webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Déchéance de la marque : appréciation de l’usage sérieux - Cass. com., 31 janvier 2012, pourvoi n° 11-14.317

L'usage d'un signe à titre d’enseigne et dans une adresse internet ne constitue pas un usage pour désigner des produits et services et, par conséquent, ne permet pas d’échapper à la déchéance.

 

 



Selon l’article L.714-5 du code de la propriété intellectuelle, le titulaire de la marque encourt la déchéance de ses droits lorsqu’il n’en fait pas un usage sérieux pendant une période ininterrompue de cinq ans précédent la demande de déchéance. La décision commentée nous permet de revenir sur les conditions de l’usage sérieux attendu du titulaire de la marque pour le maintien de ses droits.

Dans cette affaire, une société exploitait depuis plusieurs années un signe, apposé sur ses produits (des chaussures), pour désigner son point de vente. Elle assignait en déchéance de marques la société qui avait procédé au dépôt de ce même signe, seul et accompagné des termes « chausseur » et « chaussures » ; parallèlement elle était assignée en concurrence déloyale, et les deux procédures étaient jointes. La cour d’appel rejetait la demande de déchéance en considérant qu’un usage des marques était justifié dans les mois précédant la demande de déchéance, notamment à titre d’enseigne et dans une adresse internet, et faisait interdiction d’usage de ce signe (appréciation censurée dans cet arrêt mais sur laquelle nous ne reviendrons pas dans ce commentaire).

Rappelant, au visa de l’article L.714-5 du CPI, qu’une marque fait l’objet d’un usage sérieux lorsqu’elle est utilisée conformément à sa fonction essentielle qui est de garantir l’identité d’origine des produits ou des services pour lesquels elle a été enregistrée, la Haute juridiction casse l’arrêt. En effet, les juges du fond avaient retenu l’usage sérieux sur la base de l’usage des signes à titre d’enseigne et dans une adresse internet. Or, selon la Cour de cassation, cela ne constituait pas un usage pour désigner des produits et services, c’est-à-dire un usage à titre de marque et, par conséquent, il ne permettait pas d’échapper à la déchéance.

En outre, la Cour de cassation considère que les juges du second degré n’ont pas porté une appréciation sur chacune des marques visées par la demande de déchéance, pour constater que chacun de ces signes avait fait l’objet d’un usage ininterrompu pendant une période de cinq années avant ladite demande. C’est ici l’occasion de rappeler que tout usage n’est pas de nature à permettre le maintien des droits sur la marque : il doit s’agir d’un usage à titre de marque, ce qui implique qu’elle soit utilisée pour désigner les produits et services commercialisés.


VOIR AUSSI

La cour d’appel de Paris apporte des précisions sur le régime applicable en matière de violation de licence de logiciel

CA Paris, 19 mars 2021, n°19/17493

- Vu : 608

La cour d’appel de Paris a, dans un arrêt du 19 mars 2021, considéré que la violation d’un contrat de licence de logiciel ne relevait pas de la responsabilité délictuelle mais de la responsabilité contractuelle.

> Lire la suite

Du nouveau pour l'action de groupe en matière de données à caractère personnel

Loi n°2016–1547 du 18 novembre 2016

- Vu : 2929

La loi de modernisation de la justice du XXIème siècle introduit en droit français l’action de groupe en matière de données à caractère personnel. Limitée exclusivement à la cessation du manquement constaté, cette action de groupe ne permet pas aux personnes concernées d’obtenir la réparation de leur préjudice.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 105839
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 87879
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 43687
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43298
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©