Qui est le débiteur de la taxe d’aménagement en cas de pétitionnaires multiples ?

Photo de profil - ROBERT-VEDIE Isabelle | Avocat associée | Lettre des réseaux

ROBERT-VEDIE Isabelle

Avocat associée

CE, 19 juin 2019, Ministère de la cohésion des territoires, n°413967

Lorsqu’un permis de construire valant division est délivré au bénéfice de plusieurs pétitionnaires, la taxe d’aménagement peut être mise à la charge soit de l’un quelconque des bénéficiaires du permis, soit de chacun de ces bénéficiaires, à la condition cependant que le montant total exigé par les différents titres de perception émis n’excède pas celui de la taxe d’aménagement exigible.

Deux pétitionnaires sollicitent conjointement un permis de construire pour l’édification de deux maisons individuelles sur un terrain destiné à être divisé avant l’achèvement des constructions. Le permis de construire est délivré et le montant de la taxe d’aménagement calculé.

Le titre de perception correspondant à cette taxe est cependant notifié à l’un, seulement, des deux pétitionnaires, qui en demande l’annulation au motif qu’il met à sa charge, à tort, la totalité des taxes dont le permis constitue le fait générateur.

Le tribunal administratif fait droit à sa demande, et annule le titre de perception, mais le ministre de la cohésion des territoires saisit le Conseil d’Etat d’un pourvoi contre ce jugement.

Le Conseil d’Etat censure la position retenue par les premiers juges, et considère qu’au contraire, c’est à bon droit que le paiement de la taxe d’aménagement a pu être réclamée à un seul des deux pétitionnaires. Il considère en effet que :

« Lorsqu’un permis de construire a été délivré à plusieurs personnes physiques ou morales pour la construction de bâtiments dont le terrain d’assiette doit faire l’objet d’une division en propriété ou en jouissance avant l’achèvement des travaux conformément à l’article R.431-24 du Code de l’urbanisme, les redevables de la taxe d’aménagement dont ce permis est le fait générateur sont les titulaires de celui-ci, chacun d’entre eux étant redevable de l’intégralité de la taxe due à raison de l’opération de construction autorisée. Dans une telle hypothèse, l’administration compétente peut mettre cette taxe à la charge soit de l’un quelconque des bénéficiaires du permis, soit de chacun de ces bénéficiaires à la condition alors que le montant cumulé correspondant aux différents titres de perception émis n’excède pas celui de la taxe due à raison de la délivrance du permis ».

Dans cette affaire, le Conseil d’Etat retient la solution la plus pragmatique pour l’administration : cette dernière dispose de la faculté soit de répartir le montant de la taxe d’aménagement exigible entre les différents bénéficiaires de l’autorisation de construire, dans la limite du montant global de la taxe d’aménagement, soit de solliciter le paiement de l’intégralité de la taxe à l’un seulement des bénéficiaires, à charge pour ce dernier de réclamer le remboursement d’une partie de la taxe aux autres bénéficiaires de l’autorisation délivrée.

On ne saurait donc trop recommander aux pétitionnaires d’un permis de construire valant division, au regard de la position retenue par le Conseil d’Etat, de s’accorder au préalable sur les conditions de répartition de la taxe d’aménagement et les modalités de remboursement à celui d’entre eux qui se serait vu réclamer l’intégralité du montant de la taxe…

A rapprocher : Article R.431-24 du Code de l’urbanisme

Sommaire

Autres articles

some
Covid-19 et non-paiement des loyers commerciaux pour la période d’avril et mai 2020
Si bailleur et preneur, en période de Covid-19, doivent, de bonne foi, se concerter sur la nécessité d’aménager les modalités d’exécution de leurs obligations respectives, les moyens du locataire – défaut dans l’obligation de délivrance du bailleur et...
some
Précisions nouvelles sur les prêts libellés en francs suisses et les clauses abusives
La CJUE considère que les clauses prévoyant l’allongement de la durée d’un contrat de prêt et l’augmentation du montant des mensualités sont susceptibles de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties.
some
Baux commerciaux : la demande de renouvellement aux clauses et conditions du bail expiré vaut offre de prix du bail en renouvellement
Le bailleur ayant accepté la demande du locataire sollicitant le renouvellement aux clauses et conditions du précédent bail, la demande en fixation du loyer du bail renouvelé doit être rejetée.
some
[VIDÉO] Etat du marché en période de crise sanitaire, par Patrick COLOMER
Patrick COLOMER, Expert judiciaire près de la Cour d’appel de Paris et agréé par la Cour de cassation, intervient dans le cadre de contentieux locatifs et d’indemnités d’éviction.
some
Exploitation illicite : attention aux modifications apportées aux projets commerciaux en cours de réalisation !
Par un arrêt en date du 15 février 2021, la Cour administrative d’appel de Marseille, saisie par l’Association En Toute Franchise, a censuré le refus d’un Préfet de mettre en œuvre les pouvoirs de police qu’il détient en matière d’aménagement…
some
COVID-19 : Fermeture des commerces non essentiels et demande de restitution des loyers payés pendant la période de confinement
La 18ème chambre du tribunal judiciaire de Paris décide que le locataire n’est pas fondé à exciper, au soutien de sa demande de restitution de loyers payés pendant la période de fermeture administrative de son commerce de vente d’objets d’art…