webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Concurrence consommation
 

Rupture brutale des relations commerciales et principe de non-cumul des responsabilités

CA Paris, Pôle 5 ch. 11, 30 novembre 2018, n° 16/23273 ; Cass. com., 24 octobre 2018, n° 17-25.672

Le contractant peut engager cumulativement la responsabilité contractuelle de son cocontractant pour manquement un engagement contractuel et sa responsabilité délictuelle en raison d’une rupture brutale des relations commerciales établies.



Dans une première affaire (Cass. com., 24 octobre 2018, n° 17-25.672), les faits se résumaient comme suit. Souhaitant participer au congrès annuel de l’association A. se tenant du 24 au 27 novembre 2010, la société E. a adressé à cette dernière une « demande d’admission » assortie d’un acompte. Le 9 juillet 2010, et bien qu’ayant payé l’acompte exigé, l’association A. a néanmoins notifié à la société E. un refus d’admission au congrès. Cette dernière a donc assigné l’association en indemnisation de ses préjudices :

  • d’une part, en lui reprochant d’avoir manqué à son engagement contractuel en refusant de lui fournir un stand au congrès de novembre 2010 ;
  • d’autre part, en invoquant la rupture brutale de la relation commerciale établie qu’elle entretenait avec l’association depuis 1997.

La Cour d’appel de Paris, dans un arrêt du 22 juin 2017, a rejeté la demande indemnitaire présentée au titre de la rupture brutale d’une relation commerciale établie au motif que :

  • l’article L. 442-6, I, 5° du Code de commerce institue une responsabilité de nature délictuelle,
  • en raison du principe de non-cumul des responsabilités contractuelle et délictuelle, la société E., qui a agi sur le terrain de la responsabilité contractuelle, et dont les demandes ont été partiellement accueillies, ne pouvait donc former une demande indemnitaire fondée sur la responsabilité délictuelle.

Par l’arrêt commenté, la chambre commerciale de la Cour de cassation censure l’arrêt de la Cour d’appel, et rappelle que le principe de non-cumul des responsabilités contractuelle et délictuelle :

  • « interdit seulement au créancier d’une obligation contractuelle de se prévaloir, contre le débiteur de cette obligation, des règles de la responsabilité délictuelle »,
  • « n’interdit pas la présentation d’une demande distincte, fondée sur l’article L. 442-6, I, 5° du Code de commerce, qui tend à la réparation d’un préjudice résultant non pas d’un manquement contractuel, mais de la rupture brutale d’une relation commerciale établie ».

En premier lieu, en présence d’un manquement à une obligation contractuelle, le principe de non-cumul des responsabilités interdit tout au plus au contractant de se fonder sur le terrain délictuel.

En second lieu, la rupture brutale des relations commerciales participe de la responsabilité délictuelle, pouvant être invoquée cumulativement avec la responsabilité contractuelle lorsque le demandeur invoque deux manquements distincts.

Dans une seconde affaire (CA Paris, Pôle 5 ch. 11, 30 novembre 2018, n°16/23273 : à propos d’une demande formée au titre d'une rupture contractuelle abusive et d'une rupture brutale des relations commerciales établies), la Cour d’appel de Paris retient que « le cumul des responsabilités contractuelle et délictuelle est impossible et rend la demande irrecevable ».

A rapprocher :  Cass. com., 10 octobre 2018, n°17-11.543 ; v. aussi, CA Paris, Pôle 5 ch. 5, 22 novembre 2018, n°18/05362 ; CA Paris, Pôle 5 ch. 5, 25 octobre 2018, n°16/08509

VOIR AUSSI

L’indispensable lien d’affectation contraignante entre la taxe et l’aide d’état

Cass. com., 7 juin 2016, pourvoi n°14-12.521

- Vu : 2652

L’exonération de taxe pour une catégorie de société ne constitue pas une aide d’état, à partir du moment où aucun lien d’affectation contraignante n’est caractérisé entre la taxe et l’aide d’état.

> Lire la suite

Réparation du préjudice issu de la rupture brutale des relations commerciales établies - CA Paris, 16 oct. 2013, RG n°10/11053

- Vu : 6528
Cet arrêt présente le double intérêt de rappeler les critères de la distribution sélective et d’offrir une illustration de la réparation du préjudice issu de la rupture de relations commerciales établies. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 72756
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 55751
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38033
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33780
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©