webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Risque de confusion et impression d’ensemble produite sur le consommateur

CA Rennes, 19 juin 2018, n°17/07316

La Cour d’appel juge que pour évaluer le risque de confusion invoqué par le titulaire d’une marque antérieure pour faire opposition à l’enregistrement d’une marque postérieure, il convient de s’attacher, non au seul élément commun entre les signes, fut-il distinctif, mais à l’impression d’ensemble produite par les signes entiers.



Ce qu’il faut retenir : La Cour d’appel juge que pour évaluer le risque de confusion invoqué par le titulaire d’une marque antérieure pour faire opposition à l’enregistrement d’une marque postérieure, il convient de s’attacher, non au seul élément commun entre les signes, fut-il distinctif, mais à l’impression d’ensemble produite par les signes entiers. Le risque n’est pas constitué dès lors que « pris dans leur ensemble, les deux signes produisent une impression d’ensemble bien distincte et ne pouvant être à l’origine de la moindre confusion pour le consommateur. »

Pour approfondir : La société LAÏTA, titulaire des droits sur la marque française semi-figurative MADAME LOÏK, enregistrée dans les classes 30 et 31 notamment, a formé opposition auprès de l’INPI pour une partie seulement des produits ou services visés dans la demande d’enregistrement de la marque verbale LA GALETTE SAINT LOÏK présentée par la société BISCUITERIE ISIDORE PENVEN.

En effet, la société LAÏTA considérait que la marque LA GALETTE SAINT LOÏK constituait une imitation de la marque complexe MADAME LOÏK.

Le Directeur de l’INPI a rejeté l’opposition au motif que le risque de confusion entre les signes exigé pour faire droit à la demande d’opposition n’était pas démontré, et ce nonobstant l’identité ou la similarité reconnue, et non contestée des produits en cause.

En effet, il a retenu que ce risque « doit être apprécié globalement à partir de tous les facteurs pertinents du cas d’espèce : que cette appréciation globale doit, en ce qui concerne la similitude visuelle, auditive ou conceptuelle des marques en cause, être fondée sur l’impression d’ensemble produite par les marques, en tenant compte notamment de leurs éléments distinctifs et dominants. »

La société LAÏTA a alors formé un recours à l’encontre de la décision du Directeur de l’INPI devant la Cour d’appel de Rennes, renouvelant son argumentation fondée sur l’imitation de la marque MADAME LOÏK et l’existence d’un risque de confusion.

La Cour d’appel de Rennes a rejeté le recours formé par la société LAÏTA à l’encontre de la décision du Directeur de l’INPI, confirmant ainsi la décision ayant rejeté l’opposition. En effet, les juges considèrent que le seul fait que la marque contestée comprend un même terme commun, LOÏK, élément dominant des signes, avec la marque antérieure, ne permet pas de retenir que les deux signes produisent visuellement et phonétiquement une même impression d’ensemble.

La Cour retient tout d’abord que les différences visuelles et phonétiques entre les deux signes sont évidentes.

Ensuite, pour apprécier l’absence d’un risque de confusion entre les deux signes, la Cour s’est fondée sur l’impression d’ensemble produite par chacun des signes dans son entier. Elle retient pour ce faire que les deux univers invoqués par chaque signe sont totalement distincts, le premier signe évoquant une femme d’origine bretonne MADAME LOÏK, le second évoquant quant à lui un produit et un saint canonisé LA GALETTE SAINT LOÏK. Le risque de confusion dans l’esprit du consommateur d’attention moyenne n’était ainsi pas caractérisé.

A rapprocher : art. L711-4 du Code de la propriété intellectuelle ; art. L712-4 du Code de la propriété intellectuelle

VOIR AUSSI

Marques sonores : recherche de caractère distinctif

TUE, 13 septembre 2016, aff. T-408-15, n°15/00108

- Vu : 2259

Le droit des marques se veut accueillant puisque, par principe, des signes de natures diverses sont susceptibles d’être protégés à titre de marque. Ils doivent tous remplir une condition sine qua non : présenter un caractère distinctif.

> Lire la suite

La Cour de cassation rappelle certains principes probatoires en matière de contrefaçon de modèles - Cass. com., 25 novembre 2014, pourvoi n°13-15.166

- Vu : 3780
La Cour de cassation rappelle certaines exigences probatoires pesant sur le demandeur à la contrefaçon et devant placer le juge du fond en capacité d’exercer son contrôle. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 71456
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 52133
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 37742
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 33171
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©