une norme de référence. La Haute Cour reproche en effet aux juges du fond de s’être ainsi prononcés sans apprécier le caractère trompeur du signe verbal « Label Rose » au regard de chacun des produits désignés dans le dépôt.

La cour d’appel de renvoi devra donc procéder à une analyse in concreto pour déterminer si le signe en cause présente ou non un caractère trompeur. La solution est logique dans la mesure où la marque ne confère pas une protection absolue sur le signe mais une protection relative en vertu du principe de spécialité, c’est-à-dire limitée à la désignation de produits et services désignés dans le dépôt de la marque.

A rapprocher : Article L.711-3 du Code de la propriété intellectuelle

VOIR AUSSI

Usage de la marque après le terme du contrat : contrefaçon

TGI Paris, 7 mars 2019, RG n°17/08126

- Vu : 747

L’ancien franchisé qui poursuit l’usage de la marque du franchiseur après le terme du contrat de franchise commet des actes de contrefaçon.

> Lire la suite

Illustration de la sanction du dépôt frauduleux de marque en franchise - Cass. com., 14 fév. 2012, pourvoi n°10-30.872

- Vu : 6513
Dans cette affaire, la Cour de cassation sanctionne un dépôt frauduleux de marque au détriment de la tête de réseau qui a été rétablie dans ses droits. > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 84503
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 84034
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39380
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 38001
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©