webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Contrefaçon de marque et exploitation d’une enseigne - CA Paris, 11 avril 2012, RG n°10/24748



En l’espèce, le titulaire de trois marques (verbale et figuratives) déposées pour désigner notamment les produits alimentaires et activités de restauration, exploitait à Trouville un restaurant sous l’enseigne « Les Vapeurs ». Lors d’un reportage télévisé, il découvrit l’existence d’un restaurant à Paris sous une enseigne « A toutes Vapeurs » ; peu de temps après, il apprit l’ouverture d’un second restaurant sous cette même enseigne.

Après avoir fait procéder à une saisie contrefaçon, il engagea une action en contrefaçon. Le défendeur souleva la déchéance des marques pour défaut d’exploitation, demande accueillie par le tribunal de grande instance pour l’une ces marques en cause.

Se livrant à un examen détaillé des pièces versées aux débats (articles de presse, photographies, nappes de restaurant, extraits du book du restaurant) par la demanderesse pour justifier de l’usage des marques en cause, la Cour approuve l’analyse des premiers juges rappelant, dans un attendu explicite, la méthode d’appréciation : «…la marque doit être exploitée en tant que telle, c’est-à-dire conformément à sa fonction qui est de désigner les produits et services pour lesquels elle a été enregistrée, ce qui exclut de prendre en considération (…) son utilisation à titre d’enseigne, de raison sociale ou de nom commercial dès lors qu’il ne saurait y avoir exploitation d’une marque que là où elle remplit sa fonction de distinguer les produits et services offerts à la vente, soit en étant apposée sur eux, soit en accompagnant leur mise à disposition du consommateur. Qu’en outre, la marque doit être utilisée telle que déposée, c’est-à-dire dans son entier, et non pas sous une forme modifiée dans laquelle une partie seulement de ses éléments serait reprise ». La preuve d’un tel usage sérieux n’étant, en l’espèce, pas rapportée, la cour confirme la déchéance de la marque qui n’avait, en réalité, jamais été exploitée.

Analysant dans un second temps la demande en contrefaçon, la Cour exclut celle-ci pour les faits postérieurs à la déchéance, jugeant, de ce fait, la demande irrecevable. S’agissant de la prétendue contrefaçon des autres marques, non déchues, la cour procède à l’examen de l’existence d’un risque de confusion qu’elle écarte en l’espèce au terme d’une analyse détaillée. Logiquement, les juges rejettent la demande en concurrence déloyale pour usurpation de l’enseigne faute de risque de confusion entre les signes en cause.


VOIR AUSSI

Critère de la compétence des juridictions françaises en cas de contrefaçon sur internet

Cass. civ. 1ère, 18 octobre 2017, n°16-10.428

- Vu : 2855

La Cour statue sur le critère permettant de retenir la compétence des juridictions françaises en cas de contrefaçon sur internet : par cet arrêt, le seul critère de l’accessibilité du site internet dans le ressort des juridictions saisies est retenu.

> Lire la suite

Les relations entre les différents types de signes distinctifs - Cass. com., 25 juin 2013, pourvois n°12-20.970 et n°12-20.666

- Vu : 7036

La notoriété de la marque sur l’ensemble du territoire n’est pas une condition de l’action en contrefaçon, tout au plus permet-elle d’établir plus aisément l’existence d’un risque de confusion.

> Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 90178
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 84997
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 39797
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 39132
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©